Evangélisation à partir de l’Eucharistie (ASDE 09)

Evangélisation

à partir de l’Eucharistie

P. Florian Racine

1ère partie

 

1. Rencontre personnelle, expérience de l’amour infini du Christ

 

« Il n’y a rien de plus beau que d’être rejoints, surpris par l’Évangile, par le Christ. Il n’y a rien de plus beau que de le connaître et de communiquer aux autres l’amitié avec lui ». Cette affirmation acquiert une plus forte intensité si nous pensons au mystère eucharistique. En effet, nous ne pouvons garder pour nous l’amour que nous célébrons dans ce Sacrement. Il demande de par sa nature d’être communiqué à tous. Ce dont le monde a besoin, c’est de l’amour de Dieu, c’est de rencontrer le Christ et de croire en lui. C’est pourquoi l’Eucharistie n’est pas seulement source et sommet de la vie de l’Église ; elle est aussi source et sommet de sa mission : « Une Église authentiquement eucharistique est une Église missionnaire ». Nous aussi, nous devons pouvoir dire à nos frères avec conviction : « Ce que nous avons contemplé, ce que nous avons entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous » (1 Jn 1, 3) (Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, 84)

 » Il est bon de s’entretenir avec Lui et, penchés sur sa poitrine comme le disciple bien-aimé (cf. Jn 13, 25), d’être touchés par l’amour infini de son cœur. Si, à notre époque, le christianisme doit se distinguer surtout par « l’art de la prière », comment ne pas ressentir le besoin renouvelé de demeurer longuement, en conversation spirituelle, en adoration silencieuse, en attitude d’amour, devant le Christ présent dans le Saint-Sacrement ? Bien des fois, chers Frères et Sœurs, j’ai fait cette expérience et j’en ai reçu force, consolation et soutien !  » (Jean-Paul II, Ecclesia de Eucharistia, 25)

 

« Saint Alphonse Marie de Liguori se distingua en particulier dans ce domaine, lui qui écrivait : « Parmi toutes les dévotions, l’adoration de Jésus dans le Saint-Sacrement est la première après les sacrements, la plus chère à Dieu et la plus utile pour nous ». L’Eucharistie est un trésor inestimable : la célébrer, mais aussi rester en adoration devant elle en dehors de la Messe permet de puiser à la source même de la grâce. Une communauté chrétienne qui veut être davantage capable de contempler le visage du Christ ne peut pas ne pas développer également cet aspect du culte eucharistique, dans lequel se prolongent et se multiplient les fruits de la communion au corps et au sang du Seigneur » (Jean-Paul II, Ecclesia de Eucharistia, 25)

 

http://www.adoperp.com/adoration/evangelisation/visageduchrist.jpgAvant d’annoncer le Christ, il faut d’abord contempler son visage : « Notre témoignage se trouverait toutefois appauvri d’une manière inacceptable si nous ne nous mettions pas d’abord nous-mêmes à contempler son visage. Le grand Jubilé nous a assurément aidés à le faire d’une manière plus profonde. Au terme du Jubilé, tandis que nous reprenons le chemin de la vie ordinaire, conservant en nous la richesse des expériences vécues en cette période toute spéciale, notre regard reste plus que jamais fixé sur le visage du Seigneur.«  (Jean-Paul II, Novo Millennio Ineunte)

 

 

2. Annoncer celui que l’on connaît

 

 » Rester dans une attitude d’adoration face au Bon Pasteur présent dans le Saint-Sacrement de l’autel, pour s’entretenir intimement avec lui, constitue une priorité pastorale de loin supérieure à toute autre. Le prêtre qui est guide d’une communauté doit mettre en place cette priorité, afin de se prémunir contre l’aridité intérieure, et pour ne pas devenir un canal asséché, qui ne pourrait plus rien transmettre à personne. C’est la spiritualité qui s’avère décidément l’œuvre pastorale la plus importante. Tout plan pastoral, ou projet missionnaire, de même que n’importe quel dynamisme dans l’évangélisation, qui feraient abstraction du primat de la spiritualité et du culte divin, seraient voués à l’échec. » (« Le Prêtre, Pasteur et Guide de la communauté paroissiale », Congrégation du Clergé, 2002, n. 11)

 

Pour annoncer le Christ avec conviction, il faut d’abord le connaître et l’aimer. Pour ceci, il est nécessaire de le rencontrer personnellement. On ne peut parler que de ce qu’on connaît. On ne connaît pas une personne si on ne la connaît que par ouï-dire. Cette rencontre avec le Christ se réalise de manière privilégiée dans l’Eucharistie. Il est là, dans sa présence personnelle, corporelle. Bien que voilé sous les apparences du pain, c’est le même Jésus qui réalise pour nous aujourd’hui ce qu’il a accompli dans les évangiles… Celui qui a vraiment rencontré le Christ ne peut le garder pour lui-même, il doit l’annoncer.

 

« Cette passion ne manquera pas de susciter dans l’Église un nouvel esprit missionnaire, qui ne saurait être réservé à un groupe de « spécialistes » mais qui devra engager la responsabilité de tous les membres du peuple de Dieu. Il faut un nouvel élan apostolique qui soit vécu comme un engagement quotidien des communautés et des groupes chrétiens. » (Jean-Paul II, Novo Millennio Ineunte)

 

Nous sommes appelés à nous mettre à son école, pour être peu à peu configurés à Lui, pour laisser l’Esprit agir en nous, pour réaliser la mission qui nous est confiée. En particulier, l’amour du Christ nous pousse à travailler sans cesse pour l’unité de son Église, pour l’annonce de l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre et pour le service des hommes. ‘Nous ne formons qu’un seul Corps, car nous avons tous part à ce pain unique‘ (1 Co 10, 17) : telle est la Bonne Nouvelle qui réjouit le cœur de l’homme et lui montre qu’il est appelé à prendre part à la vie bienheureuse avec Dieu. Le mystère eucharistique est la source, le centre et le sommet de l’activité spirituelle et caritative de l’Église (Vatican II, Presbyterorum Ordinis, 6).

 » La proximité avec le Christ, dans le silence de la contemplation, n’éloigne pas de nos contemporains mais, au contraire, elle nous rend attentifs et ouverts aux joies et aux détresses des hommes, et elle élargit le cœur aux dimensions du monde. Elle nous rend solidaires de nos frères en humanité, particulièrement des plus petits, qui sont les bien-aimés du Seigneur » (Jean-Paul II à Mgr Houssiau, 1994)

 

« Pour l’évangélisation aujourd’hui, il faut que le Cœur du Christ soit reconnu comme le Cœur de l’Eglise : c’est Lui qui appelle à la conversion, à la réconciliation. C’est Lui qui entraîne sur les voies des Béatitudes les cœurs purs et les affamés de justice. C’est Lui qui réalise la communion chaleureuse des membres du Corps unique. C’est Lui qui permet d’adhérer à la Bonne Nouvelle et d’accueillir les promesses de la vie éternelle. C’est Lui qui envoie en mission… Le cœur à cœur avec Jésus élargit le cœur de l’homme aux dimensions du monde. (Jean-Paul II, Homélie pour la canonisation du P. Claude la Colombière, le 31 mai 1992)

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :