ASDE 20 : L’Ascension (d’après les écrits de Marie Lataste)

Dieu, la Sainte Trinité

6ème partie

Par Sœur Marie Lataste, mystique catholique

LIVRE 2

Le Verbe de Dieu fait homme

 

Chap. 12, L’Ascension

 

Le jour de l’Ascension de Notre-Seigneur, je fis, dans l’église, ma méditation sur le mystère du jour. Je m’étais transportée sur la montagne d’où Jésus devait s’élever au ciel. Je le vis entouré de ses disciples, j’entendis les dernières paroles qu’il leur adressa, et je le vis enfin, plein de majesté, s’élever jusqu’au trône où il réside près de son Père.

 

Le Sauveur Jésus me dit :

 

 Venez avec moi, ma fille, je veux vous laisser pénétrer la gloire et l’esprit de ce mystère. En ce jour, mon corps devenu glorieux par la résurrection, entre dans la gloire véritable et réelle qui l’attendait au sein même de Dieu. En ce jour, il va s’asseoir à la droite de Dieu, recevoir son autorité sur toutes choses au ciel et sur la terre ; il va préparer la descente du Saint-Esprit sur l’Église ; il va réjouir les anges par sa présence, et les saints en leur ouvrant le séjour de l’éternelle félicité. Mon ascension est, pour le ciel, en particulier, le sujet de la plus grande réjouissance. Au ciel, Dieu, mon Père, qui a reçu réparation, fait retomber sur moi toute la gloire que je lui ai rendue ; les anges qui avaient adoré le mystère de mon incarnation, qui l’avaient annoncé aux hommes, qui avaient été les témoins de ma vie cachée à Nazareth, de ma vie publique dans la Judée, de ma passion, de ma mort et de ma résurrection, s’estiment heureux de me voir face à face, vainqueur de Satan, du péché et de la mort. Les saints qui m’ont suivi dans mon triomphe s’oublient eux-mêmes pour ne célébrer que leur libérateur.

 

« La gloire de mon ascension, je veux vous la faire partager, à vous, ma fille, et à tous les chrétiens. Vous ressusciterez un jour, et ils ressusciteront tous aussi pour la gloire, s’ils accomplissent comme moi la volonté de mon Père qui est au ciel ; et afin que vous ayez la force de l’accomplir, je vous bénis, ma fille, et désire que cette béné­diction vous soutienne dans votre vie, vous attache à la volonté de Dieu, et vous lie à moi pour toujours. »

 

Je remerciai le Sauveur Jésus et me retirai en paix.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :