ASDE 054 Charles de Foucauld

 

Considérations sur la Toussaint

et deux saints du mois de novembre

Avec le père Charles de Foucauld

 

Ier novembre

 

Mon Dieu, c’est à la fête de tous les saints et de tous les anges que Vous voulez que je pense quelques instants, avant de m’endormir. Ce soir, demain, toute l’Église de la terre s’unit pour célébrer, dans les huit heures canoniales et dans la sainte Messe, la gloire des habitants de la Jérusalem céleste.

 

Toute la terre aura demain, et à ce soir, les yeux fixés sur le ciel ; elle regarde le trône où resplendit la gloire du Père du Fils de l’Homme, et de l’Agneau, de l’Époux et autour de Lui, des millions et des millions d’Anges, de saints et saintes… elle se réjouira de cette gloire… elle pensera que sa place est là-haut, que votre volonté est qu’elle soit, et qu’elle soit bientôt, dans très peu de temps, dans cette divine Jérusalem, et qu’il ne dépend que d’elle d’y être et d’avoir cette fête pour sa fête…

 

Mais il faut que, pour arriver où sont les saints, elle prenne le chemin qu’ils ont suivi et si la Jésuralem céleste et le jour de sa gloire sont le premier objet et le premier fruit de sa contemplation, le deuxième objet et le deuxième fruit, c’est le chemin qui y conduit et la résolution de le prendre à son tour ; le chemin, Vous l’avez montré par les actes et les paroles : « Se renoncer, porter sa croix, et Vous suivre… S’oublier pour ne chercher que la gloire de Dieu, embrasser la souffrance, et Vous imiter autant que Vous nous le permettez. »

 

Et, après être remonté aux Cieux, Vous nous avez envoyé saint Paul pour nous répéter vos enseignements et nous dire de nous oublier, « de nous faire tout à tous pour les gagner tous au Christ… qu’on n’entre au Royaume des Cieux que par beaucoup de tribulations… qu’il fallait L’imiter, Lui, votre fidèle imitateur. »

 

Heureux les pauvres, heureux ceux qui pleurent, heureux ceux qui ont faim, heureux ceux qui sont persécutés et trouvés mauvais à cause de moi, aviez-vous dit déjà… Toute votre vie, toute la vie de vos saints est le commentaire de ces paroles… Voilà le deuxième objet de notre contemplation en priant demain : la voie de vos saints, de tous les saints ; et le fruit sera la résolution particulière qu’il nous faut prendre pour les suivre, pour Vous suivre, ô bien-aimé Pasteur, bien-aimé Époux, et si je suis vos compagnons, ce n’est que pour Vous suivre Vous-

même, pour être votre serviteur comme l’a été saint Paul.

Faites-moi donc prendre demain, mon Dieu, par l’intercession de tous ces chers saints, qui vous adorent dans une si grande gloire, de ceux à qui j’ai le plus de dévotion, de ceux de ma famille, de ma mère, de mon grand-père, de beaucoup d’autres encore, j’espère de tous, les résolutions les plus aptes à me faire Vous suivre, Vous imiter, faire en tout votre sainte volonté, marcher dans ce chemin qu’ils ont suivi : Faites qu’avec eux, comme eux, par leur intercession que je leur demande, je Vous glorifie autant que Vous le voulez de moi, mon Dieu, dans le temps et dans l’éternité, en Vous, par Vous et pour Vous. Amen.


 

3 novembre

Saint Hubert, évêque de Tongres (Belgique)

 

Grand saint Hubert, vous qu’on fête en tant de lieux, en si grande allégresse, vous vîtes un jour la Croix de Jésus entre les cornes d’un cerf… Faites-moi la grâce, par Notre Seigneur Jésus, de voir aussi sa Croix, à tout instant de la vie, son signe en toutes choses, sa main en tout évènement… Vous qui eûtes un jour cette apparition devant les yeux de votre corps, obtenez que j’aie sans cesse cette apparition devant les yeux de mon âme, que je voie toujours briller devant moi la Croix de Jésus… Aujourd’hui même, j’ai reçu une nouvelle qui m’effraie, qui m’inquiète, me met dans l’incertitude : Soyez béni, mon Sauveur bien-aimé, c’est votre Croix…

 

Cette nouvelle me présage peut-être bien des difficultés dans l’avenir : Soyez béni, mon Sauveur bien-aimé, c’est votre Croix !… Je ne veux pas me troubler, pas m’inquiéter : Benedicam Domino in omni tempore. Tout ce qui m’arrivera me viendra de Vous… Tout portera votre empreinte, viendra de votre main, sur tout brillera votre signe… O saint Hubert, priez pour moi, afin que ce signe béni, cette Croix bénie de Jésus soit sans cesse étincelante devant mes yeux, éclaire tout, illumine tout, m’apparaisse en tout, et, qu’à sa lumière, je suive Jésus pas à pas, je fasse en tout sa volonté, je Le bénisse sans cesse, en Lui, par Lui et pour Lui ! Amen.

 


 

10 novembre

Saint Avelin

 

Saint Avelllin, priez pour moi, vous qui avez fait deux vœux si héroïques, celui de résister toujours à votre propre volonté, et celui de faire chaque jour des progrès dans la perfection chrétienne, obtenez-moi la grâce de ne jamais faire ma volonté, mais toujours celle de Dieu et de faire toujours des progrès dans son amour, puisqu’en effet j’ai la grâce pour cela, et que si je n’avance sans cesse je recule…

 

Vous qui vous êtes laissé blesser par un malfaiteur sans vous défendre, qui avez supporté l’assassinat de votre neveu sans poursuivre ses meurtriers, mais en apaisant au contraire votre famille et en priant pour eux, leurs juges, obtenez-moi cette douceur du Cœur de Jésus, cette véritable imitation de son Cœur, cette parfaite pratique du saint Évangile, cette parfaite conformité aux exemples et aux enseignements du Maître bien-aimé, en Lui, par Lui, et pour Lui. Amen.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :