La Sagesse – Jean, messager

La Sagesse

 

 

Livre Tome 1 : Jean messager de La Lumière

pages 95 à 101 : La Sagesse – messages de 1998 et 1999

 

Quel est ce don de l’Esprit Saint ?

 

Ce qu’en dit l’apôtre Jacques, (ch. 3,17-18) : « La sagesse qui vient de Dieu est d’abord droiture, et par la suite elle est paix, tolérance, compréhension ; elle est pleine de miséricorde et féconde en bienfaits, sans partialité et sans hypocrisie. C’est dans la paix qu’est semée la justice, qui donne son fruit aux artisans de paix. » et ce qu’en dit Jean…

 

Tu t’imagines, de même que ma petite maman chérie, être indigne d’assumer la charge de cette œuvre pour les âmes du Purgatoire…  Sachez que ce n’est pas aux plus grands, aux plus instruits, aux plus intelligents que Dieu s’adresse, mais aux plus humbles, aux plus obscurs, à ceux qui s’en sentent indignes, qui ne se font pas valoir et qui portent leurs croix en louant le Seigneur notre Dieu ! Votre terre ne pourra jamais vous offrir toute la joie, tout le bonheur qui vous attendent de l’autre côté de la rive. Cette joie sera votre récompense pour avoir servi de tout votre cœur la Sainte Trinité mais également pour avoir eu votre lot de souffrances. Vos prières s’élèvent dans le ciel portées par les anges, pensez y et sachez que tout ce qui vous arrive c’est par la grâce de Dieu, c’est la Providence qui récompense votre manière d’être. (16.02.98)

 

Surtout ne soyez pas rassurés sur votre manière de vivre, quand vous vous comparez aux autres. Oui, prenez l’habitude de faire votre examen de conscience en profondeur et vous y trouverez beaucoup de manques. Faites des efforts, vous serez guidés et le plan de Dieu se réalisera dans l’obéissance.

 

Votre vie, à vous les hommes, ressemble à une course d’obstacles … 

 

Il ne faut pas tomber, mais si vous trébuchez vous devez vous relever aussitôt, et non vous coucher par terre complètement découragé. Hélas ! c’est ce que font beaucoup d’hommes de votre terre ! (18.02.98)

 

Quels que soient votre volonté, vos efforts, de vous-mêmes vous ne pourrez progresser si Dieu n’est pas présent ; c’est par vos prières constantes, par votre humilité que vous y arriverez car malgré les qualités que vous vous attribuez, vous devez bien accepter toute votre pauvreté spirituelle !

 

Vos propres forces sont bien limitées en comparaison de la puissance de Dieu qui vient à votre secours. A cet effet reprenez les écrits et les témoignages des grands saints et vous verrez qu’ils ont montré tant d’humilité. Très près de vous, sainte Bernadette et sainte Germaine en sont la démonstration. (20.02.98)

 

Méfiez-vous d’avoir une fausse estime de vous-mêmes, ne faites pas comme beaucoup, ne soyez pas remplis de suffisance ! Mettez-vous en présence de Dieu Notre Seigneur en demandant, par d’humbles et ferventes prières, cette défiance que vous êtes incapables d’acquérir de vous-mêmes.

 

Habituez-vous à vous méfier de vous-mêmes, de votre propre jugement. Considérez votre propre faiblesse avec un regard plus vif. Est-ce que vous vous connaissez réellement ? 

 

Il est utile que vous vous rapprochiez de la lumière surnaturelle en demandant au Seigneur de vous éclairer, vous en avez tant besoin. Sa bonté est sans mesure, Il est bien là, sans cesse, avec tant de bienveillance, pour vous donner tout ce qui vous est nécessaire pour vivre votre spiritualité et pour triompher des épreuves. 

 

Si les gens ne croient pas à votre combat, peu importe : priez pour eux, comprenez qu’ils puissent douter.

Généralement les hommes ne cherchent pas à comprendre, c’est d’ailleurs pour cette raison que vous rencontrez tant d’athées. (24.02.98) 

 

Quoi que vous en pensiez, avec ma petite maman chérie, vous vivez, par cette victoire de l’âme sur le corps, des moments d’une grande intensité et malgré votre souffrance physique et morale que vous offrez au Seigneur et à la Sainte Vierge, vous ne vivez ni dans le passé, ni dans l’avenir, mais de votre mieux, cette minute présente si pleine d’espérance. (26.02.98)

 

 

C’est une grande souffrance d’être incompris, surtout de vos parents et amis !

 

Les hommes ne peuvent concevoir ce qu’est l’au-delà, ce qu’est une âme. 

 

Les hommes devraient mieux ouvrir les yeux, il suffit qu’ils soient un peu curieux et qu’ils puissent feuilleter la Bible ou bien lire un ouvrage religieux. Le Christ Notre Seigneur a bien vécu et souffert sur terre pour dégager les ténèbres qui obscurcissent l’esprit humain, pour ensuite ressusciter conformément aux Écritures et ainsi prouver que la mort n’est qu’un passage obligé ; donc peu importe si vous êtes incompris par une majorité des hommes. 

Restez humbles et sincères à l’égard des autres, ayez des pensées positives, ce champ positif est le meilleur bouclier qui empêchera les mauvais de vous nuire. Il vous faudra, bien sincèrement, leur souhaiter beaucoup de bonheur, et ces mauvais esprits pourront prendre conscience de leurs effets destructeurs, et le chien galeux se transformera en un adorable toutou. (28.02.98)

 

Papa, dans cette vie sur terre, tout se mesure en termes de pouvoir et d’argent.

 

Les hommes aiment trop le concret, le palpable, ce qui se voit. En revanche ils n’acceptent la spiritualité qu’avec réticence en vous regardant de haut. Ils ne comprennent pas que c’est aux cœurs simples que les grâces sont accordées, aux cœurs ouverts au Saint-Esprit avec humilité. 

 

C’est l’orgueil qui domine dans votre monde et vous avez la sagesse d’y échapper. (02.03.98) 

 

Votre route est aussi celle de tous les frères du ciel. Vous devez faire ce que recommande l’Évangile, pratiquer la charité. 

 

Il ne s’agit pas de donner votre bien, quoique… mais de supporter tous ceux qui vous exaspèrent, que vous n’appréciez pas. Vous devez les aimer avec un complet désintéressement, et sur votre route ils seront la majorité. L’amour du prochain doit être le trait dominant. Vous devez être sans lacune, aimer tout le monde, les proches comme les étrangers et sans faire de distinction … (28.03.98)

 

Quand vous faites le bien à autrui, vous lui rendez service, c’est à cette personne que vous le donnez, à sa famille, mais c’est surtout à vous-mêmes car ce que vous avez fait de bien vous sera rendu au centuple. Vous n’êtes pas sur terre pour être heureux, et si parfois vous avez du bonheur, c’est pour en faire profiter les autres. C’est surtout en aidant les autres à porter leur fardeau que vous serez heureux. Partez du principe que sur votre terre il y a toujours quelque chose à faire : il faut rendre le bien pour le mal et surtout, il ne faut pas en vouloir à ceux qui vous blessent, car ils sont malheureux et dans leur cœur ils ne savent pas ce qu’ils font, car ils ne mesurent pas la portée de leurs actes.

 

Évitez de médire, quel que soit le tort qu’on a pu vous faire, oubliez l’offense en jetant un voile sur la blessure qu’on vous a faite.

 

Pour mieux comprendre tout cela, plongez-vous dans le livre sur sainte Thérèse et vous vous rendrez vite compte que vous êtes bien éloignés de la sainteté, et que vous avez donc encore beaucoup de chemin à parcourir ! (28.03.98) 

 

Autour de vous, vous trouverez des personnes sous l’emprise du Griffu, d’une manière ou d’une autre… il ne faut jamais leur faire du mal, au contraire priez pour elles et demandez à Dieu qu’elles puissent s’améliorer et chasser l’importun. 

 

Dieu sait bien à qui il donne un pouvoir et ce n’est finalement que pour le bien de tous les hommes. Ainsi est faite votre existence et plus que jamais nous sommes ensemble pour rassembler toutes les brebis égarées et elles sont aussi nombreuses que celles qui restent dans le troupeau, mais la tâche est si belle, si grandiose et Dieu a tant besoin de bons bergers ! (31.03.98) 

 

 

Tous les hommes devraient prendre la route de la sainteté. 

 

Cette sainteté, c’est l’acquisition de la plus grande perfection.

 

Aussi vous devez vous oublier vous-mêmes, oublier votre ego pour garder toutes les qualités, tous les talents que le Seigneur vous confie pour qu’Il puisse s’exprimer à travers vous, pour Sa plus grande gloire et le plus grand bien de vos frères de cette terre. 

 

A chaque minute de votre vie, évitez de ramener tout à vous-mêmes, ne vous inquiétez pas de votre apparence, de votre intelligence et surtout de ce que pensent les autres de vous. 

 

Ne soyez pas impatients lorsque les choses ne vont pas comme vous l’avez décidé, acceptez les autres quand ils vous contredisent ou contrarient vos projets. Restez doux, simples, tournés vers les autres pour les aider.

 

En un mot, détachez-vous de vous-mêmes pour le bien, le bonheur de votre prochain. 

C’est en regardant le Bon Dieu plutôt que vous-mêmes que vous resterez à l’abri de l’erreur et prendrez le chemin de la perfection. (03.10.98)

 

La perfection chrétienne, c’est l’oubli de soi, l’accueil de Dieu et l’accomplissement de Sa volonté en faisant taire son ego. C’est aussi la joie d’offrir et d’aimer ; c’est se méfier de ramener quelque chose à soi, car cela peut venir du Malin ! (14.10.98) 

 

L’histoire se déroule et chaque homme prend un train en marche pour le ciel. Chacun, suivant ses propres conditions, sortira de l’espace et du temps pour entrer dans le domaine de l’au-delà et pour voir Dieu tel qu’il est.

L’existence terrestre est un pèlerinage, la mort, un passage dans une vie qui n’est pas ôtée mais changée.

 

Aimer les autres, c’est la meilleure préparation pour entrer dans la vraie vie en Dieu. (25.03.99) 

 

Au ciel nous avons l’ardent désir de vous aider tous, mais nous attendons de votre part prières et souvenirs d’amour. Tout ce que vous faites de bien sur terre, vous sera rendu au centuple ; ce monde où vous vivez est déjà l’autre monde et votre existence, c’est le sens de la marche vers la vie. Chaque jour votre âme se rapproche de Dieu le Père pour profiter de la lumière divine, il faut qu’elle soit aussi brillante que le soleil, c’est pour cela que vous souffrez. Le purgatoire est ce lieu où l’âme se débarrasse de toutes ses impuretés et c’est vous gens de la terre qui pouvez aider efficacement toutes ces âmes par vos prières, vos chapelets, vos rosaires et plus spécialement vos messes. (25.05.99)

 

 Restez humbles ; vous avez une magnifique tâche spirituelle à accomplir, mais évitez à tout prix l’orgueil spirituel. Vous n’avez pas à accuser l’Église de tous les maux de votre terre et surtout vous n’avez pas à la rendre responsable de son laxisme ou de sa rigueur; tout simplement écoutez le pape et unissez-vous pour combattre le démon en pratiquant la charité et l’humilité. Maintenant vous comprenez bien mieux toute la bonté du Dieu Amour. Pensez-y et méditez cela pendant votre rosaire. En envoyant Son Fils, il a voulu que Ses enfants de la terre et Ses enfants du Ciel soient unis non seulement par le souvenir mais surtout par la communion de leurs âmes immortelles : c’est cela la communion des saints !

Par la prière faites réparation pour toutes les âmes qui ne croient pas en la bonté du Seigneur et surtout à Sa miséricorde.

 

Quand vous priez avec le cœur vous êtes entourés de tous les chœurs angéliques, en présence de la Sainte Vierge Marie, de toutes les puissances célestes en vous adressant au Dieu unique, en la Sainte Trinité.

 

 De cette manière vos prières sont extrêmement efficaces autant pour les hommes de votre terre que pour les âmes du purgatoire. (09.08.99)

 

Il est vrai que votre vie n’est ni simple ni ordinaire, ce qui n’empêche pas qu’elle comporte un lot quotidien d’événements petits et grands, faits de joies et de souffrances, de peines et d’efforts. Le Seigneur vous appelle à une vie d’adoration quotidienne, c’est la vie de sainteté, c’est le chemin de l’amour. Quand vous faites un cadeau à un parent ou à un ami, vous le faites en fonction de vos moyens et de vos ressources ; de même c’est par votre manière d’agir, par vos prières, vos jeûnes, vos rosaires, vos Eucharisties, vos témoignages que vous offrez au Seigneur le meilleur de vous-mêmes, et que vous suivez la voie de sainteté qu’Il a tracée pour vous…

 

Les physiciens qui étudient les lois qui régissent l’univers et la matière et même les athées découvrent Dieu en constatant que dans la création tout est structuré de la plus petite particule à l’infiniment grand. Tout s’enchaîne, tout s’articule selon les lois qui viennent de Dieu notre Créateur. Dans votre vie il y a un ordre des choses, dans votre comportement, dans votre mission, vos affections vous devez tendre à ordonner davantage les choses pour les simplifier.

 

Le désordre complique tout, oui en contemplant la perfection de la création vous comprendrez mieux votre condition humaine donc votre condition d’enfant de Dieu. (04.02.99)

 

 Si l’on ne sent pas de douceur, pas de lumière, pas d’amour en soi, c’est donc qu’il y a souffrance et c’est cela qui est le plus beau qu’on puisse apporter à Jésus… Et qui sait s’il ne demande pas justement de renoncer à cette douceur en faveur de pauvres âmes qui en ont besoin pour ne pas sombrer dans quelque terrible tentation ou pour se rapprocher de la lumière divine !

 

C’est une chose mystérieuse que la charité, mais c’est un apostolat d’autant plus puissant qu’il est secret. 

 

Jean, messager de La Lumière 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :