ASDE 002 – Les Béatitudes avec Charles de Foucauld

Bienheureux Charles de Foucauld (Frère)

… extraits (Nazareth 1897) août 1990

 

Ton assistance à la messe, divise-la en trois parties :

  1. Jusqu’à la Consécration : offre-moi et offre-toi à mon Père et recommande-Lui tes intentions. Remercie-moi de ma croix, demande-moi pardon de l’avoir rendue nécessaire
  2. De la Consécration à la Communion : adore-moi sur l’autel
  3. Après la Communion : adore-moi dans ton cœur, remercie-Moi, aime-Moi, jouis, tais-toi.

 

Le frère Charles médite les béatitudes :

 

« Bienheureux ceux qui auront la pauvreté d’esprit, qui, non seulement rejettent les biens matériels, ce qui est le premier degré, mais montent bien plus haut et vident complètement leur âme de tout attachement, de tout goût, de tout désir, de toute recherche qui n’a pas Moi pour but… Cette pauvreté d’esprit fait le vide complet dans l’âme, la vidant et de l’amour des choses matérielles, et de l’amour du prochain, et de l’amour de soi-même, chassant d’elle tout, et n’y laissant qu’une place entièrement vide que j’occupe tout entière… Moi, alors, je leur rends divinisé cet amour des créatures matérielles qu’ils ont chassé de leur âme pour me donner la place entière… Ils ont chassé de leur âme ces amours ; seul, j’occupe leur âme vide de tout et pleine de Moi ; mais en Moi, en vue de Moi, ils recommenceront à aimer toutes ces choses, non plus pour eux, ni pour elles, mais pour Moi : ce sera la charité ordonnée. Ils aimeront toutes les créatures pour Moi, et ils n’en aimeront aucune pour elle, car ils me doivent tout leur amour, ils doivent se perdre en Moi, et n’avoir rien que par Moi et pour Moi, l’amour comme le reste. Bienheureux ceux qui seront si pauvres d’esprit, si vides de tout, si pleins de Moi ! …

 

« Bienheureux ceux qui ont faim ! Ceux qui ont faim de justice, du règne de la justice sur la terre, de mon règne sur la terre, de ma gloire ; faim de me voir glorifié par toutes les âmes : faim de voir ma volonté accomplie en tous les êtres ! … Ayez donc toujours cette grande faim de la justice, de voir la justice parfaitement accomplie, et par vous-même et par tous les hommes ; la faim de voir la volonté de Dieu parfaitement faite par vous et par tous les hommes ; la faim de votre parfaite sanctification et de parfaite sainteté dans tous les hommes… C’est cette faim qui presse mon propre Cœur ! … Ayez-la de plus en plus, non en vue de vous, ni en vue des hommes, mais en vue de Dieu, par amour de Dieu … Bienheureux serez-vous alors ! Car vous serez parfaitement unis à mon propre Cœur !

 

« Bienheureux ceux qui pleurent, parce qu’ils sont malheureux, pauvres en deuil, malades, souffrant du corps ou de l’âme, éprouvés de quelque manière que ce soit ; bienheureux parce que ces souffrances serviront à expier leurs péchés ; bienheureux parce que ces souffrances le détachent du monde, de la terre, et les portent à lever les yeux vers Moi et à s’attacher à Moi… Plus heureux encore ceux qui pleurent leurs péchés … Plus heureux encore et encore, ceux qui pleurent de tristesse de ne pas me voir et d’être exilés dans cette vallée de larmes, loin de Moi … Encore plus heureux ceux qui pleurent mes douleurs, ma Passion, toutes les souffrances que j’ai endurées sur la terre … Et plus heureux que tous, ceux qui pleurent par pur amour, qui pleurent parce qu’ils m’aiment, sans cause distincte, qui pleurent non de douleur, ni de désir, mais seulement parce qu’en pensant à Moi, tout leur cœur se fond, et qu’ils ne peuvent retenir leurs larmes.

 

« Heureux ceux que les hommes haïssent et persécutent à cause de Moi ! Heureux, oui, car s’ils m’imitent, ils auront part à mon sort … en vraies épouses, ils partageront pleinement le sort de leur Epoux … heureux, car qu’y a-t-il de plus doux que de souffrir avec ceux qu’on aime ? … Bienheureux, parce qu’ils auront ce double bonheur, souffrant avec leur Bien-Aimé et souffrant pour Lui … Heureux, car, par ces souffrances mêmes, s’accroîtra leur amour pour Moi : il s’accroîtra dans la mesure des souffrances qu’ils souffriront pour Moi … et cet amour croissant ne sera pas passager, mais durable, il durera le temps et pour l’éternité … Oh ! Bienheureux ceux qui souffrent persécution avec Moi, et dont l’amour croît sans relâche pendant ces persécutions ! Ne refusez, ne craignez jamais les peines, les haines souffertes pour Moi ; recevez-les, au contraire, avec joie, bénédiction, action de grâces, reconnaissance à Dieu et aux hommes, en me remerciant du fond du cœur, en priant pour vos ennemis et vos bourreaux, en vous joignant, anges terrestres, à leurs anges gardiens pour me demander leur conversion, et en vous réjouissant du fond du cœur d’avoir été jugés dignes de souffrir humiliation et souffrance pour mon amour ! N’oubliez pas que c’est ainsi que je traite tous ceux que j’aime d’un amour de prédilection ; ainsi j’ai traité les patriarches et les prophètes, ainsi je traiterai et j’ai traité ma mère, ainsi j’ai traité mon bien-aimé père Joseph, ainsi je vous traiterai, Magdeleine, ainsi je vous traiterai, Pierre, Jean, Jacques, vous tous mes bien-aimés ! … Et ainsi surtout Je traiterai Moi-même, Moi qui dois être le premier en tout …

 

« Et qu’elle sera bénie la fin de ces douleurs ! … Plus vous aurez aimé et souffert pour Moi en ce monde, plus vous aurez été persécuté pour Moi en ce monde, et mieux vous me verrez, et mieux vous m’aimerez éternellement dans l’autre … »

 

 

Un avis sur “ASDE 002 – Les Béatitudes avec Charles de Foucauld

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :