UN HOMME D’ARGENT PARLE

Doug Casey est un investisseur américain très prospère, ayant derrière lui de nombreuses années d’expérience dans la finance. Il connaît non seulement le monde des affaires, lui permettant de garder les pieds sur terre, mais il possède aussi une certaine culture générale grâce à une formation en matières humaines. Dans ces écrits, il ne mentionne guère la religion, mais il allie le réalisme de l’homme d’argent dans ce qu’il a de meilleur, avec une certaine connaissance de la nature humaine. Certes, il n’est pas infaillible, mais les regards qu’il pose sur le monde sont intéressants. Voici un résumé de ce qu’il disait le 7 juillet dernier, dans un billet intitulé, « Voilà pourquoi la plupart des gens confient leurs réflexions aux « experts ».

Aujourd’hui, grâce à l’internet et à la technologie moderne, les gens bénéficient d’un accès relativement facile à une masse d’informations sur presque tous les sujets. Et pourtant, leur esprit critique semble être tombé au plus bas. Pour quelle raison ? Sans doute, parce que la technologie, telle que celle d’Internet, est purement mécanique et entièrement prévisible. Or les êtres humains ne sont pas des machines. Ce sont des êtres spirituels dotés de libre-arbitre, non prévisibles, ayant besoin d’une une certaine réflexion avant d’exercer leur liberté. A ce titre, libre arbitre et technologie ressortissent de deux domaines totalement étrangers l’un à l’autre. La sagesse nécessite une réflexion personnelle qui peut exiger un effort douloureux, tandis que les solutions de Google sont aussi faciles qu’instantanées. C’est pourquoi, dans la mesure où penser par moi-même entraîne un trop grand effort, je peux très bien être tenté de me tourner vers mon ordinateur sans âme pour obtenir une solution facile à mon problème.

Mais à la place d’un critère qui recueille ce qu’on doit retenir avec sagesse et qui élimine ce qui doit l’être, l’ordinateur ne pourra jamais offrir qu’une masse d’informations en vrac, non tamisées. C’est pourquoi, qu’il s’agisse de finances, d’économie, de politique ou de n’importe quel autre domaine, je suis susceptible de faire appel à des « experts » pour qu’ils me disent ce que je dois penser. Hélas, aujourd’hui la plupart des experts n’ont reçu qu’une formation technique étriquée et non la large éducation humaine d’autrefois. Ainsi, au lieu d’avoir la vue d’un oiseau percevant les choses d’en haut, comme le ferait un véritable philosophe, les experts ne sont que des vers proposant leur vision terre à terre. En fait, plus les données nécessaires au fonctionnement d’une société deviennent techniques et compliquées, plus les vrais philosophes, au sens propre du terme, se font rares. Les titres « universitaires » modernes sont de plus en plus humainement inutiles. Souvent, un « diplôme universitaire » d’aujourd’hui signifie en fait que j’ai contracté dans ma jeunesse une dette, hypothéquant le reste de mon existence, en échange de quoi je n’ai rien de mieux à présenter qu’un faire-valoir pour camoufler ma médiocrité. Alors, en quête de solutions véritables, je peux être tenté de me tourner vers les célébrités, car je pense à priori que les personnes célèbres savent quelque chose. Mais, en dépit de leur belle apparence et malgré leur renom flatteur, elles ne savent en réalité rien, ou presque. Retour au recours aux « experts ».

Les boniments de l’épidémie covidienne n’ont fait qu’accentuer ces tendances. Tout au long de cette hystérie collective, la plupart des gens ont suivi, tels des robots, les opinions de divers « experts de la santé », et ils ont méprisé les sages qui utilisaient leur esprit pour présenter des informations et des données logiques qui remettaient en cause la version officielle. Les médias et l’Establishment ont donc sélectionné un ensemble d’experts de la santé accrédités, les ont mis en avant et ont dit au public qu’ils savaient de quoi ils parlaient. Nous pensons par exemple à Anthony Fauci qui, au départ, ne représentait rien, et qui est parvenu à exercer un contrôle quasi-dictatorial. Au contraire, ceux qui ont écrit de nombreux articles, évalués par leurs pairs, qui ont mené des travaux de laboratoire sérieux, ne comptent pour rien parce que ces personnes ne suivent pas l’opinion du Tsar Fauci. Donc désormais les « experts de la santé » font partie de nos gouvernants, car quand on dit aux gens qu’ils vont mourir, et que leurs proches sont par là en péril, on possède un puissant motif pour les amener à faire tout ce qu’on leur dira.

Cela conduit tout droit à un État policier aux multiples facettes. Ceux qui nous gouvernent actuellement contrôlent la masse monétaire, l’économie, le système éducatif, les médias et le système médical. Ces mêmes dirigeants ont depuis longtemps mutilé la vraie religion, maintenant remplacée par des versions actualisées du marxisme (lequel a toujours été un succédané de religion, même s’il se prétendait « scientifique »), comme l’idéologie verte ou le wokisme (tous deux étant de nouveaux ersatz de religions). Ces mêmes gouvernants ont monté une guerre sur plusieurs fronts : ils espèrent expliquer l’effondrement économique en cours par la crise Covid, et au fur et à mesure que la dépression se prolonge, ils s’apprêtent à la mettre sur le compte du réchauffement climatique. De fait, Covid et le « réchauffement de la planète » sont deux mensonges cosmiques, conçus non seulement pour que les vrais coupables puissent éviter d’être blâmés pour le chaos à venir, mais aussi pour établir leur tyrannie mondialiste. En voilà pour les « experts » !

Kyrie Eleison

Quand Dieu est bafoué, les mensonges arrivent,
Et que Covid soit roi, n’a rien d’une surprise.

Source : COMMENTAIRES ELEISON DCCXXXIX (11 sept. 2021)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :