Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés – Fille du Soleil (ASDE 21)

Fille du Soleil

 

 

 

30 juin 2006

 

Je suis.

 

J’aime la foi des cœurs pauvres, en eux s’accomplit ma volonté, je travaille à leur insu, ils sont des bâtisseurs de paix et d’amour… J’aime ma créature, elle n’est jamais seule, mon Cœur amoureux s’épanche vers le sien, jour et nuit, je l’appelle… Oh, comme est grande ma tristesse lorsque je suis repoussé par ceux que j’aime… Mes petits sont encore dans le matériel, ils courent après des idoles sans valeur, ils refusent la plus grande des richesses : mon Cœur.

 

Il faut tellement peu pour me rendre heureux : un regard furtif vers moi, un soupir d’amitié, une parole affectueuse, l’envie de m’aimer toujours plus, un cœur qui se donne aux autres pour moi… Je suis patient et miséricordieux, cependant je désire que les âmes comprennent sans tarder qu’elles ont toutes besoin de moi comme de l’air qu’elles respirent. Que de temps gaspillé en futilités, j’ai placé en chaque âme une vertu première, celle d’aimer, de cette flamme jaillit d’autre flammes, de l’amour découle l’amour en diverses facettes… Quand l’âme aime Dieu et son prochain, elle déclenche elle-même le processus de libération, elle s’épanouit et attire toujours plus ma Miséricorde en elle… Baignée dans ma Vérité, sa vie devient sens, par elle j’accepte des prodiges. L’Amour attire l’amour… l’amour attire l’Amour… Je me manifeste à travers l’âme simple et humble, toute recueillie, elle me laisse agir, je pourvois à ses besoins, je comble ses vides… La véritable paix, mes enfants, c’est celle qui émane de moi lorsque je vis en vous, l’âme imprégnée de ma paix se reconnaît, malgré son activité parfois débordante… Je reflète en elle ce que je suis.

 

 

Dans ma paix, ma créature n’est plus elle-même, elle se sent transportée dans une dimension autre ; bien que son corps soit sur terre, l’âme vit un avant-goût de paradis… Celles qui défendent mes intérêts et qui font de ma sainte Mère la leur, font la joie de mon Cœur de Sauveur.

 

Votre ami Jésus le Christ vous bénit.

 

Après avoir reçu le Corps du Christ

 

Votre devise de toujours :

 

Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :