ASDE 04 : Comment adorer le Saint-Sacrement

Comment adorer le Saint-Sacrement ?

 

Par le père Florian Racine

 

COMMENCEZ PAR L’AMOUR

« Commencez toutes vos adorations par un acte d’amour, et vous ouvrirez délicieusement votre âme à son action divine. C’est parce que vous commencez par vous-mêmes que vous vous arrêtez en chemin ; ou bien, si vous commencez par quelque autre vertu que l’amour, vous faites fausse route. Est-ce que l’enfant n’embrasse pas sa mère avant de lui obéir ? L’amour est la seule porte du cœur... Tant que nous n’aurons pas pour Notre Seigneur au Très Saint-Sacrement un amour de passion, nous n’aurons rien fait… On dit : mais c’est de l’exagération, tout cela. Mais l’amour n’est que de l’exagération ! Exagérer, c’est dépasser la loi. Eh bien, l’amour doit dépasser la loi.  » (Saint Pierre-Julien Eymard)

« On n’a pas besoin de tant parler pour bien prier. On sait que le bon Dieu est là, dans le saint Tabernacle. On lui ouvre son cœur, on se complaît en sa présence. C’est la meilleure prière, celle-là » (St curé d’Ars)

 

UN ‘COLLOQUE’ AVEC JÉSUS PRÉSENT EN PERSONNE

 

« Il faut l’humilité de l’homme pour répondre à l’humilité de Dieu… » (Benoît XVI, Au monde de la culture, 2008)

« L’adoration eucharistique a pour objet la divine personne de notre Seigneur Jésus-Christ présent au Très Saint-Sacrement. Il est vivant, il veut que nous lui parlions, il nous parlera. Et ce colloque, qui s’établit entre l’âme et notre Seigneur, c’est la vraie méditation eucharistique, c’est l’adoration. Heureuse l’âme qui sait trouver Jésus en l’Eucharistie, et en l’Eucharistie toutes choses » (Saint Pierre-Julien Eymard) Au-delà des apparences du pain, c’est Jésus en personne qui nous invite à un rendez-vous d’amour. Sans quitter le ciel, il vient à nous sur terre pour accomplit sa promesse dans l’Eucharistie: “Je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde” car “je t’aime d’un amour d’éternité, aussi t’ai-je maintenu ma faveur” (Mt 28, 20, Jr 31, 3).

Dans l’hostie sainte, c’est le même Jésus qui nous appelle à veiller avec lui, comme il appelait ses apôtres endormis à Gethsémani : « Ne pouvez-vous pas veiller une heure avec moi ?  » (Mt 26, 40). L’adoration eucharistique nous fait entrer dans une relation personnelle avec le Christ vivant au Saint-Sacrement. Il s’offre sans cesse au Père et veut nous associer à son offrande. Comme le blé est moulu pour devenir du pain, le corps de Jésus a été battu, écrasé, broyé pendant sa passion pour devenir le pain vivant. Il devient notre compagnon de route. Là, il ne nous laisse jamais seuls, quelles que soient les épreuves que nous traversons: « Je ne vous laisserai pas orphelin, je reviens à vous » (Jn 14, 18). Il attend de nous une réponse d’amour au don total de sa personne. L’adoration eucharistique nous permet de lui témoigner notre gratitude pour le don de lui-même dans la sainte Eucharistie. L’adoration devient union avec le Père lorsque nous approchons le Christ dans la foi et qui nous lui rendons amour pour amour. « La célébration et l’adoration de l’Eucharistie nous permettent de nous approcher de l’amour de Dieu et d’y adhérer personnellement jusqu’à l’union avec le Seigneur bien-aimé » (Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, 2007).

« Jésus a deux trônes, un de gloire au Ciel, un autre de douceur et de bonté sur la terre; deux cours: la cour céleste et triomphante, et la cour de ses rachetés ici-bas. Par l’adoration eucharistique, nous formons la cour de Jésus sur la terre. Il reste au Saint-Sacrement pour que nous puissions rendre à sa personne, le même culte que Marie, Joseph, les mages, les bergers, ses amis lui ont rendu tout au long de sa vie terrestre. En contemplant comment les personnages des évangiles ont rencontré, adoré, parlé, supplié Jésus, nous apprenons comment le rencontrer, l’adorer, lui parler au Saint-Sacrement. « L’Eucharistie est véritablement l’extension de son incarnation: il y achève et complète tous les mystères de sa vie terrestre.«  (Saint Pierre-Julien Eymard)

La relation entre le petit prince et le renard d’Antoine de Saint-Exupéry peut éclairer notre démarche auprès de Seigneur au Saint-Sacrement (Cf Le Petit Prince et le renard).

« Lorsque nous sommes devant le Saint-Sacrement, au lieu de regarder autour de nous, fermons nos yeux et notre bouche, ouvrons notre coeur, le Bon Dieu ouvrira le sien; nous irons à lui, il viendra à nous, l’un pour demander et l’autre pour recevoir. Ce sera comme un souffle de l’un à l’autre. » (Curé d’Ars)

 

AIMER OU SE LAISSER AIMER ?

 

L’adoration eucharistique ne consiste pas tant à « aimer beaucoup » mais plutôt à « se laisser beaucoup aimer » malgré nos pauvretés et nos infidélités. En d’autres mots, ce ne sont pas nos qualités qui attirent Jésus, mais nos défauts. C’est là que sa grâce eucharistique peut agir par sa puissance de transformation. Laissons le Christ continuer en nous l’oeuvre de guérison et de sanctification qu’il a commencée il y a deux mille ans. Il vient, non pas pour recevoir nos mérites et nos vertus, mais pour sauver et relever ce qui est blessé en notre cœur…

L’adoration eucharistique nous fait passer de « je » à « tu ». Nous ne devons pas d’abord demander à Jésus d’exaucer notre volonté, mais demandons lui plutôt de nous éclairer de sa volonté et de nous donner la grâce de l’accomplir. Ne prions pas pour « que ma volonté soit faite », mais prions pour « que ta volonté soit faite ». L’adoration nous décentre de nous-mêmes, pour nous centrer sur la personne du Christ et sur sa sainte volonté. Trop souvent nous prions: « Ecoute Seigneur ton serviteur parle ». L’adoration nous pousse à dire « Parle, Seigneur ton serviteur écoute » (1 S 3, 10).

« L’adoration eucharistique, c’est être là, comme une fleur devant son Soleil. Si vous saviez quel est celui qui vous regarde à travers ces voiles… Ne faites rien, n’importe ! Une vertu sortira de lui… » (Marie-Thérèse Dubouché) « Regardez l’heure d’adoration qui vous est échue comme une heure du paradis ; allez-y comme on va au ciel, au banquet divin, et cette heure sera désirée, saluée avec bonheur. Entretenez-en suavement le désir dans votre cœur. Dites-vous «Dans quatre heures, dans deux heures, dans une heure, j’irai à l’audience de grâce et d’amour de Notre-Seigneur : il m’a invité, il m’attend, il me désire ». »Le vrai secret de l’amour est donc de s’oublier comme saint Jean-Baptiste pour exalter et glorifier le Seigneur Jésus. Le vrai amour ne regarde pas ce qu’il donne, mais ce que mérite le Bien-Aimé« . (Saint Pierre-Julien Eymard)

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :