Méditations sur l’Evangile avec Charles de Foucauld 2 (ASDE 09)

Quelques méditations

sur l’Evangile

de Charles de Foucauld

 

 

« Ayez foi en Dieu… tout ce que vous demanderez dans la prière, croyez que vous le recevrez et cela vous sera donné… »

St Marc, 11, 22-24

 

Combien de fois Vous nous répétez ces paroles, mon Dieu, dans tous les Evangiles et dans les mêmes termes ! … Combien il faut qu’elles soient importantes pour que Vous nous les inculquiez avec tant d’insistance ! Faites-moi donc la grâce, ô mon Dieu, de bien m’en pénétrez… Tout ce que je Vous demande, pourvu que je Vous le demande avec foi, avec confiance que je recevrai de Vous, Vous me l’accorderez ; pourvu, toutefois, que je ne Vous demande pas une chose qui me soit nuisible, ou un bien médiocre qui paraît grand à mes yeux, et à la place duquel Vous voulez me donner un bien vraiment grand… Vous êtes un Père, et un Père tout-puissant et infiniment sage, comme infiniment bon et tendre. Vous dites à votre petit enfant, tout petit, bégayant à peine et ne marchant qu’à l’aide de Votre main, Vous lui dites : « Tout ce que tu demanderas, Je le donnerai, pourvu que tu le demandes avec confiance… » Et Vous le lui donnez, avec quelle facilité, cela va sans dire, avec quel empressement, quand ses demandes sont raisonnables, surtout quand elles répondent à vos désirs, aux sentiments que Vous voulez voir en lui, quand elles sont conformes à ce que Vous désirez Vous-même plus ardemment que lui ! S’il vous demande des jouets coupants, tranchants, dangereux, Vous les lui refusez, par bonté pour lui, mais Vous l’en consolez en lui donnant à la Place d’autres douceurs sans danger. S’il vous demande avec grande insistance d’aller dans un lieu où Vous voyez qu’il ne retirera pas grand bien, Vous ne lui accordez pas le faux bien qu’il demanderait s’il voyait clair, et Vous le prenez par la main pour le conduire, non où il avait envie d’aller, mais où il est, pour lui, le meilleur qu’il aille…

 

 

« La joie sera parmi les Anges du ciel pour un pécheur faisant pénitence. »

St Luc, 15, 10

 

La joie, par conséquent aussi l’action de grâces, car tout bien vient de Dieu… L’action de grâces doit tenir une très grande place dans nos prières, car la bonté e Dieu précède tous nos actes, elle environne tous les instants de notre vie, et il n’y a pas de moments de notre existence où nous ne recevions une foule immense de bienfaits tels que toute l’éternité ne nous suffirait pas pour remercier assez chacun d’eux…

 

Quand nous sommes devant le Saint-Sacrement surtout, que notre premier mot soit toujours : « Merci ! Merci d’être à vos pieds ! Que je suis heureux. » Et chaque fois que nous prions en quelque lieu que ce soit, « merci, encore une fois merci de me permettre de Vous parler, de Vous prier, de Vous regarder, de m’entretenir avec Vous, mon Seigneur et mon Dieu, mon Bien-Aimé, mon Bonheur et ma Vie ! » Non seulement remercier pour nous, mais pour tous les hommes, nos frères, Vos enfants, mon Dieu, que je dois aimer, que je veux aimer si tendrement. Merci pour toutes les âmes du purgatoire, tous les anges, tous les saints, pour ceux que Vous m’avez donnés à aimer davantage. Merci pour la Très Sainte Vierge, merci par-dessus tout pour Vous, mon Seigneur et mon Dieu, dont la gloire et la béatitude infinie sont mon bonheur, bonheur ferme et assuré, source indéniable de joie que rien ne peut m’enlever !…

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :