Fécondité des oeuvres par la vie intérieure – Préambule

Fécondité des œuvres

par la vie intérieure

Préambule à « L’âme de tout apostolat »

de Dom Chautard

 

L’enthousiasme de la foi vécue pousse le chrétien à ne pas garder pour lui seul les trésors qu’il puise dans le vécu de celle-ci. Il veut partager ce qu’il a avec ses frères et sœurs, d’une manière ou d’une autre, afin que ceux-ci puissent rayonner à leur tour de cet Amour qui les anime.

 

Dans sa grande bonté, Notre Père du Ciel donne à chaque homme ce qui lui est nécessaire pour opérer son salut sur terre, c’est-à-dire à comprendre son message d’amour afin d’en vivre, tous les jours, et d’arriver à l’abandon de la confiance dans la Providence. Comment pourrait-il en être autrement puisqu’Il veut rassembler autour de Lui le plus grand nombre de ses enfants qu’il ne cesse de solliciter ? Son appel est parfois entendu bien tard, mais il insistera jusqu’au dernier moment à venir à Lui pour que nous lui donnions notre « Oui », un « Oui » qu’Il attend de nous avec impatience tout au long de notre vie.

 

Si l’on a encore en mémoire ce que nous n’entendons plus guère aujourd’hui « Hors de l’Eglise, point de salut », c’est pour insister sur le fait que c’est bien l’Eglise Catholique qui nous donne les meilleures chances de réussir notre voyage sur terre, lequel n’est qu’une préparation à la vie éternelle à laquelle chaque homme est appelé.

 

Nous l’avons déjà évoqué, nous sommes tous appelés à la sainteté puisque c’est par elle que nous gagnons notre Ciel, notre Vie éternelle. Pour entrer dans celle-ci, il faut être saint et cet état, nous le préparons ici-bas sur cette terre ou dans son antichambre, le purgatoire, pour une période plus ou moins longue selon notre état de vie. Pour cela, il faut nous mettre à l’école de ceux qui nous ont précédés et qui ont mis en pratique à un moment de leur vie l’idéal évangélique que nous a laissé Jésus-Christ.

 

Nous sommes également tous appelés à témoigner de notre foi et a participé d’une manière ou d’une autre à l’Evangélisation, car le Seigneur attend de chacun de nous quelque chose. La construction du Royaume nous concerne tous. Dans les temps actuels, c’est véritablement un devoir de nous efforcer d’aider nos prêtres, toujours moins nombreux. Nous avons à leur amener des âmes pour qu’elles reçoivent les sacrements qu’ils sont seuls en mesure d’assurer.

 

Il faut donc se donner les moyens pour tendre vers cet idéal de sainteté et consacrer chaque jour un temps à la prière et à la lecture, ce qui nous conduira progressivement à avoir une vie intérieure de plus en plus profonde, qui deviendra au fil du temps riche et féconde. Il faut pour cela se mettre à bonne école et pour se faire nous suivrons un maître en la matière, Don Chautard, qui fut abbé de la trappe de Sept Fons.

 

Il a donné, et donne à qui le veut aujourd’hui encore, un enseignement sublime au travers de l’ouvrage qu’il a écrit « L’âme de tout apostolat », qui a marqué ma vie de jeune homme et que j’ai plaisir à reprendre de temps en temps. Dans un post suivant, vous trouverez un premier extrait de son livre. J’espère pouvoir le faire suivre à l’avenir. Alors bouclons nos ceintures et suivons avec attention l’enseignement de ce saint abbé, qui va nous enthousiasmer par ces propos tout empreints de la présence de Dieu en lui. Bien qu’exigeantes, faisant nôtres les recommandations qu’il nous laisse. Elles nous aideront à cheminer avec sûreté vers le chemin qui mène vers le Ciel et à entraîner à notre tour les âmes que nous rencontrerons vers ce tourbillon merveilleux de l’Amour de Dieu.

 

C.D.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :