Amour de Dieu : 1ère partie

 

 

 

 

Pitié pour moi, ô Dieu, tu es si bon !

Tu es plein de tendresse,

Efface mon péché, lave-moi de ma méchanceté

Et de ma faute, purifie-moi.

Car mon péché, moi je le connais.

Sans relâche je me souviens de ma faute.

Contre toi j’ai péché.

Ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ô Dieu, crée en moi un cœur pur !

Restaure en moi un esprit ferme.

Ne me repousse pas loin de ta face.

Ne retire pas de moi ton Esprit-Saint.

 

 

Nous avons déjà suffisamment insisté sur le fait que la situation du monde est telle aujourd’hui qu’à vue humaine, il est vraiment difficile d’entrevoir une solution et l’horizon bouché se dégager. Tant que le monde ne reviendra pas à plus de spiritualité et donc aussi plus de prières, le Ciel risque fort de ne pas nous entendre très fort. L’appel des âmes de la terre vers le Ciel est de plus en plus faible. Quoi que ?

 

Il reste en effet un petit reste qui envers et contre tout ne désespère pas et sait que notre Père du Ciel entend ses prières. Car Dieu nous entend et prête « l’oreille » à la moindre de nos demandes. Il faut essayer de comprendre que le Ciel est avec nous en permanence même si nous ne nous en rendons pas compte et que la plupart des hommes n’y prêtent guère attention. Mais notre clergé nous rappelle-t-il suffisamment le pourquoi de notre présence sur terre ? Notre passage sur terre n’est qu’un voyage destiné à nous préparer à cette vie éternelle à laquelle nous sommes tous appelés. Nous n’avons qu’une vie, qu’en faisons-nous ? La multitude des hommes ne se préoccupe pas des réalités merveilleuses du Ciel qui nous attendent. Et ceux qui pourront les vivre un jour regretteront bien tout le temps perdu et gâché sur terre, alors que nous avons eu tant d’occasions de faire le bien pour les autres en vivant dès ici-bas de l’Amour de Dieu.

 

Pour les pauvres pécheurs que nous sommes, qui vivons un temps de désorientation diabolique comme jamais le monde chrétien n’en a vécu, notre Père du Ciel ne va pas nous laisser à l’abandon. Désireux que nous participions tous, en tout cas le plus grand nombre possible, aux noces éternelles auxquelles Il nous convie avec tant d’amour, il va donner à l’humanité tout entière une dernière occasion, unique, de prendre conscience de nos errements afin de nous convertir en profondeur.

 

Nous avons rappelé que le Créateur avait façonné l’homme à son image, lui donnant un corps et une âme. Chaque homme sans exception reçoit les moyens d’assurer son salut, d’une manière ou d’une autre, car au fond de son âme repose une flamme, celle de Dieu, qui, à un moment donné ou l’autre de notre vie, nous pousse à aller vers Lui. Cette flamme, c’est aussi le souffle de Sa vie et c’est en cela que l’on peut dire que Dieu vit au-dedans de chacun de nous, au plus profond de nous-même. Dieu se sert ainsi de tout pour que nous allions à Lui et toutes les rencontres que nous faisons au cours de notre vie, tant avec des hommes de bien que ceux qui œuvrent pour le mal, ont pour but de nous conduire à Lui. Chacun a une conscience qui permet à l’être humain de distinguer le bien du mal. A chacun de l’écouter et non d’étouffer sa voix.

 

Dieu, qui est bonté et amour, a envoyé son Fils pour se faire connaître et pour le rachat de toute l’humanité. Par son Fils, il a dispensé son enseignement, prolongement des 10 commandements qu’il avait donnés à Moïse pour son peuple élu et qu’Il est ainsi venu parfaire. Jésus n’a forcé personne à Le suivre. Les foules l’ont écouté parce que son discours était celui de la Sagesse et de l’Amour. Il en a été ainsi et il en sera toujours ainsi. Dieu a créé l’homme libre, lui donnant ce libre-arbitre pour faire son choix en toute connaissance de cause. Rappelez-vous la parabole de Zachée et du riche. L’homme riche, qui n’a vécu que pour lui et ses plaisirs, se retrouve, à sa mort, coupé de l’Amour de Dieu dont il ne pourra jamais profiter. Il supplie alors Dieu d’envoyer ses anges pour avertir ses frères afin qu’ils changent de vie et qu’ils évitent de se retrouver dans la même situation que lui. La réponse de Dieu est négative, sans équivoque, ils ont eu messagers et prophètes et ne les ont pas écoutés. C’est donc inutile ! Alors qu’en est-il pour les hommes de notre temps ?

 

Depuis sa Résurrection et son Ascension dans la gloire, rejoignant ainsi son Père, Notre-Seigneur a envoyé sa propre Mère, à de très nombreuses reprises, estimant que l’homme ne pourrait qu’écouter une maman, si pleine d’attention pour ses pauvres enfants. Comment le peuple de Dieu a-t-il répondu à ses demandes ? Force est de constater que l’humanité n’en a pas fait très grand cas. A côté de la très sainte Vierge Marie, le Ciel s’est également manifesté aux hommes par de nombreux messagers, eux aussi porteurs d’exhortation, quand ce n’était pas des manifestations de Jésus-Christ lui-même ou au travers d’hommes et de femmes d’exception, grands saints et saintes reconnus par l’Eglise comme combien d’autres restés moins connus. Les résultats ne sont guère plus probants. Alors que faut-il à l’homme pour comprendre ? Rappelez-vous, Noé en son temps ne doit pas avoir manqué non plus d’avertir ses semblables de ce qui allait se passer, sans plus de succès. En sachant que la construction de l’Arche semble avoir pris une centaine d’années, les hommes ont eu suffisamment de temps pour réagir, mais !…

 

Alors, Dieu notre Père, qui nous a fait savoir qu’il ne voulait plus de déluge, comment pourrait-il s’y prendre pour avertir l’homme d’enfin revenir à Lui, en prenant véritablement conscience de ce qu’il est et de ce qu’est son Créateur, son Dieu Tout-Puissant, Miséricordieux mais Juste ? N’a-t-il pas usé tous les moyens comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédent ? Puisqu’Il nous aime au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer, qu’il est prêt à pardonner encore et encore, qu’il désire que le plus grand nombre de ses enfants viennent à Lui, dans un excès de sa bonté, Il va faire vivre à chaque homme une expérience extraordinaire, celle de son Amour ressenti au plus profond de notre cœur, croyant comme incroyant.

 

De quoi s’agit-il ?

 

Puisque l’homme ne vient pas à Lui, Notre Seigneur Jésus-Christ va venir à la rencontre de chaque âme. Il va donc se manifester à chaque personne en lui faisant vivre ce que chaque être humain connaît quand il quitte cette terre. Nous allons ainsi nous trouver dans la situation que chaque âme vit quand elle est « jugée » par son Dieu au moment de sa mort physique. Comme déjà évoqué dans un précédent article, c’est l’âme elle-même qui au moment de sa mort, éclairée par la lumière divine, se dirige vers l’endroit pour lequel la vie qu’elle a menée sur terre la conduit. L’âme prend alors, je dirai même enfin, pleine conscience de l’Amour de Dieu et de la façon dont elle a répondu à cet amour durant son existence.

 

L’âme qui trépasse, c’est-à-dire qui passe de cette vie vers l’autre, reçoit une dernière possibilité de donner son « Oui » à l’Amour, car Dieu nous donne encore cette « chance » ultime au moment de la mort, pour tous ceux qui l’ont rejeté et ne se sont pas souciés de Lui. Pour ces enfants de la dernière heure, des dernières minutes ou secondes mêmes, la décision doit être rapide, c’est celle que donne le cœur dans lequel est resté un peu de l’âme d’enfant. Là, il n’y aura plus aucune triche possible, pas de dérobade, pas de demi-mesure. Il ne sera plus possible de tergiverser : « Que votre oui soit oui, que votre non soit non ! », pas d’autre alternative. Il n’y aura plus place qu’à la sincérité, il ne sera pas possible de tromper le Tout-Puissant.

 

Ne croyez surtout pas qu’en avançant de telles explications sur nos fins dernières, mon propos soit fantaisiste ou imaginaire, même si l’Eglise ne nous le rappelle pas souvent. D’ailleurs, lors d’un récent pèlerinage auquel participait le Père Philippe Remels, jésuite et exorciste dans la région de Charleroi, qui était notre accompagnateur spirituel, celui-ci a bien confirmé que ce que je viens d’écrire.

 

Revenons à notre sujet ! Cette expérience du jugement que le Seigneur veut nous faire vivre est communément reprise sous le vocable de « l’Avertissement », ou encore « Grand Avertissement », ou « Illumination des consciences », tel qu’annoncé dans les apparitions de la Vierge Marie à Garabandal, en Espagne, apparitions non reconnues à ce jour, précisons-le. Néanmoins un grand saint s’est prononcé en faveur de l’authenticité de ces apparitions à plusieurs reprises, Padre Pio. A la question de savoir s’il croyait  à leur authenticité, il a répondu de son ton sévère habituel : « Combien d’apparitions vous faut-il donc, alors qu’elles ont lieu déjà depuis plus de huit mois. » Dans une lettre adressée à l’une des voyantes, il terminait par ces mots : « Je vous donne seulement un conseil : priez et faites prier, car le monde entre en perdition. On ne vous croit pas et on ne croit pas à vos colloques avec la Dame Blanche ; on y croira quand il sera trop tard. » Ce message était du Padre Pio mais rédigé par le père Pellegrino. Ajoutons que Padre Pio eut l’occasion de voir Conchita en 1965 dans son couvent de San Giovani di Rotondo, d’avoir un entretien avec elle, et qu’il bénit un crucifix baisé par la Mère du Ciel, dans sa main gauche, sur le stigmate.

 

Conchita, l’une des 4 voyantes, a précisé que « L’Avertissement que la Vierge annonce, c’est comme un châtiment, pour rapprocher les bons davantage de Dieu, et pour avertir les autres. » « Il durera très peu de temps ! » « L’Avertissement est une chose venant directement de Dieu. Il sera visible du monde entier, quel que soit l’endroit où l’on se trouvera. Il sera comme une révélation (intérieure, en chacun de nous) de nos péchés. Les croyants aussi bien que les incroyants, et les gens de n’importe quelle région le verront et le ressentiront… » « Si nous en mourons, cela ne sera pas le fait de l’Avertissement lui-même, mais bien de l’émotion que nous ressentirons en le voyant et le sentant. »

 

Précisons de suite que l’Avertissement est également annoncé par divers mystiques et messagers contemporains, dont la plupart sont encore en vie, certains ayant d’ailleurs reçu un véritable enseignement par Notre Seigneur et sa Mère, afin que le monde sache et se prépare à ce qui sera un évènement de notre vie, totalement hors du commun, le plus marquant. Cette action de la Puissance divine restera imprimée au plus profond de chaque âme, en tout cas de celles qui l’accepteront et voudront changer de vie à sa suite, pour ceux qui ne souciaient guère des affaires du Ciel ou si peu. Pour les âmes qui ont déjà mis Dieu dans leur vie, le mettant à la première place et qui ont donné leur « Oui » à l’Amour, elles seront confortées dans les choix qu’elles ont faits et recevront de nombreuses grâces pour avancer dans les voies du Seigneur. Nous reviendrons un peu plus loin sur ces messagers contemporains.

 

La Bienheureuse Anna-Maria Taïgi (1769-1837) par exemple, parlait d’un grand châtiment qui viendrait sur le monde, mais qu’il serait précédé d’une « Illumination de la conscience des hommes », illumination grâce à laquelle, en un instant, chacun se verra comme Dieu le voit. Cette illumination de la conscience fera que beaucoup d’âmes se convertiront et se repentiront de leur vie passée. Béatifiée en 1920 et considérée comme un modèle pour les femmes et les mères, Anna-Maria Taïgi ne fut pas seulement une prophète pour notre temps, mais l’une des plus extraordinaires mystiques dans l’Histoire de l’Eglise.

 

Depuis l’âge de 20 ans, jusqu’à sa mort à 63 ans, la Bienheureuse fut accompagnée d’une mystérieuse lumière dans laquelle elle voyait des évènements du passé, du présent et du futur. Elle plongeait dans cette lumière seulement lorsqu’elle sentait une impulsion intérieure… une sorte d’ordre de le faire venant du Seigneur et du Saint-Esprit. Et habituellement, lorsqu’elle regardait dans cette lumière, il lui était demandé d’offrir quelque souffrance particulière à une intention spéciale pour l’Eglise ou pour une personne. Dans cette lumière, elle vit un grand châtiment venir sur le monde dans le futur, mais il sera précédé d’une grande bénédiction : l’Avertissement comme dernière chance de conversion.

 

Il est intéressant de noter que 300 ans avant la Bienheureuse Anna-Maria, la même révélation a été faite à Saint Edmund Campion (1540-1581), jésuite anglais et martyr qui jusqu’à sa mort affirma cette même prophétie.

 

D’après ces derniers propos, on se rend compte que Dieu veut nous faire comprendre que si sa Miséricorde est grande, puisque non seulement il est toujours prompt à pardonner le pécheur repentant, mais qu’Il veut aussi nous faire vivre une « expérience » de nature à convertir un grand nombre, sa Justice est tout aussi importante et forme une sorte de contrepoids à cette Miséricorde infinie. Comment en effet pardonner à un enfant qui n’implore pas le pardon, donc qui ne regrette pas ce qu’il a fait ? Cette Illumination de la conscience sera ainsi de nature à nous pousser véritablement à faire un choix de vie, et donc aussi de répondre positivement ou négativement à l’appel de l’Amour de Dieu.

 

Alors ne nous y trompons pas, tout ne sera pas « joué » pour autant. Rappelez-vous l’évocation de cette demande de l’homme riche faite à Dieu d’envoyer prévenir ses frères et de la réponse qui lui fut donnée. Dieu sait très bien qu’il n’arrivera pas à convaincre chacune de ses créatures. De plus le Malin, au travers des hommes du monde influencés par lui, ne manquera pas de tourner en dérision cette expérience de vie vécue par chacun, prétextant une sorte d’hallucination collective, ou/et tous autres arguments, par le moyen des médias de toutes sortes, qui sont sa meilleure courroie de transmission parmi d’autres. Ceux-ci œuvreront sûrement avec efficacité pour détourner en nombre les âmes hésitantes, et elles risquent d’être très nombreuses.

On en revient toujours à ce grand combat spirituel entre le bien et le mal évoqué dans un précédent éditorial de « Au Souffle de l’Esprit ». Ce combat prendra à cette occasion une ampleur sans pareille. Et cette fois, chacun devra choisir son camp, pour ou contre Dieu, pour la vie éternelle dans le sein du Père ou une vie sans fin sans l’Amour du Père, à la grande tristesse de ce Dieu d’Amour et de Bonté pour ceux qui s’en détourneront.

 

Parmi les messagers qui ont comme mission de préparer les âmes à l’Avertissement, nous en mentionneront essentiellement deux : Sulema, une salvadorienne émigrée au Canada, et la Fille du Oui (Francine Bérieault), une canadienne française du Québec, sans omettre de mentionner JNSR, Fernande Navaro, une française d’origine Algérienne.

 

La parole sera largement donnée à Sulema dont tous les enseignements reçus sont destinés à préparer les âmes à cet évènement pour le vivre en enfant de Dieu. Ces enseignements sont très variés mais nous nous attarderons ici à ce qui se rapporte le plus directement à l’Avertissement.

 

Ajoutons que c’est Marie, notre douce Maman du Ciel, qui a obtenu du Père la grâce de l’illumination des consciences pour donner une dernière chance de faire le bon choix. Combien de fois ne nous a-t-elle pas répété au cours de ses apparitions qu’elle ne pourrait pas retenir sans fin le bras de la Justice de son Fils, tant les outrages du monde à l’égard de Dieu sont grands.

 

Alors, laissons maintenant la parole à ces deux âmes privilégiées qui ne font que transmettre les messages qui leur sont donnés, en commençant par Sulema.

 

CD

 

 

 

Jésus, ton roi d’Amour (28 janvier 2011)

 

Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang, pour la gloire de Dieu mon Père.

 

Voici venir le temps où l’on va envier les morts, le temps où toutes les prophéties vont s’accomplir, le temps où les saints Anges viendront séparer l’ivraie du bon grain (Mt, 13, 24), le temps où le Fils de l’homme fera ses délices parmi ses frères et sœurs de toute race et de toute langue qui n’auront qu’une seule croyance, un seul Dieu, un seul Père, où l’amour de Dieu circulera librement dans tous les cœurs de nos enfants.

 

Ce sera le temps où l’amour régnera sur la terre, où la paix régnera dans chaque cœur, où la joie couvrira toute la création pour vous faire contempler la Gloire de votre Dieu et Père. Quelle joie, mon enfant ! Mon Sacré-Cœur tressaille d’allégresse à la pensée de cette ère de paix et d’Amour Trinitaire.

 

Mais hélas, pour arriver à ce temps, il faut d’abord passer par le temps de la grande tribulation où chaque enfant devra se prononcer et dire oui à Dieu ou dire oui au démon, et vivre avec les conséquences qui découleront de son choix. Ce sera l’heure solennelle où vous choisirez pour toujours le lieu de votre destination.

 

C’est pour cela, mon enfant, que ma très Sainte Mère a obtenu de la miséricorde du Père trois fois saint cette grâce de vous faire vivre l’illumination des consciences. Cela vous fera comprendre une fois pour toutes que Dieu existe vraiment et vous fera voir où vous ont conduits le péché et votre façon de vivre, où vous ont conduits votre éloignement des sacrements et de votre tiédeur. Cet évènement sera une prise en charge pour vous réveiller de votre torpeur, pour secouer votre esprit et vous mettre en marche sur la route qui vous conduit au Royaume éternel où le Père vous attend les bras grands ouverts.

 

Voilà pourquoi vous devrez vivre cet évènement. Plusieurs enfants ne veulent pas y croire, d’autres le voient seulement d’un côté catastrophique, et très peu le saisissent comme la dernière chance que le Ciel leur offre de revenir à Moi, votre Dieu et votre Seigneur.

 

Préparez-vous par la prière et l’adoration pour arriver à vivre tout cela dans ma paix, dans la confiance à ma Providence avec la grâce de l’Esprit-Saint, en entrant dans la nouvelle Arche, le Cœur Immaculé de Marie et le Sacré-Cœur de Jésus, pour vous protéger de cette tempête des derniers temps.

 

Je vous aime. Je vous bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alleluia.

 

 

 

Le Sacré-Cœur de Jésus (19 février 2011)

 

Le jour de l’illumination des consciences approche. Comme au temps de Noé… le réveil sera brutal.

 

Merci de ta promptitude à recevoir mes paroles. Signe-toi et écris mon enfant, couverte de mon Précieux Sant, pour la Gloire de Dieu, Mon Père.

 

Les jours passent et l’on ne veut pas se préparer à purifier l’état de son âme. On continue de vivre comme si rien n’allait se passer, mais, en vérité, Je te le dis mon enfant, le jour de l’illumination des consciences approche à grands pas.

 

Il viendra comme un voleur (Ap 3, 3). Comme au temps de Noé (Gn 7), les gens continuent à boire, à manger, à festoyer sans nous prendre au sérieux, sans prendre le temps d’essayer d’être en étant de grâce, sans prendre le temps de se mettre en tenue de service (Lc, 12, 35) pour que le Seigneur et leur Dieu les trouve avec leurs lampes bien allumées et avec une bonne provision de l’huile de la foi. Il faudra une foi forte pour tenir bon dans ce grand combat contre les forces du mal qui se livre présentement.

 

Si vous saviez combien de sectes ont proliféré, combien de messes noires sont dites autour du monde, comment les sciences ont pris de l’ampleur dans toutes les sphères sociales, comment mes enfants se sont laissé lier avec des chaînes qui les tiennent esclaves du mal. Ils sont tellement aveuglés qu’ils se sentent bien pris dans ce tourbillon qui les entoure.

 

Oh, mes enfants ! Quelle douleur et quelle tristesse subiront ceux qui verront, dans la lumière de Dieu, tout le mal qu’ils ont accepté dans leur vie, le mal qu’ils se sont laissé imposer par le monde, la chair et le démon. Le réveil sera si brutal pour quelques-uns en découvrant jusqu’où les a conduit le vouloir paraître en suivant les modes, les tendances malsaines quand ils vont reconnaître la vérité malgré tout ce que les grands de ce monde ont fait pour les convaincre que Dieu n’existe pas, prétendant que c’est une arme que l’Eglise prêchait pour avoir le contrôle, le pouvoir.

 

Ils vont découvrir que Dieu existe, que Dieu est vivant et qu’il vient vous demander : qu’avez-vous fait des talents qui vous ont été donnés ? Qu’avez-vous fait du temps qu’il vous a donné ? Qu’avez-vous fait du don de la vie qu’il vous a été confié ? Qu’avez-vous fait des lois divines qui sont inscrites dans vos cœurs ? Qu’allez-vous répondre à l’observance de chaque Commandement ?

 

Réfléchissez, les enfants ! Prenez le temps de faire un examen de conscience pendant que vous avez encore un peu de temps. Après ce sera trop tard et vous allez le regretter. Essayez de vivre en harmonie avec votre Dieu et votre Père.

 

Réconciliez-vous et augmentez votre foi. Quand le moment viendra, ne soyez pas comme les vierges affolées qui sont parties à la course pour chercher ce qui leur manquait : l’huile de la foi, l’huile du pardon, l’huile de la grâce de Dieu, l’huile de la Miséricorde de Dieu. Le jour vient où la Miséricorde divine doit laisser toute la place à la Justice divine de Dieu Trinitaire.

 

Je ne vous parle pas pour vous faire peur. Je vous avertis pour vous donner la chance de vous préparer. Le temps presse et parce que je vous aime, mes enfants d’amour, je désire… oui, je veux vous avoir avec moi, je veux que vous soyez tous dans mon Sacré-Cœur.

 

Merci, merci mes enfants, de bien accueillir mes paroles. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils, et au nom du Saint-Esprit. Amen, alleluia.

 

 

 

Jésus, Sauveur du monde (3 avril 2011)

 

Le jour de l’illumination approche à grand pas. De très grandes catastrophes précéderont celle-ci.

 

Ne te laisse pas distraire, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte de mon Précieux Sang pour la Gloire de Dieu mon Père.

 

Le jour vient où vous regretterez amèrement de ne pas avoir mis de l’ordre dans votre vie. Combien de fois j’ai dit à votre génération : reviens à moi, ton Seigneur et ton Dieu. Convertissez-vous avant qu’il ne soit trop tard, réconciliez-vous avec votre Père qui est aux Cieux. Soyez comme l’enfant prodigue qui a réfléchi avant de mourir de faim, avant de perdre sa vie. Ne gaspillez pas le peu de temps qui vous reste…

 

Le jour de l’illumination approche à grands pas. Ne pensez pas que vous aurez encore le temps de régler vos comptes envers Dieu, car nul ne connaît l’heure, le jour, le mois où vous allez entrer et vivre dans ce grand mouvement spirituel, où toute votre vie défilera devant vos yeux, où votre conscience sera éclairée par la Lumière du monde (Jn 8, 12), où tout autre mouvement va s’arrêter, où même les animaux et toute la création vont se taire. Par respect pour Dieu, le Créateur, l’univers entier va s’arrêter.

 

En vérité, soyez certain qu’à ce moment vous allez pleurer le temps perdu, le temps où vous avez ignoré le Saint Sacrement que j’ai institué pour vous aider à rester en état de grâce, le temps où vous avez transgressé mes préceptes… Vous allez vous voir avec mes yeux.

 

J’aurais voulu que tous nos enfants nous prennent au sérieux, qu’ils prennent le temps de réfléchir, d’aller à la confession, d’essayer de changer de conduite et de revenir à Dieu le Père par amour et non par peur.

Je vous ai averti qu’avant l’illumination vous vivrez de grandes, voire de très grandes catastrophes. Elles sont déjà commencées, mais vos cœurs sont devenus insensibles à la douleur d’autrui. Vous ne priez pas assez pour vos frères et vos sœurs qui en ont tant besoin. Sachez-le, mes enfants, le calvaire de l’humanité est bel et bien commencé.

 

On vous a dit que l’heure est à l’adoration, à la prière : récitez le chapelet, le chapelet de la Miséricorde… Intercédez pour arrêter la colère du Père trois fois saint. Réveillez-vous, mes enfants, réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard, profitez de mes dernières miettes de la Miséricorde divine. Je vous le répète, réconciliez-vous avec Dieu le Père, écoutez son Fils qui est sa Parole, écoutez ma très Sainte Mère, l’Immaculée Conception. Nos cœurs unis saignent de voir l’indifférence de la plupart de nos enfants.

 

Aidez vos frères et vos sœurs de partout dans le monde. Mes enfants d’amour, n’ayez pas peur ! (Mt 14 , 27) Il faut que tout s’accomplisse. Soyez forts, prenez courage, car votre délivrance approche. Nous sommes avec vous, nous sommes en vous.

 

Gardez votre paix, Ma paix, gardez votre joie, Ma joie, car c’est moi, le Seigneur, qui vous le demande. Merci, mes enfants. Je vous aime et je vous protège. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint Esprit. Amen, alleluia.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 

Marie, Reine de la paix (21 mai 2011)

 

Description de l’illumination des consciences. Tous verront la Gloire de Dieu et leur conscience telle qu’Il la voit.

 

Que la paix soit avec toi, mon enfant. Signe-toi et écris, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus-Christ le Seigneur.

 

Réjouissez-vous, mes enfants, car le Seigneur est bon et me permet de vous adresser mes paroles. Comme une bonne maman, je veux vous préparer à vivre ce grand évènement de l’illumination des consciences dans la paix, dans l’abandon à la Divine Volonté.

 

Ce sera un mouvement d’amour et de miséricorde où tous les enfants de la terre doivent entrer pour vivre ce moment, par la puissance du Saint-Esprit. Vos cœurs doivent s’ouvrir pour accueillir les grâces nécessaires, sans lesquelles vous serez incapables de bien vivre cette expérience surnaturelle. Car vos âmes seront en présence de la Gloire, la Majesté, la Toute-Puissance de Dieu le Fils qui vient vous montrer l’état de vos vies pour vous faire voir où vous ont conduits vos péchés. Puis, chacun saura où il doit aller. Mon divin Fils vient en cette occasion vous avertir, chacun en particulier, des choses que vous devrez faire, des choses que vous ne devrez pas accepter et aussi des choses que vous devrez vous abstenir de regarder…

 

Voyez-vous comment le Seigneur est bon, comment il prend soin de chacun de ses enfants ? Vous devez vous préparer dans la prière, la louange, l’adoration, pour garder votre paix intérieure, pour être attentifs aux inspirations de la grâce et ainsi vous laisser instruire par l’Esprit Saint qui est bien à l’œuvre en ces temps qui sont les derniers.

 

Demandez-Lui de vous envahir de ces dons, de ses fruits et ses charismes. Demandez-lui d’ouvrir votre intelligence à la Parole de Dieu et à la sainte Bible. Demandez-lui d’ouvrir les yeux et les oreilles de votre cœur, pour vous apprendre à voir avec le regard de Dieu et à écouter comme Dieu, pour faire progresser votre vie spirituelle d’enfants de la lumière. Demandez-Lui l’amour pour Dieu le Père et Dieu le Fils, pour que l’amour filial soit plus fort et plus vivant en chacun de vous.

 

Merci mes enfants, pour vos oui d’amour. Merci de bien accueillir mes enseignements. Je vous aime. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alleluia.

 

 

Marie, Reine de la Paix (3 octobre 2011)

 

Marie parcourt le monde pour préparer ses enfants à rencontrer le Fils de Dieu.

 

Profitez, mes enfants, du temps dont vous êtes bénéficiaires en ce moment. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus-Christ, le Seigneur.

 

Prenez le temps de méditer les enseignements que vous recevez, mes enfants. Goûtez ce miel ruisselant qu’est la Parole de votre Dieu et la parole que vous adresse votre céleste Maman.

Comme je vous ai dit auparavant, le Ciel va se taire un jour, les messages, les prophéties, les enseignements, les apparitions vont cesser. En vérité, je vous le dis : que dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a pas eu autant de révélations que dans le temps que vous vivez. Je parcours le monde pour aller vous rejoindre mes enfants, pour vous préparer à votre rencontre prochaine avec mon doux Jésus. Je prépare son chemin pour que vous soyez prêts. Je vous demande de revenir à votre Dieu, votre Père, de vous convertir, de rester en état de grâce, de prier, d’adorer, de jeûner. Faites pénitence, mes enfants. Il faut réparer pour toutes les offenses, les sacrilèges, les péchés qu’on a commis et ceux que l’on commet.

 

Ne gaspillez pas votre temps, je vous en prie. Un jour vous devrez rendre compte du temps que le Seigneur vous a donné. On dit que les anges pleurent le temps que vous avez perdu… et c’est vrai, mes enfants ; consacrez du temps à votre vie spirituelle, revenez à la source, suivez le Bon Pasteur qui vous amènera vers de verts pâturages, sur des prés d’herbe fraîche, il vous fera reposer ; méditez sa Parole qui est la voix qui vous guide.

 

Oui, mes enfants, méditez en vos cœurs les paroles du Seigneur ; suivez mon exemple, j’ai tout gardé dans mon Cœur Immaculé et j’ai médité jour et nuit. Voilà ce qui m’a soutenue pendant mon séjour sur la terre. Soyez comme des éponges qui se laissent imbiber de cette manne céleste pour qu’à l’heure du grand silence vous puissiez vous souvenir de tant de bienfaits reçus. En méditant les passages de la sainte Bible vous allez constater comment Dieu le Père a été toujours présent auprès de son peuple, comme celui qui se tient près de Dieu ne craint rien et ne chancelle jamais.

 

Que le Seigneur soit le rocher qui vous abrite, que votre confiance soit plus forte en Celui qui vous a tout donné en vous donnant son Fils unique. Voyez, comme est bon le Seigneur et qu’Il vous attend tels que vous êtes. Il désire de vous un soupir, un acte de contrition, un petit geste de repentir, une visite au confessionnal…

 

Revenez à lui, pendant qu’il reste du temps, faites votre examen de conscience, jamais vous ne le regretterez. N’oubliez pas qu’il est écrit (Ps 31) : « Heureux celui qui est absous de ses péchés et acquitté de ses fautes. » Prenez le temps de vous préparer au sacrement du Pardon, demandez à l’Esprit-Saint de faire lumière en chacun de vous pour vous rafraîchir votre mémoire et en toute simplicité, en toute humilité, allez à la rencontre de mon divin Fils, Jésus, qui est dans le prêtre pour vous accueillir.

 

Merci, mes enfants d’amour, de vous laisser préparer à cette rencontre avec le Fils de Dieu qui sera devant vous, un jour prochain. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alleluia.

 

 

 

Marie, Reine de la Paix (26 novembre 2011)

 

L’illumination des consciences sera un évènement unique dans l’histoire du genre humain. Préparez-vous et allez au sacrement du pardon.

 

Que la paix soit avec vous, mes enfants. Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur.

 

Heureux celui qui veille dans la prière en ces temps si troublés où l’on fait tout pour vous détourner de la prière, de l’adoration, du recueillement et surtout pour vous empêcher de trouver le silence qui vous amène à une vie d’intériorité pour entendre la voix de notre Seigneur et votre Dieu.

 

Heureux celui qui persévère dans la prière et qui ne se laisse pas décourager ni accabler par toutes sortes de soucis et d’épreuves ; il saura échapper à tout ce qui doit arriver, car il aura une foi inébranlable, une confiance absolue en Dieu son Père ; il saura vivre le moment présent en sachant que son Père est là pour le protéger, le guider, le rassurer.

 

Heureux êtes-vous, mes enfants, si vous arrivez à rester éveillés dans la prière en cette nuit si profonde de la grande apostasie. Vous serez dignes de paraître debout devant le Fils de l’homme quand vous allez entrer dans ce mouvement de la Miséricorde de Dieu, l’illumination des consciences.

 

Restez en état de grâce, demandez l’aide de l’Esprit Saint pour faire un bon examen de conscience. Préparez-vous et allez au sacrement du Pardon ; ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui, car l’heure approche à grands pas ; vous verrez en temps et lieu. Ecoutez les conseils de votre céleste Maman ; je veux vous aider à vivre cet évènement unique dans l’histoire du genre humain ; vous n’avez pas la moindre idée de ce que vous allez vivre d’ici peu. Soyez vigilants, restez éveillés et priez, priez, mes enfants pour tous vos frères et sœurs du monde entier, priez avant qu’il ne soit trop tard.

 

Merci, mes amours, d’accueillir mes paroles. Je vous aime et je serai avec vous pour toujours avec Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu l’Esprit Saint. Soyez bénis au nom du Père, au nom du Fils et au nom du Saint-Esprit. Amen, alleluia.

 

À suivre …

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :