Présence des motions de l’Esprit-Saint dans notre vie spirituelle – 1 (ASDE 15)

A l’école de l’Esprit Saint

 

Père Jacques Philippe

Responsable de la communauté des Béatitudes

(Imprimatur : 18 mai 1995)

3ème partie (1)

 

A Celle qui nous dit : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » (Jean 2,5)

 

3. Comment favoriser la présence des motions de l’Esprit-Saint dans notre vie spirituelle ?

 

Dieu aime tous les hommes d’un amour égal et veut tous les conduire à la perfection, mais en même temps il a des voies bien différentes pour les uns et pour les autres. Ce qui veut dire que les inspirations de la grâce pourront avoir des fréquences et des manifestations très diverses d’une personne à l’autre. On ne peut pas forcer l’Esprit, et Dieu est maître de ses dons.

 

Cependant, on ne peut douter que Dieu accordera à toute personne au moins les inspirations nécessaires pour sa propre sanctification.

 

Ecoutons saint François de Sales : « O ! Que bienheureux sont ceux qui tiennent leurs cœurs ouverts aux saintes inspirations ! Car jamais ils ne manquent de celles qui leur sont nécessaires pour bien et dévotement vivre en leurs conditions, et pour saintement exercer les charges de leur profession. Car comme Dieu donne, par l’entremise de la nature, à chaque animal les instincts qui lui sont requis pour sa conservation et pour l’exercice de ses propriétés naturelles, aussi, si nous ne résistons pas à la grâce de Dieu, il donne à chacun de nous les inspirations nécessaires pour vivre, opérer et nous conserver en la vie spirituelle. » (1)

(1) Traité de l’Amour divin, Livre 8, Chapitre 11

 

Il faut ajouter aussi que ces motions de l’Esprit, même si elles ont malheureusement peu de place dans l’existence de beaucoup de chrétiens, ne sont pas quelque chose d’exceptionnel en soi, mais font partie d’un « fonctionnement normal » de la vie spirituelle.

 

Saint Paul le suggère quand il dit : « tous ceux qu’anime l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Rm 8,14), et aussi : « puisque l’Esprit est notre vie, que l’Esprit nous fasse aussi agir » (Ga,5,25)

 

Nous avons tous reçu l’adoption filiale et la grâce du Saint-Esprit par le baptême. Le fruit normal de ce sacrement est l’éclosion dans notre vie de ce qu’on appelle en théologie les « dons du Saint-Esprit », et ceux-ci ont pour but de « disposer l’âme à subir promptement l’impulsion de l’inspiration divine » (Saint Thomas d’Aquin). Ce dernier dit aussi : « Les dons du Saint-Esprit rendent toutes les facultés de l’âme capables de se soumettre à la motion divine » (Somme théologique Ia IIae q.68 a.1)

 

Tout chrétien doit donc désirer et demander ces grâces d’inspiration. Dieu les donne bien sûr en mesure plus ou moins grande, et « à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé » (Lc 12,48), comme à qui il a été moins donné, il sera moins demandé.

 

Mais il reste qu’elles ne sont pas facultatives, car elles peuvent être décisives pour notre progrès spirituel, et il est de la plus haute importance de las accueillir en notre vie.

 

Qu’est-ce qui permet concrètement la manifestation des inspirations de la grâce ? Que faire pour que le Seigneur nous en fasse bénéficier le plus possible ? Nous allons donner un certain nombre de conditions qui favorisent leur manifestation.

 

 

1. Pratiquer la louange et la gratitude.

 

Ce qui nous empêche de recevoir des grâces plus abondantes de la part de Dieu, c’est peut-être tout simplement de ne pas suffisamment reconnaître celles qu’il nous a déjà accordées, et l’en remercier.

 

Nul doute que si nous disons merci à Dieu de tout notre cœur pour chaque grâce reçue, en particulier pour les inspirations, il nous en accordera davantage.

 

Ecoutons sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus parlant à sa sœur Céline :

« Ce qui attire le plus les grâces du bon Dieu, c’est la reconnaissance, car si nous le remercions d’un bienfait, il est touché et s’empresse de nous en faire dix autres et si nous le remercions encore avec la même effusion, quelle multiplication incalculable de grâces ! J’en ai fait l’expérience, essayez et vous verrez. Ma gratitude est sans borne pour tout ce qu’il me donne, et je le lui prouve de mille manières » (2)

 

(2) Conseils et souvenirs recueillis par sœur Geneviève

 

Il ne doit pas s’agir d’un « calcul », mais de prendre conscience que notre ingratitude envers Dieu nous replie sur nous-mêmes et nous ferme à sa grâce. « Bénis ô mon âme le Seigneur, n’oublie aucun de ses bienfaits », dit le (Psaume 103, 1).

 

La louange purifie le cœur et le dispose merveilleusement à recevoir la grâce divine et les motions du Saint Esprit.

 

 

2. Les désirer et les demander

 

Il faut, bien sûr, ensuite les désirer et les demander souvent dans la prière : « Demandez et l’on vous donnera » (Lc 11,9). Ce devrait être une des requêtes que nous adressons le plus souvent à Dieu : « Inspire-moi dans toutes mes décisions, et fais que je ne néglige aucune de tes inspirations ».

 

Nous devons le demander dans toutes les circonstances de notre vie. Dans les moments plus particuliers, face à des choix importants, ou quand nous avons l’impression que notre vie avec le Seigneur piétine un peu et doit être revivifiée, il peut être très bon de prendre quelques jours de retraite et de prière plus intense pour demander la lumière de l’Esprit Saint. Il serait bien étonnant que Dieu ne nous réponde pas alors par des inspirations.

 

à suivre

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :