« La main de Dieu seul doit s’armer pour la vengeance » – Soeur Marie Lataste (L2/Ch.24)

Dieu, la Sainte Trinité

Par Sœur Marie Lataste, mystique catholique

LIVRE 2

Le Verbe de Dieu fait homme

 

Chap. 24, « La main de Dieu seul doit s’armer pour la vengeance. »

 

Je l’avais entendu le dimanche précédent ; sa voix, au lieu d’être douce, bonne et toute paternelle, me semblait être la voix de Dieu irrité contre les pécheurs. Sa bouche était pleine de menaces, il s’exprima à peu près ainsi :

 

« Mon peuple, je viens vous faire entendre ma voix et vous repro­cher vos iniquités. La terre n’est qu’un foyer de corruption. J’ai regar­dé à droite et je n’ai vu que vanité et mensonge ; j’ai regardé à gauche et je n’ai vu que turpitudes et infamies qui font horreur. J’ai regardé dans le passé, et l’histoire des siècles n’est qu’un long mémoire de cruautés affreuses ; je regarde le présent et je vois tous les hommes s’élever contre Dieu, blasphémer son nom et violer ses lois. Mais je m’élèverai contre ces superbes pécheurs, je ferai gronder mon tonner­re au-dessus de leur tête et ma foudre ébranlera la terre sous leurs pieds. J’éclairerai leurs yeux du feu de mes éclairs et les envelopperai dans le brouillard impénétrable de mes nuages. Ainsi je jetterai la consternation parmi eux. Hommes vindicatifs, sachez-le bien, la main de Dieu seul doit s’armer pour la vengeance. Si vous avez reçu une injure, plaignez-vous à Dieu. Périssent votre or et votre argent, hommes avares ; et si vous demeurez attachés à vos richesses, vous périrez comme elles. Hommes voluptueux, quelle vie est la vôtre ? ne savez-vous donc pas que rien d’impur n’entrera jamais dans le royau­me des cieux ? Hommes superbes, qui êtes-vous devant le Fils de Dieu qui s’est fait humble jusqu’à la mort de la croix ? Mon Père, si ma voix n’est pas écoutée par les hommes, exterminez tous ceux qui vivent et qui ont les mains souillées de sang, le cœur rempli d’iniquités, l’âme esclave de Satan. Mon Père, créez-moi un peuple nouveau, et que ce peuple glorifie votre nom dans le temps et dans l’éternité. »

 

 

La voix du Sauveur Jésus était terrible et me glaçait d’effroi ; mais au moment de la bénédiction je me remis un peu, car je vis sa figure reprendre son air habituel de douceur et de bonté.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :