Un appel à l’amour – Soeur Josefa Menendez (ASDE 13/2)

Quand le Christ se manifeste

Un ouvrage de Jean-Marie Mathiot

 

Un appel à l’amour (1920)

Partie 2

(sœur Josefa Menendez, † à 33 ans )

 

Sa Passion

 

Du 22 février au 30 mars 1923, Jésus révélera à Josefa le mystère de sa Passion, du lavement des pieds de ses apôtres jusqu’à sa Mort sur la Croix. Le Vendredi-Saint, elle recueillera les sept Paroles du Christ en Croix :

 

« – Ô mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Non ! Ils n’ont pas connu Celui qui est leur Vie. Ils ont déchargé sur lui toute la fureur de leurs iniquités. Mais, je vous en supplie, ô mon Père ! Déchargez sur eux toute la force de votre Miséricorde ! »

 

« Aujourd’hui, tu seras avec moi en Paradis… Car ta foi en la Miséricorde de ton Sauveur a effacé tous tes crimes et c’est elle qui te conduit à la Vie éternelle !

 

« Femme, voilà ton fils ! Ô ma Mère ! Voilà mes frères… Gardez-les… Aimez-les… Vous n’êtes plus seuls, ô vous pour qui j’ai donné ma Vie ! Vous avez maintenant une Mère à laquelle vous pouvez recourir en toutes vos nécessités

 

J’ai vu près de la Croix la très sainte Vierge debout et regardant Jésus. Elle était vêtue d’une tunique violette et enveloppée d’un voile de même teinte. Elle a dit d’une voix douloureuse mais ferme :

 

« Vois, ma fille, jusqu’où l’a réduit son Amour pour les âmes ! Celui que tu contemples en cet état si triste et si pitoyable, c’est mon divin Fils : L’amour le conduit à la mort !… Et c’est l’Amour qui le presse d’unir tous les hommes par des liens de frères en leur donnant à tous sa propre Mère. »

 

Jésus a continué :

 

« Mon Dieu ! Pourquoi m’avez-vous abandonné ?… Oui, l’âme a désormais le droit de dire à son Dieu : ‘’ Pourquoi m’avez-vous abandonné ?’’, car, après la consommation du Mystère de la Rédemption, l’homme est devenu fils de Dieu, frère de Jésus-Christ, héritier de la Vie éternelle.

 

J’ai soif Ô mon Père ! J’ai soif de votre Gloire et voici que l’heure est venue !… Désormais, en voyant la réalisation de mes Paroles, le monde connaîtra que c’est vous qui m’avez envoyé et vous serez glorifié ! J’ai soif des âmes et, pour apaiser cette soif, j’ai donné jusqu’à la dernière goutte de mon Sang !… C’est pourquoi je puis dire :

 

Tout est consommé. Maintenant est achevé le grand Mystère d’Amour dans lequel Dieu livra à la mort son propre Fils, pour rendre la vie à l’homme.

 

Je suis venu dans le monde pour faire votre volonté : Ô mon Père, elle est accomplie !

 

En vos mains, je remets mon âme et, à vous, je livre mon Esprit. Ainsi, les âmes qui ont accompli ma Volonté pourront-elles dire en vérité : ‘’ Tout est consommé !… Mon Seigneur et mon Dieu, recevez mon âme, je la remets entre vos mains. »

 

 

Sa miséricorde

 

Le lundi 11 juin 1923, le Seigneur lui rappelle l’ampleur de ses Desseins :

 

« Au cours des siècles, j’ai révélé de différentes manières mon Amour pour les hommes : je leur ai montré combien le désir de leur salut me consume. Je leur ai fait connaître mon Cœur. Cette dévotion a été comme une lumière répandue sur le monde. Elle est aujourd’hui le moyen dont se servent, pour toucher les cœurs, la plupart de ceux qui travaillent à étendre mon Règne.

 

Je veux maintenant quelque chose de plus, car si je demande de l’amour pour répondre à celui qui me consume, ce n’est pas le seul retour que je désire des âmes : je désire qu’elles croient en ma Miséricorde, qu’elles attendent tout de ma Bonté, qu’elles ne doutent jamais de mon Pardon.

 

Je suis Dieu, mais Dieu d’amour ! Je suis Père, mais un Père qui aime avec tendresse et non avec sévérité. Mon Cœur est infiniment saint, mais aussi infiniment sage et, connaissant la misère et la fragilité humaine, il s’incline vers les pauvres pécheurs avec une Miséricorde infinie.

 

J’enseignerai aux pécheurs que la Miséricorde de mon Cœur est inépuisable ; aux âmes froides et indifférentes, que mon Cœur est un feu qui veut les embraser parce qu’il aime ; aux âmes pieuses et bonnes, que mon Cœur est le chemin pour avancer vers la perfection et arriver en sécurité au terme bienheureux. Enfin, aux âmes qui me sont consacrées, aux prêtres, religieux, à mes âmes choisies et préférées, je demanderai une fois de plus qu’elles me donnent leur amour et ne doutent pas du Mien, mais surtout qu’elles me donnent leur confiance et ne doutent pas de ma Miséricorde !

 

Je veux pardonner. Je veux régner sur les âmes, sur les nations et sur le monde entier. Je veux répandre ma Paix jusqu’aux extrémités du monde, lui dit-il le 12 juin.

 

J’adresse mon Appel à tous : Aux âmes consacrées et à celles du monde, aux justes et aux pécheurs, aux savants et aux ignorants, à ceux qui commandent et à ceux qui obéissent. A tous, je viens dire : Si vous voulez le bonheur, je le suis. Si vous cherchez la richesse, je suis la richesse infinie. Si vous désirez la paix, je suis la paix. Je suis la Miséricorde et l’Amour.

 

 

 

Il régnera !

 

Le 19 juin 1923, le Seigneur lui dit :

 

« La société est pervertie, lorsque ceux qui sont à sa tête n’agissent ni dans la vérité ni dans la justice. Mais si son chef sait la diriger, plusieurs sans doute suivront encore les voies tortueuses, mais la majorité viendra en masse à la lumière et à la vérité… Je le répète, ma grâce accompagnera mes Paroles et ceux qui les feront connaître : la Vérité triomphera, la Paix gouvernera les âmes et le monde… Et mon Règne arrivera !

 

Je veux que le monde entier sache que je suis un Dieu d’Amour, de Pardon et de Miséricorde, dit-il le 13 novembre. Pour que le monde sache ma Bonté, j’ai besoin d’apôtres qui lui révèlent mon Cœur, mais qui d’abord le connaissent… Je veux que le monde soit sauvé, que la paix et l’union règnent en lui. Je veux régner et je régnerai par la réparation de mes âmes choisies et par une nouvelle connaissance de ma Bonté, de ma Miséricorde et de mon Amour.

 

Mes Paroles sont Lumière et Vie pour un nombre incalculable d’âmes. Toutes seront imprimées, lues et prêchées, et je leur donnerai une grâce spéciale, afin qu’elles éclairent et transforment les âmes. »

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :