Réflexions de soeur Emmanuel de Medjugorje avec le père Yannik Bonnet (ASDE 16)

Parmi les pèlerins français de la Toussaint, nous avons eu le père Yannik Bonnet, 80 ans, du diocèse du Puy en Velay, ancien ingénieur chimiste, veuf, ordonné prêtre en 1999 (le père Yannik Bonnet est décédé depuis – NDLR). Son témoignage a fait renaître l’espérance en beaucoup de cœurs. En avril 1973, un an avant la mort de Pompidou (qui bloqua la loi sur l’avortement avant que Giscard ne la fasse passer), Yannik est allé voir Marthe Robin, grande mystique française acceptée pour la Béatification, car il était à l’époque père de famille nombreuse et il s’inquiétait pour l’avenir de ses 7 enfants. Par un concours de circonstance providentiel, il put s’entretenir avec Marthe durant 55 minutes.

Voici quelques bribes de cette conversation tellement d’actualité. Dans son message du 2, Marie nous parle du Père Céleste, or Marthe avait une connaissance profonde du plan de Dieu pour les pères de la terre, en lien avec le Père Céleste. Yannik à cette époque venait d’avoir son 7ème enfant.

« Marthe, lui demanda-t-il, est-ce que vous croyez qu’il est utile que les chrétiens s’engagent en politique ? (Jean Paul II ne l’avait pas encore dit clairement.)

Marthe lui répondit :

 « Bien sûr ! Mais vous, pas avant dix ans ! »

« Pourquoi ? » demanda Yannik  

« Parce que vous venez d’avoir une petite dernière et elle a besoin que son père la structure pendant 10 ans. »

Et Yannik d’ajouter : « Marthe m’a beaucoup parlé de l’éducation et du rôle du père, puisque j’étais venu pour ça. Elle était très nette sur l’importance du rôle du père, qui prépare l’enfant à l’autonomie et qui le structure, alors que la maman lui donne tout l’amour pour aimer la vie. Car les enfants qui n’ont pas été aimés par leur maman ont souvent de fortes tentations suicidaires. »

« Les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas structurés, ils ne tiennent pas le coup. Dans mes copains du Séminaire de Rome il y en a déjà qui ont quitté le ministère, ils n’ont pas tenu le choc ; ce sont des gens très affectifs mais pas structurés. Dans nos séminaires, on a des bons profs, je le vois bien pour mes jeunes camarades ; mais il manque des pères, au sens de la paternité. » (Voir son blog, PS1)

Ici Marie nous donne le chemin de la guérison : « Mes enfants, à travers la prière, écoutez la volonté du Père. Conversez avec lui. Ayez une relation personnelle avec le Père, ce qui rendra encore plus profond le rapport entre vous, la communauté de mes enfants, de mes apôtres. Comme Mère, je désire qu’à travers l’amour envers le Père Céleste, vous vous éleviez au-dessus des vanités de cette terre et que vous aidiez les autres à connaître peu à peu le Père Céleste et à se rapprocher de lui. »

Yannik nous a également raconté ce dialogue où Marthe prophétisa pour la France :

« Marthe, si je viens vous voir aujourd’hui, lui dis-je, c’est que je viens d’avoir il y a 6 mois ma 7ème  enfant et je me fais un mouron d’encre sur le monde dans lequel je vais être obligé d’élever mes enfants. Je vois une dégringolade, et je suis rempli d’angoisse à l’idée d’élever 7 enfants dans ce monde-là ! »

« Marthe me dit immédiatement, avec sa petit voix de clochette : ‘Ah mais ce n’est rien à côté de ce que ce sera ! Vous n’imaginez pas jusqu’où on descendra ! ‘

« Effectivement, je ne l’imaginais pas du tout. Elle ajouta immédiatement : ‘Mais vous verrez, le renouveau sera extraordinaire ! Ce sera comme une balle qui rebondit !’  Puis elle se reprit : ‘Non ! ça rebondira beaucoup plus haut et beaucoup plus vite qu’une balle !’ Puis elle me parla de ce renouveau où il y aurait des conversions, des vocations. Elle m’a décrit une France en plein renouveau spirituel. Dans la foulée on a parlé du monde. Ce qui m’a stupéfait, c’est qu’elle pouvait parler de géopolitique comme si elle avait été le président des Etats-Unis ! Ah c’était extraordinaire ! »

« Je suis admiratif de tous les conseils qu’elle m’a donnés, qui m’ont servi comme laïc mais plus encore comme prêtre. Je crois qu’elle savait qu’un jour je deviendrais prêtre. Par exemple elle m’a dit : ‘Ne vous compliquez pas la vie ! Partout où vous êtes, partout où l’on vous demande, vous, faites ce que vous savez faire, ne cherchez pas midi à 14h ! Il y a des choses pour lesquelles vous avez le talent et d’autres pour lesquelles vous ne l’avez pas. Faites les choses pour lesquelles vous avez le talent, comme ça vous ne ferez pas de bêtises.’ Elle ne me donnait que des conseils comme ça, d’un très grand bon sens. On a eu un dialogue extraordinaire comme si on se connaissait depuis des années alors qu’on venait de se rencontrer. »

Merci père Yannik ! Puissent ces paroles nous réconforter tous, pas seulement les Français, en cette période de crise si éprouvante pour le monde ! Qu’elles nous stimulent pour hâter par nos prières le jour du rebondissement de la balle, lorsque les fossoyeurs des valeurs chrétiennes seront soit illuminés, soit mis hors d’état de nuire !

Extraits de la lettre d’information « Les enfants de Medjugorje »

www.enfantsdemedjugorje.fr

13 novembre 2013

Sœur Emmanuel Maillard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :