Sergej Lavrov sur l’Occident : « Son ère est terminée »

Sergej Lavrov sur l’Occident :

« Son ère est terminée »

 

par Rodolfo Casadei

 

Si les Américains pensent, après le sommet Biden-Poutine à Genève, qu’ils ont neutralisé la Russie et peuvent maintenant se consacrer à contenir la Chine afin de préserver leur hégémonie mondiale, ils se trompent. Moscou continuera à agir de concert avec les puissances révisionnistes pour accélérer la transition de l’ordre hégémonique occidental en déclin vers un ordre international multipolaire.

 

C’est la conclusion la plus importante en termes géopolitiques que l’on tire de la lecture de l’article du ministre russe des Affaires étrangères Sergej Lavrov intitulé « Le droit, les droits et les règles » paru sur le site de son ministère le 28 juin dernier.

 

Un long texte de près de 30 000 frappes qui repropose les positions traditionnelles de la Russie de Poutine en matière de relations internationales, mais aussi des soulignements relativement nouveaux et au moins une bourde de propagande qui en a fait sourire plus d’un : à un certain moment, Lavrov affirme, on ne sait pas sur la base de quelles informations, que « dans certains pays occidentaux, les élèves apprennent à l’école que Jésus-Christ était bisexuel ».

 

Deux poids, deux mesures

 

Le fait que Biden ait utilisé le sommet de Genève pour jeter les bases d’une sorte de pacte de non-agression avec Moscou afin de pouvoir concentrer toutes les ressources stratégiques américaines dans le bras de fer avec Pékin, est apparu clairement lorsque lui et Poutine ont publié une déclaration commune axée sur la nécessité d’un « dialogue pour la stabilité stratégique » afin de « réduire le risque de conflits armés et la menace de guerre nucléaire », car « une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ».

M. Lavrov a clairement indiqué que la Russie considère l’attitude de l’Occident comme agressive et qu’elle ne se soumettra pas aux diktats des Américains et des Européens justifiés par les exigences de la « démocratie » et des « droits de l’homme », car l’Occident a l’intention d’imposer à tous ses règles, qui diffèrent de celles établies par les traités internationaux et l’ONU.

 

« Ces réunions », a écrit M. Lavrov dans la première partie de son discours, en faisant référence au sommet du G7 en Cornouailles, au sommet de l’OTAN et à la réunion de M. Biden avec les dirigeants de l’UE, « ont été soigneusement préparées de manière à ne laisser aucun doute sur le fait que l’Occident voulait envoyer un message clair : « nous sommes unis comme jamais auparavant et nous ferons ce que nous pensons être juste dans les affaires internationales, en forçant les autres, en premier lieu la Russie et la Chine, à suivre notre exemple ». Les documents adoptés lors des sommets de Cornouailles et de Bruxelles ont cimenté le concept d’un ordre mondial fondé sur des règles, par opposition aux principes universels du droit international qui ont pour source première la Charte des Nations unies ».

 

Ce sera le leitmotiv de tout le discours de M. Lavrov : l’Occident promeut un multilatéralisme à son usage et à sa consommation, fondé sur des règles qu’il fixe lui-même de temps à autre, et rejette le multilatéralisme fondé sur la Charte des Nations unies et sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays. L’exemple classique du double standard occidental se répète : dans la crise du Kosovo, l’Occident applique le principe d’autodétermination de la population locale parce que cela lui convient, alors que dans le cas du référendum en Crimée, il le rejette parce qu’il ne répond pas à ses intérêts.

 

La Russie et la Chine dans une même phrase

 

 

Lorsque M. Lavrov veut souligner l’arrogance de l’Occident à l’égard des autres pays, il mentionne toujours la Russie et la Chine dans la même phrase :

 

« Qualifiées de « puissances autoritaires », la Russie et la Chine ont été désignées comme les principaux obstacles à la mise en œuvre du programme décidé lors des sommets de juin. »

 

« L’Occident a réservé les termes les plus élevés au fonctionnement interne des pays « non démocratiques » et à ses efforts pour les remodeler afin qu’ils correspondent au cliché occidental. C’est pourquoi on exige que Moscou et Pékin, ainsi que d’autres, suivent les prescriptions occidentales en matière de droits de l’homme, de société civile, de traitement de l’opposition, de médias, de gouvernance et d’interaction entre les pouvoirs de l’État. »

 

« Les politiciens éclairés d’Europe et d’Amérique reconnaissent que cette politique extrémiste ne mène nulle part, et ils commencent à penser de manière pragmatique, en reconnaissant qu’il n’existe pas de civilisation unique dans le monde. Ils commencent à reconnaître que la Russie, la Chine et les autres puissances régionales ont des milliers d’années d’histoire, leurs propres traditions, leurs propres valeurs et leur propre mode de vie. Les tentatives visant à déterminer quelles valeurs sont meilleures et quelles valeurs sont pires n’ont aucun sens. L’Occident doit simplement reconnaître qu’il existe des façons de gouverner qui peuvent être différentes de l’approche occidentale, et accepter et respecter cela comme un fait. »

 

Contre Macron, pour Orban

 

Malgré la référence aux politiciens européens éclairés, le texte de Lavrov est plein de ressentiment à l’égard de l’Union européenne, qu’il accuse d’être totalement alignée sur les intérêts de Washington et arrogante dans sa prétention à imposer son idée du multilatéralisme aux autres pays par la force des sanctions économiques contre les récalcitrants. La cible des critiques du ministre russe des Affaires étrangères sont notamment la France en la personne d’Emmanuel Macron, l’Allemagne, la Pologne et les pays baltes.

 

Alors qu’au moins deux clins d’œil sont réservés à Viktor Orban, qui n’est pas cité nommément. La première est lorsque Lavrov écrit qu' »il est significatif que le terme « démocratie autocratique » ait été évoqué, bien que timidement. Ce sont des considérations utiles, et les politiciens les plus réfléchis qui sont actuellement au pouvoir devraient les prendre en considération. »

 

Dans un autre passage, il déclare : « Les tentatives des politiciens sensés de protéger la jeune génération de la propagande agressive des LGBT se heurtent aux protestations belliqueuses de l’Europe ‘éclairée' ».

 

La fin de l’Occident

 

Le texte prend parfois le ton de l’invective ou celui de la prophétie :

 

« En étendant les sanctions et autres mesures coercitives illégitimes à l’encontre d’États souverains, l’Occident promeut un gouvernement totalitaire des affaires mondiales, adoptant une posture impériale et néocoloniale dans ses relations avec les pays tiers. »

 

 

« Pris dans son ensemble, historiquement, l’Occident a dominé le monde pendant 500 ans. Or, on assiste aujourd’hui à la fin de cette époque ; l’Occident s’accroche au statut dont il jouissait en freinant artificiellement les processus objectifs qui déterminent l’émergence d’un monde polycentrique. »

 

« Les anciennes puissances coloniales cherchent à effacer cette mémoire en la remplaçant par des rituels conçus à la hâte, tels que l’agenouillement avant une compétition sportive, afin de détourner l’attention de leur responsabilité historique dans les crimes de l’ère coloniale. »

 

« Avec son attitude méprisante envers les autres membres de la communauté internationale, l’Occident se retrouve du mauvais côté de l’histoire. »

 

Enfin, il annonce les intentions de la Russie à l’ONU :

 

« Les efforts visant à apporter plus de démocratie dans les relations internationales et à affirmer un monde polycentrique comprennent une réforme du Conseil de sécurité de l’ONU qui renforcerait la présence des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, et mettrait fin à l’anomalie de la surreprésentation de l’Occident dans le principal organe de l’ONU. »

 

Le rameau d’olivier dans la dernière phrase de l’article contient une référence moqueuse à ce qui est considéré comme la prétention de l’Occident à dicter les règles :

 

« Nous serons toujours ouverts à un dialogue honnête avec toute personne qui démontre une volonté de trouver un équilibre des intérêts mutuels, fermement ancré dans le droit international. Ce sont les règles auxquelles nous adhérons ».

 

Source : Sergej Lavrov sur l’Occident : « Son ère est terminée » : Euro-Synergies (hautetfort.com)

 

Ex: https://www.ariannaeditrice.it/articoli/sergej-lavrov-sull-occidente-finita-la-sua-era

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :