Extrait de Divins Appels, de Marie Sevray – 44

Extraits de « DIVINS APPELS »

Travail intérieur de Dieu dans l’âme

6

Liberté de l’homme

 

Oh, qu’elle M’a coûté cher cette faculté que J’ai donnée à l’homme d’être libre…

 

Que d’œuvres gigantesques et sublimes J’aurais accomplies dans l’âme de l’homme si J’avais pu agir à mon gré.

 

Mais c’eût été comme des œuvres forcées, sans aucune participation de sa volonté et de son amour…

 

Or, ce ne sont pas des êtres inanimés que J’ai créés. Je les ai faits à mon Image, c’est-à-dire, essentiellement vivants ! J’ai dit déjà que si l’homme M’avait donné une louange forcée, Je n’aurais pu M’y délecter.

 

Je l’ai donc fait libre… Quel abîme que cette faculté de liberté ! Combien elle peut M’ouvrir de trésor de délices ! Ou de douleurs !

 

Si l’homme répond à mes avances, se rend à mes appels, oh, alors… J’agrandis son âme. J’en recule comme indéfiniment les limites, J’en étends les horizons comme à l’Infini. Chaque âme Me devient un lieu de délices. Oh ! Si l’on savait ! Si l’on pouvait savoir…

 

Mais… combien Me sont fermées, sans parler même de celles qui Me sont hostiles ; fermées… alors, comme elles sont petites, comme elles sont restreintes, comme leur horizon est borné !

 

Oh, J’y suis bien mal à l’aise…

 

Il y en a d’autres moins fermées, mais à demi-ouvertes seulement. Je me heurte toujours aux parois de leur jugement propre, qui restreint la portée de mes appels, qui les accommode à leurs petites vues à elles.

 

En de telles âmes, Je ne puis étendre l’horizon, cela reste très borné, tout en étant des âmes qui ne pèchent pas gravement.

 

Mais, qu’elles sont étroites… que J’y suis mal à l’aise. C’est borné, borné !

 

 

Extrait de « Divins Appels » aux éditions du Parvis

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :