Des crânes sur le Podbrdo – Témoignage (ASDE 14)

Des crânes sur le Podbrdo !

(Le Podbrdo est la colline des apparitions de Medjugorje)

 

Valentina vient de l’Ukraine. Elle a 29 ans. En la croisant, on pourrait croire que c’est une jeune fille « normale ». Pourtant… Son histoire sort de l’ordinaire ! D’un milieu athée et marqué par le communisme dur et pur de ces régions, elle a grandi dans la pauvreté matérielle et un vide spirituel complet.

 

Un jour, elle gagne « la carte verte », sorte de loterie à l’américaine et on lui offre d’aller vivre aux Etats-Unis ! Elle n’a que 18 ans, mais vu ses horribles conditions de vie, elle part. Ses débuts sont très durs, elle ne parle pas un mot d’anglais, mais peu à peu elle réussit à se former comme coiffeuse. Son travail ne remplit pas sa vie et un terriblement sentiment de vide l’accable. Elle se pose les questions que la Vierge nous a posées à tous, le 2 juillet 2012 : « Arrêtez-vous un moment, réfléchissez sur vous-mêmes… Ensuite réfléchissez sur l’éternité et la béatitude éternelle. Qu’est-ce que vous voulez ? Quel chemin voulez-vous emprunter ? »

 

Dans la nuit de son esprit elle pressent qu’il y a peut-être une autre dimension dans la vie. Elle tente alors quelques paroles à un Père Céleste dont on lui a parlé aux USA mais qui lui reste totalement inconnu : « Si tu existes, si tu es un père, montre-le moi ! » Avec cette prière, elle reçoit des flots de paix en plein cœur, sa foi est née ! Elle va augmenter de jour en jour et Valentina devient une fervente catholique.

 

Un jour elle rencontre des chrétiens qui reviennent de Medjugorje. Leurs témoignages lui inspirent un profond désir d’aller la-bas, et en 2008 elle entreprend le voyage. Là, son cœur est tellement saisi par la présence de la Vierge qu’elle se sent fortement poussée à faire un « deal » avec elle. Sur le Podbrdo, elle consacre sa vie à une grande mission, celle d’amener les jeunes de l’Ukraine à Mdejugorje, et la Divine Providence lui ouvrira les portes comme les cœurs.

 

Elle a trouvé sa vocation !

 

Elle descend toute heureuse de la colline et, sur le chemin, elle rencontre un homme, un inconnu qui lui dit à brûle pourpoint : « Veuillez m’excuser si ce que je vais vous dire vous paraît stupide, mais je dois vous dire ! Voilà… Je sens que vous êtes appelée à amener les jeunes de votre pays ici à la Gospa ! » Valentina n’en croit pas ses oreilles ! Elle vient à peine d’en prendre l’engagement sur la colline ! Elle retourne dans son pays natal pour se mettre au travail.

 

Elle organise son premier pélé et tous les jeunes de sa paroisse répondent l’appel ! Son cœur pur, sa jeunesse, sa détermination et surtout l’onction du St-Esprit qui repose sur elle, lui ouvrent les cœurs. Elle consacre beaucoup de temps à la prière. Très vite, elle prend à cœur les plus pauvres, et Dieu l’introduit dans le milieu médical où elle trouve tant de misère morale. Les malades sont abandonnés.

 

Avec l’aide de la Providence, elle entreprend de créer des hospices où les malades en fin de vie peuvent retrouver leur dignité. Mère Teresa de Calcutta l’inspire en cela. Elle propose aussi à des médecins athées de venir avec elle à Medjugorje, et c’est ainsi qu’elle déboule un jour avec 50 pèlerins du corps médical, tous athées. Les médecins présents sont des avorteurs professionnels ! Valentina s’accroche à la Gospa qui veut inviter tous ses enfants, sans exceptions, sous son manteau maternel.

 

Parmi eux, une gynécologue. La soixantaine bien tassée. Avec tout le groupe, elle monte la colline des Apparitions. Valentina a préparé un plan ORSEC inspiré par la Vierge pour ses pélés : athées ou pas, en arrivant là-haut, tout le monde se consacre au Cœur Immaculé de Marie !!! La gynéco suit le mouvement. Le soir, au cours du partage dans l’auberge, elle rassemble son monde car elle veut exprimer quelque chose d’important. Sa gorge se serre, elle a du mal à parler, elle, le grand ponte qui chapote tous les services de l’hôpital…

 

« A peine avais-je posé le pied sur la colline, dit-elle, que tout a changé devant mes yeux. Les pierres ont disparu. La colline était soudain couverte des os et des crânes de tous les enfants que j’ai avortés durant 40 ans. Regardez ces mains… Voilà les mains qui ont tué une ville entière ! »

 

Elle pleure, et dans la salle les mouchoirs sortent les uns après les autres. Tous les avorteurs présents rentrent en eux-mêmes. Pour la plupart, ils repartiront changés, convertis, décidés à arrêter les avortements et à marcher vers Dieu.

 

Valentina continue sa belle mission. Elle en est aujourd’hui à 400 médecins avorteurs, le dernier groupe de 50 est reparti de Medjugorje le 29 août 2012. Elle ne les fait pas payer, car elle ne veut pas que l’argent du sang innocent se même à tout cela. Comment fait-elle ? C’est à chaque fois un nouveau défi, l’argent tombe au moment où il faut pour financer le pèlerinage de ces riches médecins. Depuis lors, plusieurs hôpitaux ont cessé les avortements et la pratique de l’euthanasie. Comme tous ceux qui désormais marchent avec elle, Valentina a un but : Nettoyer tous les hôpitaux de l’Ukraine de ces pratiques fatales et y placer la bénédiction de Dieu. Redonner aux médecins et au corps médical la dignité de leur profession. Aujourd’hui, tant de ces mains qui ont tué des innocents se sont transformées, car le ciel les utilise pour protéger et promouvoir la vie !

 

Je n’ai jamais vu le soleil tourner à Medjurogje, mais ce miracle-là, tout le monde peut le constater ! Valentina est convaincue qu’il ne va pas se limiter à l’Ukraine. Prions pour elle et ses amis, afin qu’ils soient protégés ! Et demandons pour la France ce zèle brûlant et cette foi vivante qui ont transformé et transformeront encore beaucoup de montagnes.

 

Extrait de la lettre d’information « Les enfants de Medjugorje »

N° 101 – Automne 2012

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :