Vous n’avez pas été créés pour le monde – Mirella Pizzioli (ASDE 09)

Mirella Pizzioli, instrument du Ciel

 

Assez ! Maintenant c’est assez…

 

Un jour nouveau. Une nouvelle aube. C’est le temps de la conversion. C’est le temps de la méditation. C’est le temps de décider, c’est nécessaire de prendre un chemin : le chemin du bien, le chemin de la paix, le chemin de l’amour, le chemin du pardon.

 

Venez à moi : je suis ce chemin. Mon très saint Cœur est votre but. Laissez les désordres, les ténèbres. Laissez la boue, élevez-vous vers le soleil, vers la lune. Ne sentez-vous pas en vous le dégoût de cet air malsain, putride, qui vous asphyxie ?

 

Assez ! Maintenant, ça suffit : voici une aube nouvelle, voici un jour nouveau. Ils sont bénis, bienvenus et attendus même les derniers vignerons ; vous serez récompensés comme les premiers.

 Prêtres, soyez saints. Ne craignez pas les sacrifices, mettez-vous à l’œuvre pour ce à quoi je vous ai appelés. Je ne vous ai pas appelés pour être honorés sur la terre, mais pour vous sanctifier pour la gloire de Dieu. Soyez saints, soyez saints ! Je suis Jésus, le doux agneau. Par mon exemple, je vous ai enseigné la voie du ciel et grâce à moi, les portes du ciel se sont rouvertes. Je vous bénis tous, les premiers et les derniers.

 

 

17 octobre 1995

Vous n’avez pas été créés pour le monde…

 

Vois, ma fille, comme les créatures du monde sont du monde et ne comprennent pas. Elles ne veulent pas comprendre que le monde est seulement le monde et que le monde a un terme, une fin qui annule chaque chose et chaque pensée du monde. Voilà l’erreur : se croire éternel dans le monde et pour le monde ; et donc, pour le monde tout est permis : tout égoïsme, tout écart, chaque lutte, chaque chose qui rend la vie du monde facile. Ce n’est pas ainsi, ce n’est pas ainsi. Vous n’avez pas été créés pour le monde qui a une fin, mais pour le ciel qui est éternel. Votre esprit est éternel, c’est cette partie de vous qui vous rend semblables à Dieu.

 

Ce n’est pas possible qu’on ne puisse pas comprendre ce que depuis mille, deux mille ans, je répète à travers mes saints, mes prophètes. Laissez le monde pour le ciel, soyez dans le monde pour le ciel, passez du monde pour arriver au ciel : le ciel est votre patrie, là-haut, c’est mon règne. Un règne fait pour vous, où vous habiterez pour l’éternité, resplendissants et saints. Voilà, vous êtes semblables à Dieu. Dieu Père qui est dans les cieux m’a envoyé, moi, sa Parole, son Verbe, et moi, je vous envoie, je t’envoie, ma fille. Parle dans le monde pour le ciel et le ciel s’ouvrira au-dessus de toi et moi, Jésus, j’envoie par toi, sur toi et pour tous ma bénédiction.

 

Jésus, Dieu de l’amour et de la paix.

 

 

Ils cherchent l’amour où l’amour n’est pas…

 

Vraiment, ce qui unit et tient uni le monde, c’est l’amour.

 

Vraiment, c’est l’amour qui est l’arme qui vainc tout. Vraiment, c’est la voix de Dieu qui par amour vous parle à travers son instrument choisi par lui. Et voilà que le monde, encore une fois, n’écoute pas, bien qu’il sache et comprenne que c’est seulement l’amour qui est la perle la plus précieuse et la plus recherchée. Et voilà que quand cette perle leur est offerte, inexplicablement, la créature, le monde la réfute. Ils cherchent l’amour où l’amour n’est pas. Ils désirent l’amour et ne savent pas le donner. Il leur est donné et ils le refusent. Vraiment le mal a rendu obtus les esprits et les cœurs sont seuls, à la merci de cet esprit qui, avec obstination, continue de chercher dans le fourré le plus impénétrable, quand il suffirait de suivre la voie, le sentier déjà tracé. Et voilà la plaine, et voici le soleil, et voici la vie. Paroles saintes, toujours plus de paroles saintes : écoutez-les, écoutez-les. Soyez soumis, venez ici : je suis là, je suis là.

 

Voilà, vous m’avez trouvé : il y a si longtemps que je vous cherchais, voilà si longtemps que je vous attendais !

 

Je vous bénis, Jésus, la Lumière qui illumine.

 

 

Extraits de Jésus, Lumière du Monde

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :