ASDE 060 – Confidences de Jésus, don Ottavio Michelini

Confidences de Jésus à ses prêtres

Don Ottavio Michelini

Quand les sentinelles

ne sont pas vigilantes

 

 

Les évêques avec le Pape sont les gardiens des valeurs inestimables de la Vérité, c’est-à-dire de ce patrimoine formé par ma doctrine et par ma parole. Les évêques avec le Pape sont les gardiens naturels des valeurs morales et spirituelles, que J’ai enseignées à mon Eglise.

 

Les évêques avec le Pape sont les gardiens des valeurs inestimables de la foi, de ma doctrine et de la parole vivante, parce que divine et éternelle, qui ne change pas avec le changement des temps, contrairement à ce que pensent certains dans mon Eglise, tels ces théologiens hérétiques, oui, hérétiques par ce qu’orgueilleux et présomptueux.

 

Les évêques avec le Pape sont les gardiens naturels des valeurs spirituelles de la Rédemption, de ma Loi qui ne change pas et ne peut jamais changer, étant elle-même éternelle et divine ; par conséquent personne sur la terre, pas même mon Vicaire, n’a le pouvoir de la manipuler et de l’asservir à l’orgueil et à l’égoïsme humain.

 

Les évêques avec le Pape avaient, ont et auront le devoir sacré d’une vigilance avisée et persévérante, car ces trésors spirituels sont gratuitement donnés par Dieu à l’humanité pour que celle-ci puisse s’émanciper de la tyrannie du Prince des ténèbres et ainsi se libérer du mal et s’élever pour s’unir à Dieu, Un et Trine, Alpha et Oméga, Créateur et Seigneur de toute chose.

 

C’était et c’est le devoir des évêques de protéger la foi des attaques des forces obscures du Mal qui, singeant Dieu, se servent pour leur action destructrice précisément de ceux qui, choisis par Dieu, devraient être des fils dévots, fidèles, épris et zélateurs de sa gloire et du bien des âmes ? Mais, malheureusement un certain nombre de consacrés, aveuglés par l’orgueil, plaie terrible et profonde de mon Corps mystique, ne se sont pas rendu compte de l’œuvre satanique d’écroulement et de ruine provenant de mes ennemis, qui sont vos ennemis et les ennemis de mon Eglise. Même lorsqu’ils ont remarqué le danger, ils n’ont pas réagi avec l’énergie et la force voulues, parce qu’ils avaient peur de perdre leur prestige, ils avaient et ils ont peur de perdre leur dignité.

 

 

Et si un aveugle se fait guide…

 

Comment s’expliquer, mon fils, l’expansion de l’erreur, de l’immoralité ? Comment expliquer même l’apologie de lois contre nature comme l’avortement, le droit à la prostitution, l’apologie du crime ?

Il est vrai qu’ils n’ont pas manqué des cris de protestation de la part du petit nombre des bons, mais il est tout aussi vrai qu’a manqué cette mobilisation en masse dans mon Eglise, en usant de tous les moyens licites, soit spirituels soit matériels, pour la défense des droits divins de la vérité et du bien des âmes. Très grave faute pour les évêques et les prêtres qui n’ont pas réagi comme ils auraient dû, mais, souvent pour des motifs qu’il vaut mieux passer sous silence, se sont eux-mêmes indirectement rendus complices et instruments du mal.

 

Tu vois mon fils, les contradictions réelles et manifestes de la pastorale moderne, tant il est vrai qu’à cause de cette inconscience les structures de l’Eglise sont toutes en voie de rejet, ou pour le moins en crise, tandis que, dans la société rendue athée et matérialiste par la propagation de tant de maux doctrinaux, moraux et souvent même physiques, voguent à pleines voiles les structures de Satan.

 

Oh ! Quel aveuglement et quelle faiblesse dans mon Eglise ! Les saints et les martyrs ne furent pas, ne sont pas et ne seront jamais des poltrons !

 

Les ennemis de Dieu et de mon Eglise se sont unis pour le mal ; si mes évêques et mes prêtres étaient autant unis pour le bien, le visage de mon Eglise ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui !

 

 

Lourde responsabilité pour les très graves omissions !

 

Elle ne sera certes pas valable la justification adressée à Moi, Juge éternel, selon laquelle les réalisations du progrès moderne, en particulier les moyens de communication, seraient les responsables des maux existant au sein de mon Eglise… Je suis Dieu et Je connais parfaitement toutes les racines de la crise présente. J’en connais parfaitement les diverses origines, c’est pourquoi Je dis que les justifications alléguées ne servent guère auprès de ma Justice divine.

 

Les moyens et la technologie eux-mêmes pouvaient servir au bien et pouvaient servir à endiguer le Mal, si une foi vive et débarrassée des infatuations rationalistes et marxistes, si une foi agissante et pure avait été opposée aux forces du Mal.

 

Ce sera Moi qui, lors du Jugement, évaluerai le degré de responsabilité collective et personnelle de mes prêtres et de mes évêques.

 

Toute échappatoire sera inutile ; personne ne peut et ne pourra jamais échapper au jugement de Dieu. Sur la conscience de beaucoup de Pasteurs et de prêtres pèsent de lourdes responsabilités. Je rappelle les très graves omissions pour endiguer les forces du Mal, lesquelles, non seulement devaient être endiguées, mais contrecarrées par tous les moyens que Moi, Jésus, et ma Mère, Nous avons enseignés avec insistance, comme, par exemple, l’humilité, la prière, la pénitence !

Je répète encore une fois qu’ils ont déformé substantiellement la règle de vie chrétienne : la vie est une épreuve, la vie est une lutte contre les forces obscures de l’enfer et ses embûches. Déformer cela, c’est déformer le christianisme, c’est déformer la Rédemption, c’est l’entamer dans son essence.

 

Oui, mon fils, il vaudrait mieux et serait plus sage de ne pas se rebeller, mais de se repentir humblement des erreurs commises.

 

Je te bénis ; aime-Moi !

 

9 décembre 1976

 

Un avis sur “ASDE 060 – Confidences de Jésus, don Ottavio Michelini

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :