Les grandes vérités – don Ottavio Michelini (ASDE 28/2)

Confidences de Jésus à ses prêtres

Don Ottavio Michelini

 

 

Les grandes vérités

 

Des lèvres de la Sagesse est sorti l’avertissement : En toutes vos actions, souvenez-vous de vos fins dernières et vous ne pécherez jamais.

 

L’Esprit-Saint a voulu placer devant vos âmes quatre grandes vérités :

 Mort – Jugement – Enfer – Paradis.

 

Donc, on meurt. C’est une réalité concrète que la mort, une réalité dont, indirectement, vous faites l’expérience quotidienne : un jour vous en ferez aussi l’expérience personnelle.

 

Et bien, fils, cela semble incroyable, mais en réalité personne ne s’en soucie ; on vit plus ou moins joyeusement, comme si on ne devait pas mourir.

 

Qui est-ce qui amène les hommes, les chrétiens, les prêtres, à oublier l’avertissement de l’Esprit-Saint, celui de réfléchir sur la mort, à la morsure de laquelle personne ne pourra échapper ? C’est Satan ! C’est toujours lui qui circonvient l’âme avec ses ruses et ses séductions, avec ses mensonges : comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer (IP 5, 8).

 

Vous avez été mis en garde. Il vous a été dit qu’il rugit, mais il ne peut vous mordre que dans le cas où vous vous exposez volontairement à ses crocs. Sur ce sujet, vous disposez de tant de lumières : les Saintes Ecritures, la vie des saints et des martyrs, et toute une histoire de luttes terribles entre l’homme et le Prince des ténèbres. Souvenez-vous de l’ange de Tobie qui libère Sara, et de mille autres épisodes.

 

 

L’ange gardien

 

Dans cette lutte, à côté de l’homme que Je n’ai pas voulu seul, parce qu’autrement la lutte aurait été inégale, J’ai mis un de mes anges, un ange toujours prêt à intervenir, chaque fois qu’on le lui demande.

 

Malheureusement, l’incrédulité est la cause que peu recourent à lui. Combien de fois mes anges, vos gardiens, sont-ils contraints, par l’incrédulité humaine, à la passivité quasi absolue ! Combien de fois sont-ils contraints de se retirer, pour ne pas assister au massacre que l’homme fait de lui-même.

 

Pauvre homme qui va à tâtons dans les ténèbres, quand Moi Je t’ai tracé une route de lumière !…

 

Des moyens de défense ? Mais il y en a tant ! Il y a les sacrements, les sacramentaux, la prière. Mais aucun moyen ne vaut quand l’âme est dans l’obscurité, et aujourd’hui un grand nombre d’âmes sont dans l’obscurité la plus profonde. Le manque de foi amène les ténèbres dans les âmes.

 

 

Si vous ne faites pénitence, vous périrez

 

La plus grande crise de la foi, de la création de l’homme à aujourd’hui, est la crise actuelle. Une coutume formaliste de vie chrétienne donne à beaucoup l’illusion d’être sur la bonne voie. Plusieurs prêtres croient être sur la bonne voie, comme le croyaient les prêtres, les scribes et les pharisiens au temps où Moi J’étais sur la terre, dans mon Humanité visible.

 

En tout temps et en tous lieux, la lutte entre le bien et le mal porte sur le même immuable sceau.

 

Si l’humanité athée d’aujourd’hui ne se remet pas debout et ne cherche pas à secouer la poussière et la fumée qui embrument son âme, elle périra en grande partie.

 

Ce ne sont pas les sarcasmes ni l’ironie de pseudo-théologiens, de prêtres inconscients et orgueilleux ; ce ne seront pas les artifices de manipulations de la corruption, dans tous les secteurs de la vie privée et publique, qui pourront éviter les ruines que l’homme est sottement en train de provoquer.

 

Dis-le fort qu’on ne se moque pas impunément de Dieu !

 

Crie-le fort que l’heure des ténèbres n’est pas voulue par Dieu, mais par les hommes eux-mêmes !

 

Crie-le fort que ma Mère a tant fait pour éloigner du monde de la catastrophe !

 

Rappelle-leur à tous : Lourdes, Fatima et mille autres interventions, souvent étouffées par l’action de ceux qui avaient le devoir de juger avec la plus grande objectivité et sans respect humain. Ils ont eu peur du jugement du monde…

 

Là réside leur faute : ce n’est pas la vérité, mais eux-mêmes qu’ils ont mis en avant. Et maintenant ils parlent seulement de la miséricorde de Dieu et non de leur responsabilité.

 

Même dans le jugement porté sur les présents messages, la lumière sera-t-elle encore une fois refusée ?

 

Moi Je veux tous les sauver, mais eux opposent une résistance. Ils aiment l’obscurité. Ils périront dans les ténèbres.

 

Toi, ne crains pas ; continue à m’être fidèle. Tu es dans mon Cœur et là personne ne pourra te toucher, pas même t’effleurer.

 

Je te bénis, mon fils ; aime-Moi et marche droit devant Moi. Je suis la Voie que beaucoup se refusent à suivre.

 

23 novembre 1975

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :