LA GRANDE CONSPIRATION CRIMINELLE DE DAVOS DU « ZÉRO CARBONE » – EN ROUTE VERS LA DICTATURE ÉCOLOGIQUE !

Le Forum économique mondial globaliste de Davos proclame la nécessité d’atteindre un objectif mondial de « zéro carbone net » d’ici 2050. Cela semble pour la plupart loin dans l’avenir et donc largement ignoré. Pourtant, les transformations en cours de l’Allemagne aux États-Unis, à d’innombrables autres économies, préparent le terrain pour la création de ce qu’on appelait dans les années 1970 le Nouvel Ordre Économique International. En réalité, c’est un modèle pour un corporatisme totalitaire technocratique mondial, qui promet un chômage énorme, une désindustrialisation et un effondrement économique à dessein. Considérez un peu d’arrière-plan. Le Forum économique mondial (FEM) de Klaus Schwab fait actuellement la promotion de son thème de prédilection, la grande réinitialisation de l’économie mondiale. La clé de tout cela est de comprendre ce que les mondialistes entendent par Net Zero Carbon d’ici 2050. L’UE est en tête de la course, avec un plan audacieux pour devenir le premier continent « neutre en carbone » au monde d’ici 2050 et réduire ses émissions de CO2 d’au moins 55 % d’ici 2030.

Dans un article publié en août 2020 sur son blog, le tsar mondial autoproclamé des vaccins, Bill Gates, a écrit à propos de la crise climatique à venir : « Aussi horrible que soit cette pandémie, le changement climatique pourrait être pire… La baisse relativement faible des émissions cette année fait un chose claire : nous ne pouvons pas atteindre zéro émission simplement — ou même principalement — en volant et en conduisant moins. »

Avec un quasi-monopole sur les médias grand public ainsi que sur les médias sociaux, le lobby du réchauffement climatique a été en mesure d’amener une grande partie du monde à supposer que le meilleur pour l’humanité est d’éliminer les hydrocarbures, y compris le pétrole, le gaz naturel, le charbon et même l’électricité nucléaire « sans carbone » d’ici 2050, pour nous faire espérer pouvoir éviter une augmentation de 1,5 à 2 degrés centigrades de la température moyenne mondiale. Il n’y a qu’un seul problème avec cela. C’est la couverture d’un programme criminel inavoué.

Origines du « réchauffement climatique »

Beaucoup ont oublié la thèse scientifique originale avancée pour justifier un changement radical de nos sources d’énergie. Ce n’était pas le « changement climatique ». Le climat de la Terre est en constante évolution, corrélé aux changements d’émission d’éruptions solaires ou de cycles de taches solaires affectant le climat de la Terre. Au tournant du millénaire, alors que le précédent cycle de réchauffement solaire n’était plus évident, Al Gore et d’autres ont déplacé le récit dans un tour de passe-passe linguistique de « Réchauffement climatique » vers le « Changement climatique ». Maintenant, le récit de la peur est devenu si absurde que chaque événement météorologique anormal est traité comme une « crise climatique ». Chaque ouragan ou tempête hivernale est revendiqué comme preuve que les dieux du climat nous punissent, les humains pécheurs émettant du CO2.

Mais attendez. Toute la raison de la transition vers des sources d’énergie alternatives telles que l’énergie solaire ou éolienne, et l’abandon des sources d’énergie à base de carbone, est leur affirmation selon laquelle le CO2 est un gaz à effet de serre qui monte d’une manière ou d’une autre dans l’atmosphère où il forme une couverture censée réchauffer la Terre en dessous. — Le réchauffement climatique. Selon l’Agence américaine de protection de l’environnement, les émissions de gaz à effet de serre proviennent principalement du CO2. D’où l’accent mis sur les « empreintes carbone ».

Ce qui n’est presque jamais dit, c’est que le CO2 ne peut pas monter dans l’atmosphère à partir des gaz d’échappement des voitures, des centrales au charbon ou d’autres origines artificielles. Le dioxyde de carbone n’est pas du carbone ou de la suie. C’est un gaz invisible et inodore essentiel à la photosynthèse des plantes et à toutes les formes de vie sur terre, y compris nous. Le CO2 a un poids moléculaire d’un peu plus de 44 tandis que l’air (principalement l’oxygène et l’azote) a un poids moléculaire de seulement 29. La densité du CO2 est environ 1,5 fois supérieure à celle de l’air. Cela suggérerait que les gaz d’échappement de CO2 des véhicules ou des centrales électriques ne montent pas dans l’atmosphère à environ 12 miles ou plus au-dessus de la Terre pour former l’effet de serre redouté.

Source : La Grande Conspiration criminelle de Davos du « Zéro Carbone » – En route vers la Dictature Écologique (forumactif.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :