Extrait de Divins Appels, de Marie Sevray – 12

Correspondre à son action

L’Esprit-Saint souffle où Il veut et comme Il veut, ou plutôt comme Il voudrait le faire !… Mais, à cette action sublime et transformatrice il faut une condition, la volonté de l’homme.

Que les âmes se tiennent donc toujours en état de réceptivité aussi parfaite que possible : tout est là !

Du côté de l’Esprit-Saint, rien ne manque. Il convoite les âmes : les richesses les plus belles, les plus insoupçonnées sont là toutes prêtes à se précipiter en elles.

Cette mesure pleine, entassée, surabondante, qui leur est réservée, ou mieux : cette mesure sans mesure, il dépend d’elles qu’elle les envahisse sans réserve…

« Je conduirai l’âme dans la solitude… »

Et l’Esprit pourra souffler où Il voudra et comme Il voudra, parce que l’âme sera dans l’état de réceptivité qu’Il réclame.

Et cette solitude bénie (recueillement) la portera à être meilleure en tout, à s’approcher de Moi chaque jour davantage. Alors ! Je l’entraînerai au centre de Moi-même, en pleine Vie divine, dont Je l’imprégnerai, dont Je la comblerai !

Pour donner sa louange, il faut que l’homme puisse voir, puisse comprendre, puisse aimer.

Que l’âme soit donc toute livrée à la Grâce, car Je veux de la variété dans les hommages que Me donnent les hommes. Je veux que l’âme parcoure, dans ses adorations et ses louanges, tout le cycle de mes perfections divines.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :