Jean, messager de la Lumière – 8 Tentations…

Tentations…

Le vide spirituel, épreuve de Dieu

Livret Tome 4 : Le temps presse, rallumez vos lampes ! 

Pages 186 et 191 : messages des 11 juillet 2003 et 12 mai 2004

 

Tentations…

 

A tout moment, la tentation vous guette ! 

 

Face à elle, parfois, vous hésitez et ne savez comment agir ou réagir… Pensez tout simplement au Christ, allant au désert, où il a dû lutter contre le démon. Dans votre vie courante, la tentation est présente partout. Vous ne pouvez y échapper. La publicité, qui foisonnent autant dans les médias que dans la rue ou le long des routes, imprègne votre subconscient et vous incite à consommer sans modération …

La tentation est encore plus forte sur le plan spirituel !

 

Pour croire en Dieu, il faut bien le vouloir et avoir la foi. Par contre, pour croire au diable, il suffit d’ouvrir les yeux autour de vous, car il est partout. D’ailleurs, vous remarquez bien dans votre vie, que quelque chose ou quelqu’un, autour de vous, vous pousse inexorablement au mal...

 

L’histoire d’Adam a commencé par la tentation du serpent. De même la vie du Christ a débuté au désert par son combat contre le tentateur. Tout homme est appelé à affronter la tentation, à la rencontrer ou à la connaître.

 

Elle est sournoise, lancinante, virulente … Elle vous guette en permanence, autour de vous et en vous. Avec le doute, c’est l’arme favorite du griffu. La tentation est comparable à ce lion rugissant qui rôde et, surtout, qui cherche à vous dévorer. 

Quel que soient votre âge, votre état de vie, et dans toutes les situations, vous serez tentés de la manière la plus subtile…

 

Même les saints n’y ont pas échappé ! Antoine, François, le curé d’Ars, la petite Thérèse de Lisieux, Padre Pio, Sœur Faustine et bien d’autres en savent quelque chose !

 

Au-dedans de chacun de vous, la division cherche à s’établir, en particulier par cette opposition entre la chair et l’esprit, au point que, souvent, vous ne faites pas ce que vous voudriez, mais, au contraire, ce que vous haïssez le plus, et il vous en coûte de vous en sortir…

 

Vous, comme moi-même je l’ai vécu sur terre, vous ressentez ce tiraillement intérieur, quasi incessant, entre le bien et le mal.

 

 Ce désir de donner et l’envie de saisir, l’attrait pour l’éternel et le penchant vers le périssable, en un mot, entre la beauté du diable et la splendeur de Dieu. Et c’est blessés au-dedans, sur une route semée de mille embûches et d’incessantes tentations, que vous devez avancer…

 

La tentation, Dieu ne la veut pas, Il la permet.

 

Il la permet pour tout homme, au long des jours, comme Il l’a permise pour le premier homme au premier jour. Tout cela, Il le permet pour respecter le don incomparable et sublime de votre liberté. 

 

En face de la tentation, vous n’avez cependant pas à désespérer. Car, si la tentation est une épreuve, vous avez la possibilité de participer à votre propre rédemption… Dès lors, vous, enfants de Dieu, vous ne pouvez être ces victimes qui ne seraient que le jouet inerte et dérisoire du mal. 

 

Bien au contraire, vous êtes armés pour la bataille, avec des armes de lumière. 

Les armes de votre combat sont spirituelles.  Veillez et priez pour marcher avec le Christ dans sa lumière et démasquer ainsi le menteur. 

 

Si tout homme est tenté, il n’est par contre pas contraint de pécher. S’il pèche, il le veut bien et il y consent. Car celui qui pèche sous le coup de la peur, de l’ignorance ou de l’inconscience, ne peut être considéré comme pleinement pécheur…

 

Éprouvé par Dieu et tenté par le démon, chacun de vous peut, avec la grâce de Dieu et de la volonté, résister au griffu ! Dieu ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces. Il vous donnera le moyen d’en sortir et la force de la repousser. 

 

Jean, messager de La Lumière’

 

 

 Le vide spirituel, épreuve de Dieu (12.05.04)

 

 »Progressivement et par différentes épreuves, Dieu vous éduque, vous redresse et vous apprend à aimer en vérité.

 

Pour cela, Il vous conduira au désert, Il écartera toute source de consolations et permettra que votre prière devienne le lieu d’une épreuve, et même d’une croix ! Et c’est dans ces circonstances que vous serez en mesure de manifester votre générosité, la gratuité de votre prière et la sincérité de votre amour. 

C’est ce qui, un jour ou l’autre, peut arriver à chacun de vous. 

 

Ainsi, quand vous chercherez Dieu sans parvenir à L’atteindre, ce sera une dure épreuve. Pour ne pas céder au découragement, il sera indispensable que vous fassiez des efforts.

 

En étant dans le vide spirituel, sans parvenir à vous poser sur Dieu, vos facultés s’agiteront et vous serez tourmentés.

 

L’ennui peut alors vous gagner et la prière devenir plus ardue. Un sentiment de tristesse ou de sécheresse spirituelle peut même vous accaparer. Il purifiera vos intentions et vous permettra d’augmenter le poids d’amour de votre prière, qui sera bénéfique pour votre salut, mais à la condition que vous fassiez évidemment tout l’effort qui s’impose.

 

Il peut aussi arriver qu’en raison des circonstances de votre vie, que ce soit par votre travail ou l’envahissement d’une passion, et surtout par manque de volonté, vous négligiez, ou pire encore, vous quittiez la prière. Alors le Seigneur se cachera de vous.

 

Sa présence sera moins évidente et le griffu se chargera bien vite de vous tromper, en vous enfonçant encore plus dans vos mauvais penchants.

 

Quand il est marqué par le péché, l’homme a le réflexe de se replier sur lui-même, de vivre instinctivement pour lui-même, de tout organiser autour de lui dans la perspective d’un bonheur égoïste.

 

Nécessairement, cette inclination se retrouvera aussi dans l’oraison, car il s’imaginera venir pour Dieu, mais en réalité, inconsciemment, sera là pour solliciter des grâces. 

 

En général, les hommes sont bien d’accord pour recevoir, beaucoup moins pour donner ! S’ils n’en éprouvent pas l’envie, prier demandera un effort conséquent. Mais c’est dans cet effort persévérant qu’ils seront certains d’aimer en vérité et de ne pas s’égarer.
 

Le plus authentique chemin à suivre est celui qu’a pris le Seigneur Jésus, c’est-à-dire le chemin du sacrifice et du don de soi absolu.

Pensez à ces nombreux baptisés qui n’ont pas eu la chance d’être formés à la vie de prière. Pour eux, prier peut se résumer à réciter une fois ou l’autre des prières, pour solliciter un avantage temporel, un emploi, le retour de la personne aimée, ou encore pour se prémunir d’un danger. 

 

Par contre, pour ceux qui ont été formés à la prière ou que les circonstances de la vie ont amené à prier, elle se réalisera par des lectures bibliques, l’adoration devant le tabernacle d’une église, des chapelets et la participation à la sainte messe.

Adhérer à un groupe de prières bien constitué est la solution qui s’avérera idéale, car elle est la route de l’Amour et du partage.

 

Jean, messager de La Lumière

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :