Apocalypse : La seconde bête, celle qui monte de la terre

 

La seconde bête,

celle qui monte de la terre.

 

 

« Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait DEUX CORNES SEMBLABLES À CELLES D’UN AGNEAU, ET QUI PARLAIT COMME UN DRAGON. » (Ap 13, 1)

   

 

 

IMPORTANT

Gardons toujours à l’esprit que la seconde bête, à l’instar de la première, est composée dune multitude d’individus.

 

 

Cette seconde Bête à deux cornes, semblables à celle d’un agneau, est LE FAUX PROPHÈTE.  La preuve nous est fournie à trois reprises par saint Jean qui, en effet, nomme la seconde bête « le faux prophète » (Ap 16,13 ; 19,20 et 20,10). Or, LE FAUX PROPHÈTE, puisqu’il est lui-même la seconde bête, n’est pas UN individu, mais une multitude de FAUX PROPHÈTES :

 

« Méfiez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.  Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? » (Mt 7, 15-16) 

« Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens… Car il s’élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. » (Mt 24, 11 & 24) 

 

Dans sa première épître, Saint Jean identifie les « faux prophètes » aux « antichrists » qui sont déjà venus dans le monde (Cf .1 Jean 2, 18-19 ; 4, 1-3).

 

L’esprit satanique de la seconde bête, donc du/des/faux prophète/s, a essentiellement pour tâche de véhiculer le mensonge et de séduire des milliards de personnes afin de leur faire miroiter que leur bonheur et la paix se trouvent dans ce que la première bête leur propose. Et de ce fait : « Tous les habitants de la terre l’adoreront, CEUX dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé. » (Ap. 13, 8)

 

Pour se faire, la seconde bête n’emploie pas la dialectique de la première bête. Son langage et ses actions sont tout autre. Les actions de la première bête sont d’ordre politique et elle emploie généralement la force brutale pour arriver à ses fins. La seconde bête, qui est au service de la première bête, utilise la rhétorique, la philosophie, le langage persuasif, la fourberie, l’hypocrisie, la dissimulation, etc pour imposer la dictature de la première bête. La seconde bête, donc le/s FAUX PROPHÈTE/S, emploie ces tactiques dans TOUS les domaines de la société, que ce soit dans le domaine religieux ou celui de la pensée humaine qu’elle soit athée ou non.

 

Pour donner un simple exemple de la fourberie du FAUX PROPHÈTE (la 2e bête) dans le domaine de la vie courante, il suffit d’ouvrir notre poste de télévision ou notre radio pour entendre la dialectique de la seconde bête. Depuis plus d’un an, on nous bourre le crâne, NON STOP, avec une propagande honteuse, indigeste et surtout ANTISCIENTIFIQUE de cette soi-disant pandémie et de son vaccin salvateur ! Pour ceux qui dorment encore ou qui sont morts spirituellement, cette propagande mensongère fonction à merveille.

 

Pour faire retentir sa voix, la seconde bête a donc ses propres « haut-parleurs » qui, comme on le voit, sont ceux qui doivent délivrer l’information, c’est-à-dire les médias de masse...

 

Maintenant entrons dans le domaine de la religion, mais pas n’importe laquelle, celle du Christianisme et tout spécialement de l’Eglise Catholique. Pour toutes les autres religions, il n’y a pas grand-chose à dire du fait qu’elles sont, par définition, toutes fausses étant donné qu’elles rejettent Notre Seigneur Jésus-Christ et nient Sa Divinité. Elles n’ont pas besoin de faux prophètes, elles sont DÉJÀ dans les griffes de Satan depuis des lustres.

 

 

Infiltration des faux prophètes et des antichrists,

donc de la seconde bête au sein de notre Eglise

 

  

 

 « Méfiez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ?» (Mt 7, 15-16)

« De tels individus sont des apôtres de mensonge, des ouvriers trompeurs, qui se transforment en apôtres du Christ. Et ce n’est pas étonnant, car le Satan lui–même se transforme en ange de lumière. » (2 Corinthiens 11, 13). 

 

Ces parallèles éclairent suffisamment la figure du «FAUX PROPHÈTE», c’est-à-dire la seconde bête de l’Apocalypse. Si la première bête désigne le pouvoir politique, impie et persécuteur, la seconde, ce fameux « faux prophète », désigne une puissance religieuse perfide au sein de l’Eglise comme l’ont dénoncé les apôtres Jean et Paul. Comme il existe des FAUX PROPHÈTES au sein des sociétés et au service de la seconde bête, il en existe de même au sein de notre Eglise.

 

En effet, il est patent que depuis la clôture du Concile Vatican II en 1963, l’Eglise a été infiltrée par les faux prophètes et les antichrists pour lui faire adorer d’autres dieux que Notre Dieu Trois Saint. 

 

Prenons un peu de recul et pénétrons-nous de la Parole de Dieu pour saisir et comprendre ce qui se passe actuellement dans l’Eglise et pourquoi l’apostasie est si répandue. Souvenons-nous de Jézabel, femme idolâtre qui adorait le dieu Baal et qui subjugua son mari, le roi Achab, faible et irrésolu, en réussissant à en faire un adorateur de ce faux dieu (Cf. 1 Rois 22, 21-22).

 

Cette Jézabel tenta même d’abolir le culte du Vrai Dieu pour le remplacer par celui des idoles. Elle fit même tuer tous les prophètes de l’Eternel qu’elle put faire arrêter (1 Rois 18, 4-13), et elle se proposa aussi de mettre à mort le prophète Elie (1 Rois 19, 1-2). Finalement elle fut accusée de prostitution religieuse (apostasie) et de sorcellerie (2 Rois 9, 22), et sa mort fut terriblement cruelle. En effet, elle fut dévorée par des chiens près du rempart de Jizreel et on ne récupéra d’elle que le crâne, les pieds et les paumes des mains ! (2 Rois 9, 35-36)

 

Tel fut le jugement de Dieu contre cette fausse prophétesse diabolique qui voulait égarer le peuple de Dieu par l’apostasie.

 

Pourquoi parler de Jézabel ?

 

Parce que de nos jours, en cette fin des temps, l’Eglise de Dieu est confrontée à cette même espèce de « femme » qu’est la Jézabel biblique, c’est-à-dire un esprit démoniaque au sein de l’Eglise qui nous pousse vers l’APOSTASIE et donc à l’idolâtrie. Cet esprit impur et diabolique s’est emparé de l’âme de beaucoup de Hauts Dignitaires de l’Eglise qui dispensent de faux enseignements totalement contraires aux Dogmes de l’Eglise. Ces Hauts Dignitaires, à commencer par le pape François lui-même,  veulent nous jeter dans les bras de la diabolique et prostituée Jézabel !

 

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que TU LAISSES cette femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et SÉDUIRE mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. » (Ap 2, 20)

 

Maintenant, soyons clairs et essayons de comprendre ce qu’est le symbole de la seconde bête dans le domaine du Christianisme et en particulier de la religion Catholique… Cette seconde bête donc le faux prophète doit, à l’instar de la première bête, être vue non comme une personne ou un individu, mais comme un corps constitué de plusieurs membres comme la première bête. Donc, les Hauts Dignitaires de l’Eglise et le pape, qui nous égarent et nous mènent vers l’apostasie, sont des membres faisant partie du corps de la seconde Bête. Ils sont à eux tous au sein de l’Eglise « LE FAUX PROPHÈTE » déguisé en agneau, mais parlant comme un dragon.

 

Ainsi, comme la première bête (Ap 13, 1-10) est constituée de nombreux membres et n’est pas un individu, de même la seconde bête (Ap 13, 11-18), qu’elle soit active dans la société ou dans l’Eglise, est composée d’une multitude de membres répandus partout dans la société.

 

Gardons toujours à l’esprit que, pour Dieu, il n’existe QUE DEUX CITÉS : La Cité de Dieu et la cité du Diable. (Voir Saint Augustin : La Cité de Dieu : ici)

 

  

 

« Quant à nous, notre cité se trouve dans les cieux, d’où nous attendons ardemment, comme sauveur, le Seigneur Jésus Christ, qui transfigurera notre corps humilié pour le rendre semblable à son corps de gloire, avec la force qui le rend capable aussi de tout soumettre à son pouvoir. » (Philippiens 3, 20-21)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :