ASDE 058 : Bible en pdf

La Loi des Antagonismes

 

 

“A celui qui vaincra…” Apocalypse 2, v. 7

 

Toute vie suppose un combat ; c’est un fait, que ce soit dans le domaine de la grâce ou de la nature, qu’il s’agisse de la vie du corps, de la vie mentale, de la vie morale ou spirituelle. La santé est un équilibre entre notre organisme et le monde environnant. Elle se maintient si notre vitalité est suffisante pour résister aux attaques extérieures – qui toutes sont capables de nous détruire. Les éléments qui me soutiennent et me renouvellent tant que je suis en vie, désagrègent mon organisme dès ma mort. Si j’ai une vitalité suffisante, je garde cet équilibre qu’est la santé. Il en est de même pour la santé mentale. Si je veux avoir une santé mentale vigoureuse, je dois lutter, et il en résulte cet équilibre qui s’appelle une pensée saine.

 

C’est également vrai dans le domaine moral, car il y a en moi antagonisme entre le bien et le mal. La victoire sur le mal et la pratique du bien dépendent de ma vigueur morale. Dès que je lutte, le bien l’emporte. Personne n’est vertueux malgré lui ; la vertu s’acquiert.

 

C’est le même phénomène dans le domaine spirituel. Jésus a dit : “Vous aurez des tribulations dans le monde”, cela veut dire que toutes les forces contraires à la vie spirituelle seront dressées contre vous, mais: “Prenez courage, j’ai vaincu le monde.” Je dois apprendre à conquérir tout ce qui s’oppose à la croissance spirituelle pour parvenir ainsi à cet équilibre qui s’appelle la sainteté ; alors le combat lui-même devient joie. La sainteté est l’équilibre entre mes dispositions naturelles et la loi de Dieu manifestée en Jésus-Christ.

 

 

 

 

L’Arc dans les Nuées

 

J’ai placé mon arc dans la nue, et il servira de signe d’alliance entre moi et la terre. Genèse 9, v. 13

 

C’est la volonté de Dieu que les hommes entrent en relation étroite avec lui, et les alliances qu’il traite avec nous tendent à ce but. “pourquoi Dieu ne me sauve-t-il pas” ? demandez-vous. Il vous a sauvé, mais vous n’êtes pas encore entré en rapport avec lui. “Pourquoi Dieu ne fait-il pas pour moi ceci, ou cela ?” il l’a fait, mais la question est celle-ci : Vous êtes-vous conformés à ses désirs ? Toutes les grâces de Dieu sont là à notre portée, mais nous ne pourrons les saisir qu’une fois entrés dans l’alliance de Dieu.

 

Attendre que Dieu se manifeste est le comble de l’incrédulité ; cela prouve que vous attendez qu’il agisse pour croire en lui. Dieu a pris les devants en nous offrant son alliance ; nous devons faire le pas nécessaire pour l’accepter. Il s’agit d’avoir foi en Dieu, de lui faire confiance, et c’est la chose la plus difficile. Nous n’avons vraiment foi qu’en nous-mêmes, en nos propres sentiments… Je ne crois en Dieu que lorsqu’il a mis dans ma main la chose même que je désire ; et alors, je proclame : “Maintenant, je crois.” Ce n’est pas cela, la foi, “Regardez à moi, et soyez sauvés”, dit l’Éternel.

 

Quand j’accepte réellement les termes de l’alliance de Dieu, et que je m’abandonne à lui entièrement, il n’y a plus en moi aucune idée humaine de mérite, mais je suis submergé par le sentiment d’être entré dans la pleine communion avec Dieu, et tout rayonne de paix et de joie.

 

 

 

 

 

Le Sacrifice Complet De Nous-Mêmes !

 

 

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair, avec ses passions et ses désirs. Galates 5, v. 24

 

La vie naturelle n’est pas en elle-même une vie de péché. Le péché, lui, est une abomination dont nous devons être entièrement purifiés ; nous ne devons plus rien avoir de commun avec lui. Le péché est du domaine de l’enfer et du diable ; moi, comme enfant de Dieu, je suis du ciel, je dépends de Dieu.

 

La question primordiale n’est pas que j’abandonne le péché, mais que j’abandonne mon droit sur moi-même, mon indépendance naturelle et mon assurance orgueilleuse. C’est là que la lutte s’engage. Ce sont les choses justes, nobles et bonnes aux yeux de l’homme naturel, qui nous empêchent d’accéder à ce que Dieu considère comme meilleur. Lorsque nous nous rendons compte que les vertus naturelles nous empêchent de nous abandonner à Dieu, nous livrons le plus grand combat que le chrétien puisse connaître. Bien peu, parmi nous, se laissent entraîner vers ce qui est sordide, vil et franchement mauvais. Mais en nous le bon est aux prises avec le meilleur. Plus nous nous élevons sur l’échelle des vertus humaines, plus nous nous opposons intérieurement à Jésus-Christ. ” Ceux qui sont à Christ ont crucifié la chair”. Ce n’est pas un fragment de votre nature humaine qui doit être crucifié, mais toute votre nature. Jésus a dit : “Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même”, c’est-à-dire à tous ses droits sur lui-même. Pour consentir à ce renoncement, il faut avoir découvert qui est réellement Jésus-Christ. Ne reculez pas devant le sacrifice de votre indépendance.

 

“L’homme naturel” n’a rien de spirituel, et pour qu’il le devienne, il faut qu’il soit offert en sacrifice. Si nous n’acceptons pas résolument de sacrifier le “naturel”, le “surnaturel” ne pourra jamais s’incarner en nous.

 

 

Ces trois textes sont extraits de la Bible en pdf

 

Un avis sur “ASDE 058 : Bible en pdf

  1. Cette parole est tellement vraie. Je témoigne et confirme ce qui vient d’être écrit. Poussée par l’Esprit Saint, j’ai été crucifier ma chaire naturelle sur la Croix de mon Bien Aimé. Il ne faut surtout pas avoir peur. Pour cela il faut se rendre compte du magnifique don de Dieu, celui dont parle Jésus à la Samaritaine. Après avoir mené le bon combat, on se trouve dans une joie et une paix profonde que seule la Sainte Croix peut donner par la douloureuse passion de Jésus Christ. N’ayons pas peur de revêtir les plaies du Christ, elle sont Chemin, Vie et Vérité…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :