ASDE 02 – L’Eucharistie avec Jean, messager…

Messages sur l’Eucharistie

Jean, le messager de la Lumière

 

Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 1393 : « La communion nous sépare du péché. Le Corps du Christ que nous recevons dans la sainte communion est « livré pour nous », et le Sang que nous buvons, est « versé pour la multitude en rémission des péchés ». C’est pourquoi l’Eucharistie ne peut pas nous unir au Christ sans nous purifier en même temps des péchés commis et nous préserver des péchés futurs.

 

Pour recevoir le Seigneur dans l’hostie, Il attend de vous la pureté du cœur comme celle du corps. Il est important, pour vous maintenir sur la bonne route, de vous imaginer que d’aucune manière vous ne pouvez être parfait. Aussi remettez-vous en question en faisant surtout taire votre orgueil.

 

Quand vous vous confessez, souvent vous ne savez que dire, et pourtant aussi insignifiantes qu’elles vous paraissent vous devriez considérer les chutes de chaque jour ; oui, aussi minimes vous semblent-elles. La volonté d’en parler vous évitera de les renouveler.

 

Indiscutablement, tout homme, même le plus vertueux et le plus sage, trébuche sur quelques péchés véniels. Il trébuche soit par faiblesse, soit en agissant par mauvais vouloir ou soit encore même parfois par malice. Cela arrive en particulier, quand pour une raison quelconque, conséquence bien souvent de votre amour-propre trop chatouilleux, au plus profond de vous-mêmes, vous vous sentez atteint. La réaction du bon chrétien consiste à ne pas laisser aller une mauvaise humeur, si ce n’est à l’abattement ou à l’inquiétude, mais de se tourner vers Dieu pour déplorer cette faiblesse.

 

Pour acquérir des vertus il est essentiel d’affronter le mal et pour l’affronter, de maintenir votre confiance en Dieu dans l’oraison et par de multiples actes inspirés par votre ange gardien qui vous aidera à lutter contre votre ennemi, à la condition que vous déployiez toute votre volonté.

 

Vos défauts – car qui que vous soyez il en reste toujours –, c’est avec persévérance que vous devez vous efforcer de les gommer, non seulement ils ne cesseront jamais dans notre vie, mais semblables aux mauvaises herbes, ils germeront à tout instant.

 

Boucher vos failles ne finira qu’avec votre vie sur terre, et si vous refusez de combattre, inévitablement vous perdrez tout ce que vous avez engrangé en vertus.

 

Considérez que vous avez toujours autour de vous, que ce soit du visible ou de l’invisible, affaire à des ennemis qui vous agressent, surtout si vous êtes porteurs de la bonne parole, car en ne faisant pas partie des tièdes ou des non-croyants, nous n’aurez ni paix, ni trêve. C’est par votre combat spirituel que vous plaisez à Dieu. (13-12-2002)

 

Des chrétiens n’ont pas la pleine conscience de ce que représente la sainte communion. Ils ne savent pas toujours en mesurer toute l’importance. Pour beaucoup, c’est devenu une habitude, une routine et il est triste de constater cette indifférence au Sang et au Corps de Jésus. Quand vous aimez et appréciez une personne, votre bonheur consiste à être à ses côtés, c’est cela le propre de l’amour. Les bonnes relations entre les hommes – ce qui est hélas exceptionnel –, doivent vous aider à mieux comprendre le Cœur de Jésus et la manière dont il agit à votre égard.

 

Dans le cadre de la généalogie, les Eucharisties célébrées à l’intention de ceux qui sont passés de l’autre côté de la rive, qu’ils soient plus ou moins éloignés du paradis, les feront avancer vers la lumière de Dieu et par compensation vous apporteront la guérison, qu’elle soit du corps ou de l’âme.

 

Avant la communion, quel que soit le motif qui vous engage à la recevoir, que ce soit pour vous-même, pour un de vos parents ou pour des amis de votre terre ou bien pour ceux qui ont quitté votre monde, il vous est nécessaire de procéder à une bonne toilette en vous purifiant par le sacrement de pénitence.

Ce nettoyage purificateur, réalisez-le en vous abandonnant tout entier à Jésus-Christ et à tout ce qui Lui est agréable, afin que votre âme soit comparable à une vitre propre et nette qui laisse pénétrer la lumière de Dieu.

 

Soyez conscients que dans ce très saint sacrement, c’est son Sang et sa Chair qu’Il vous donne. Cette nourriture alimente votre âme jusqu’à la vie éternelle. Lui qui est Dieu et homme, son désir est de vivre et habiter en vous et être à Lui-même votre vie. Aussi, il est essentiel que vous consentiez, vous, petit grain de sable, à être pleinement à Lui et à habiter en Lui.

 

Avez-vous pris conscience que tout le désir de Notre Seigneur est d’entrer dans votre âme pour chasses ses ennemis qui sont les vôtres ? Ainsi votre plus grand et immense désir est-il de le recevoir. Quand vous vous disposerez à recevoir la sainte Eucharistie, sachez mesurer ce que vous êtes réellement, en méditant tout le poids de votre ingratitude et de votre déchéance. Rapprochez-vous de Lui avec confiance et ouvrez tout large votre cœur afin qu’Il s’en rende maître.

 

Après avoir reçu la sainte communion, retirez-vous dans le secret de votre cœur. Fermez les yeux de votre chair pour ouvrir ceux de l’âme. Ensuite, adressez-vous au Père Eternel et offrez-Lui, en action de grâce, son Fils béni que vous venez de recevoir et que vous possédez au plus profond de vous-même.

 

Les biens enfermés dans la sainte communion sont innombrables et vous croîtrez en amour en participant à la lumière de votre Créateur. Merci, pour toutes les messes réparatrices qui libèrent de si nombreuses âmes du purgatoire et qui vous apportent amour et espérance. (24-09-2002)

 

Autant dans vos témoignages que par vos pèlerinages, vous rencontrez de nombreux cœurs bloqués, par l’angoisse d’un avenir incertain, par des problèmes de santé, par des projets brisés et par des proches qui prennent la mauvaise route en s’adonnant soit à l’alcool, soit à la drogue ou même au sexe. Il y a également les multiples préoccupations de la vie courante.

 

Qu’ils sachent qu’il n’y a qu’une seule solution. D’abord, qu’ils restent maîtres d’eux-mêmes et qu’ils ne se soucient pas, plus qu’il ne faut, du lendemain. Pour y arriver, ils doivent s’appliquer fermement à la prière, se confesser et assister aux Eucharisties. Ainsi, ils chercheront Dieu chaque jour davantage, en dialoguant avec Lui et en évitant tout ce qui peut Le blesser et Le peiner.

 

A chaque instant, vous avez une décision à prendre, une route à choisir, une parole à donner et un travail à accomplir. Tout cela, il vous appartient de le réaliser en fonction de votre prochain et dans l’amour, en faisant appel à l’Esprit Saint. Ainsi vous participerez à l’action divine sur terre pour la poursuivre de l’autre côté de la rive. (22-05-2001)

 

Elles sont majoritaires, les personnes qui lisent les messages, les apprécient bien, mais hélas ne pratiquent pas les enseignements car ce n’est pas avec assez de discernement qu’elles considèrent la religion.

Pour mieux connaître Dieu et le monde céleste, il faut l’appréhender avec le cœur. Vous savez que Dieu est bien présent dans l’Eucharistie, mais par contre vous ne savez pas toujours entièrement savourer sa Présence, Lui parler et L’écouter. Du ciel, nous vous implorons, ne demeurez pas insensibles à son amour.

 

En qualité de chrétien, en plus de la charité, de la gentillesse et de la douceur, vous avez cette grâce d’accueillir le Seigneur dans votre cœur et L’y conserver précieusement en dialoguant avec Lui d’une manière permanente.

 

Demain, c’est la fête des mamans, c’est également la fête de la Maman de Jésus qui est aussi la vôtre. (26-05-2001)

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :