ASDE 016 – Marie Lataste 2

Dieu, la Sainte Trinité

4ème partie/2

Par Sœur Marie Lataste, mystique catholique

LIVRE 2

Le Verbe de Dieu fait homme

 

Gloire et louange, amour et reconnaissance soient à jamais rendus à Jésus au saint sacrement de l’autel, au Père et au Saint-Esprit dans tous les siècles des siècles, Amen.

 

Chap. 1, « Je suis la voie, la vérité, la vie »

 

 Ma fille, me dit un jour le Sauveur Jésus, je suis la voie, la vérité et la vie.

 

« Je suis la voie ; celui qui me suit ne s’égarera point ; je suis la vérité, celui qui croit en moi ne sera point trompé ; je suis la vie, quiconque n’est point uni à moi par la charité est dans la mort.

« Je suis la voie et non point toutes les voies. Le temps mène à l’éternité par trois voies ; mais ces trois voies ne sont point miennes, car il n’y a en moi qu’une voie bien différente des deux autres, parce que seule elle a été tracée par mes mains divines.

« Je veux, ma fille, vous faire connaître ces trois voies, et distinguer entre elles celle qui m’appartient et que doivent suivre ceux qui veulent venir à moi.

« La première voie est large, commode et très pratiquée. Satan en a tracé le sillon dans le paradis terrestre, et le pécheur, esclave de Satan, marche dans cette voie. Elle est bordée de fleurs ; mais ces fleurs, que fait germer l’enfer et non le ciel, cachent des épines qui donnent la mort. L’homme s’y nourrit d’un miel sauvage dont le goût paraît suave, mais qui, en vérité, sert de poison à ceux qui le mangent et les laisse sans vie. Le terme de cette voie sont les abîmes éternels.

« La seconde voie est moins large, moins commode, moins agréable. Ce n’est point Satan qui l’a tracée, mais il l’a inspirée pour appeler ensuite les hommes dans la sienne. Les fleurs qui couvrent cette voie sont plus petites que les autres et moins nombreuses ; leurs épines aussi, moins dangereuses et moins aiguës, ne vont point jusqu’au cœur et n’y font point de plaies mortelles. Ceux qui marchent dans cette voie conservent la vie, s’ils ne la quittent point pour entrer dans la première. Ils marchent, et trouvent au terme de cette voie le purgatoire et ses supplices passagers, mais effrayants et terribles.

« La troisième voie ne ressemble nullement aux deux premières ; elle est très étroite, très difficile et peu pratiquée. C’est moi qui l’ai tracée sur le Calvaire, et le chrétien, qui est un autre moi-même, marche dans cette voie. Elle est couverte d’épines ; mais ces épines abritent des fleurs venues du ciel, dont le parfum réjouit l’âme et fait disparaître les blessures faites par les épines. Ces blessures, loin d’être mortelles, enlèvent tout ce qu’il y a de corrompu dans l’homme et respectent tout ce qui est bon en lui. Celui qui marche dans cette voie n’y trouve pour se refaire de sa fatigue qu’une absinthe très amère ; mais, dès qu’il est abreuvé, l’amertume se change en suavité.

« C’est moi qui suis cette voie, qui mets les fleurs sous les épines, la suavité dans l’amertume, le ciel après le voyage. Je suis le conducteur de cette voie ; je guide ceux qui veulent la suivre, par moi-même ou par d’autres moi-même, c’est-à-dire par des hommes qui sont plus avancés et qui ont plus d’expérience ; mais le guide principal, c’est moi.

« Je suis la vérité. La vérité est une, la vérité est ferme, la vérité ne trompe point, la vérité ne succombe jamais : elle dure éternellement. L’opposé de la vérité est le mensonge, comme l’opposé du bien, c’est le mal ; et le mensonge se dit vérité, et le mal se dit bien, pour battre le bien et la vérité. La grâce de Dieu aide la raison de l’homme et lui permet de distinguer sûrement le bien du mal ou la vérité du mensonge.

« La vérité, c’est moi, comme le mensonge, c’est Satan. La vérité, c’est moi, et la manifestation de cette vérité éternelle est dans cette parole : “Je suis celui qui est !” Le mensonge, c’est Satan, et la manifestation première du mensonge est dans cette parole : “Je m’élèverai et deviendrai semblable à Dieu.”

« Je suis la vérité ; j’éclaire la voie étroite dont je vous ai parlé. Satan est le mensonge ; il éclaire la voie large que je vous ai fait connaître.

« Satan est le conducteur de la voie large, riante, agréable et parsemée de fleurs ; il promet des biens, des plaisirs, le bonheur à ceux qui la suivent ; il leur promet la vie ; mais parce que Satan est le mensonge, il ne leur donnera que misère, peines, afflictions et mort éternelle.

« Je suis le conducteur de la voie étroite ; je promets des biens éternels et non passagers ; je promets le bonheur de l’éternité et non celui du temps ; je promets la vie du ciel, non celle de la terre ; et, parce que je suis la vérité, je donnerai les biens éternels, le bonheur de l’éternité, la vie du ciel.

« La vie, c’est moi ! Je suis la vie. Celui qui marche dans la voie large trouve la mort. Celui qui marche dans la voie étroite trouve la vie. Celui qui s’attache à Satan, va avec Satan au lieu de l’éternelle malédiction. Celui qui s’attache à moi, va où je vais, vers mon Père, qui le bénit.

« La mort naturelle est la séparation de l’âme d’avec le corps. Quand l’âme est séparée du corps, le corps est sans vie, mais l’âme conserve la vie. Ainsi, je suis la vie de l’âme. Séparée de moi, l’âme est morte, mais je conserve la vie qu’elle a perdue en me perdant.

« Celui qui me conserve jusqu’au terme de sa voie, me possédera toujours. J’aurai été sa vie sur la terre, je serai aussi sa vie dans l’éternité. Je serai sa récompense, sa félicité, son tout. Avec moi, il aura tout, quand même il aurait tout perdu pour me posséder.

« Combien les hommes font peu d’attention à la voie qu’ils suivent, à celui qu’ils ont choisi pour leur guide, à ce qui les attend au terme de leur vie ; et cependant, quoi de plus important, quoi de plus essentiel, puisque le salut éternel ou la damnation en dépendent ?

« Ô ma fille, marchez toujours dans ma voie ; ne craignez ni les épines, ni les afflictions ni rien de ce qui vous contrariera en elle : ayez toujours vos yeux sur le flambeau de la vérité que j’ai allumé sur le Calvaire, reposez-vous en moi ; je serai toujours avec vous et toujours je vous donnerai la vie. »

 

Laisser un commentaire

%d