ASDE 022/2 : Je suis vraiment ta Mère et votre Mère – don Ottavio Michelini

Je suis vraiment ta Mère et votre Mère

 

Confidences de Jésus à ses prêtres

 

 

Ecris, mon fils, Je suis Marie, la Mère de Jésus, mais aussi ta Mère et votre Mère, vraie Mère qui vous aime sans mesure et sans limites.

 

Que fait, mon fils, une vraie Maman ? Elle a toujours sa pensée et son cœur auprès de ses enfants même si, par nécessité, elle est physiquement séparée d’eux. Son amour, non seulement la porte à penser à eux et à la désirer près d’elle, mais encore à leur faire part et don de tout ce qu’elle peut. Elle se préoccupe de leur santé. Elle craint et redoute les dangers auxquels ils peuvent s’exposer. Elle prie pour leur sauvegarde. Elle pleure pour leurs souffrances et se réjouit de leurs joies. En somme, elle cherche à se prodiguer de toutes les manières, sans jamais se préoccuper d’elle-même et de ses besoins. En un mot, elle voudrait toujours se donner pour ne faire même qu’un avec eux.

 

C’est ce que fait et exige l’amour vrai !

 

Si par malheur les enfants, pour avoir endurci leur cœur dans le mal, ne remarquent pas l’amour de leur mère, ou en rient, ou ne s’en soucient pas le moins du monde, tu peux comprendre, même si ce n’est pas facile, l’atroce douleur qu’ils causent à celle qui les aime plus qu’aucune autre. Si ensuite, la perversion des enfants en arrivait au point de les mettre directement en opposition avec leur mère, en l’offensant, en l’insultant et en la raillant, qui pourrait trouver les mots pour exprimer la douleur de cette pauvre malheureuse mère ?

 

Mon fils, il y a une Maman là-haut dans le ciel, mais qui est aussi toujours présente sur la terre et qui aime ses enfants d’une amour si grand et si intense qu’on ne peut le décrire ni le comprendre, qui les aime d’un amour qui vient aussitôt après l’amour de Dieu, lequel est infini, qui les aime d’un amour qui, à lui seul, surpasse l’amour de toutes les mamans qui furent, sont et seront, et cette Maman, tu le sais bien, c’est Moi, Marie, la Vierge immaculée qui, avec Jésus offert pour vous sur la Croix au Père, vous a engendrés à la Vie divine dans la douleur et dans l’amour.

 

Moi, Je vous aime comme jamais vous ne pourrez le comprendre ; Je vous aime tellement que Je continue à sacrifier mon Jésus et à l’offrir au Père pour votre salut, dans le Mystère de la Croix qui se renouvelle et se perpétue réellement dans le Mystère de la Messe !

 

Mes fils, vous connaissez le prix de votre Rédemption, que Jésus paie continuellement au Père céleste et que Je paie aussi avec Lui, car Je suis Co-rédemptrice. L’Amour que Lui vous porte est infini, comme infinie est la souffrance liée à cet amour, et Moi Je suis unie à Lui d’une manière unique, qui ne peut se répéter dans le genre humain, parce que Moi Je vis de Lui et de sa Nature divine, et Lui vit de Moi et de ma nature humaine, de sorte que tout ce qui est sien est mien et que tout ce qui est mien est sien.

 

 

Les délais se font plus brefs… priez et faites pénitence

 

Cela dit, mon fils, et vous mes enfants, il vous sera plus facile de saisir ma souffrance sans limites, car, à part les exceptions habituelles, combien nombreux sont-ils, les enfants au cœur endurci et dévoyé qui ne savent rien ni ne veulent rien savoir de mon amour pour eux ?

 

Combien sont-ils ceux qui m’offensent, m’insultent, blasphèment contre Moi et même me haïssent.

 

Mais ce n’est pas tout… combien sont-ils ceux qui, en même temps que Moi, insultent mon Jésus, le Sauveur, la Lumière, l’Amour, la Vie et la Vérité ?

 

Oh, ils ne se comptent pas… mais ce n’est pas tout encore…

 

En effet, il ne s’agit pas seulement des fils ordinaires, mais de fils de prédilection. Il y en a tant que mon Jésus a appelé ses amis et qui maintenant ont fait cause commune avec les puissances obscures de l’enfer, désertant son Eglise, le Corps mystique, pour passer à « l’Eglise » de Lucifer et promouvoir ses obscurs et iniques intérêts.

 

Mon fils, et vous mes enfants très chers que J’aime tant, Je vous dis : soyez persévérants dans la foi et la fidélité ; soyez persévérants dans l’amour, car les délais se font plus brefs et l’heure décisive approche toujours plus ; priez et faites pénitence ; priez et réparez ; soyez forts et vous ne devrez rien craindre, car Moi, Marie, Mère de Dieu et votre Mère, Je suis avec vous !

 

Que vous bénisse le Père, que vous bénisse le Fils et vous bénisse l’Esprit-Saint, et avec eux Moi aussi Je vous bénis.

 

5 décembre 1978

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :