Quand le Christ se manifeste : Jésus dans ma cellule (ASDE 22)

Quand le Christ se manifeste

000 

(un ouvrage de Jean-Marie Mathiot)

 

Jésus dans ma cellule

(Pierrot Fey – année 1986)

 

Né en France en 1956, il est marié et père de quatre enfants. Il a été oint par le Seigneur pour l’exercice d’un puissant ministère prophétique qu’il exerce en Allemagne à Heidelberg, principalement. Il voyage dans de nombreux pays du monde pour encourager l’Eglise et apporter l’amour et la guérison de Dieu aux hommes. Il a un cœur pour l’unité des chrétiens et son ministère est œcuménique.

 

« … Je me suis lancé dans les affaires. A vingt-cinq ans, j’avais un établissement occupant trente employés. Puis j’ai créé cinq autres sociétés. Mon but était d’avoir suffisamment d’argent à trente ans pour ne plus devoir travailler. A 29 ans, j’étais tout près de la réalisation de mon rêve. Mes affaires, qui avaient rapidement pris un bel essor, se sont brusquement écroulées comme un château de cartes. Elles étaient fondées sur une richesse mal acquise. En homme d’affaires avisé, j’ai vite compris qu’il n’y avait pas d’autre solution que de fuir. Je suis allé en Allemagne…

 

Un jour, des policiers allemands se sont présentés, porteurs d’un mandat d’arrêt international à mon encontre… J’ai passé neuf mois en prison. Ce fut pour moi un temps très dur… J’ai été incarcéré dans une cellule individuelle. J’ai établi un plan d’évasion et me suis procuré des adresses pour obtenir de faux papiers et des armes. J’étais prêt à tout risquer.

 

 

Quelques jours avant la date fixée de mon évasion, j’étais assis sur mon lit et je réfléchissais. Brusquement, sans que la porte ne s’ouvre, quelqu’un est entré dans ma cellule. Je suis tombé à la renverse sur mon lit, comme terrassé par une force immense. Je savais que c’était Jésus. Je ne pouvais pas me lever. La cellule était tellement éclairée, remplie d’une lumière que je ne connaissais pas. Moi, le prétendu athée, je voyais clairement le Seigneur debout devant moi !

 

J’étais bouleversé par la présence de Jésus dans ma cellule. Il me regardait simplement, mais je sentais qu’il ne me jugeait pas, ni ne m’accusait. Pourtant, au même instant, je savais, oui, je savais parfaitement, que j’étais mauvais, méchant, égoïste, orgueilleux, bref, un pécheur. J’étais conscient d’avoir fait beaucoup de mal et blessé tant de personnes, d’être un truand. En l’espace d’un clin d’œil, je le savais au plus profond de mon âme. Mais Jésus était là et ne me condamnait pas. Plus tard, j’ai compris le verset de Jn 3, 17 : « Car Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. » Ces paroles sont devenues très importantes pour moi.

 

Puis il m’a dit : « Pierre, si tu le veux, je te pardonne. Toi, suis-moi et je ferai de toi mon serviteur. » J’avais du mal à comprendre que le Seigneur puisse me faire confiance, alors que plus personne ne le faisait. C’était tellement fort. Moi, qui connaissais le mal que j’avais fait, et Jésus qui me fait cette proposition ! A ce moment-là, j’ai répondu en homme d’affaires. J’ai dit « Oui » à Jésus pour le pardon qu’il m’offrait, « oui » pour le service qu’il me proposait dans la mesure où il avait besoin de moi. En un instant, j’étais né de nouveau, j’avais reçu son pardon. Je n’étais plus le même homme, j’avais la paix dans mon cœur.

 

Pendant trois jours, le Seigneur m’a visité tous les soirs dans ma cellule. Ce furent les plus beaux moments de ma vie. Je n’avais plus pleuré depuis des années. Mon cœur était dur, mais l’amour de Dieu tellement fort. Mes larmes ont coulé et toute ma vie a changé. J’étais devenu un enfant de Dieu. Tout était transformé. Je savais que Dieu avait pris ma vie en main, qu’il allait intervenir et que rien ne serait plus jamais pareil. Mon désir le plus cher était que mon épouse et ma petite fille Tina, âgée de sept ans à l’époque, sachent ce qui m’était arrivé, qu’elles trouvent ce même Seigneur et cette paix qui était devenue la mienne. J’ai demandé au Seigneur de se révéler également à ma femme et à ma fille.

 

Quelques jours plus tard, elles ont donné leur vie au Seigneur et l’ont connu. Ça, c’est l’amour du Seigneur.

Quelques jours après, une personne m’offre une Bible. C’était un dimanche, le jour de mes trente ans. Dans ma cellule, je me suis mis à la lire et à la dévorer. J’ai passé des jours merveilleux à lire cette Bible, à apprendre ce que je ne savais pas, à connaître Dieu, le Père, Jésus, le Fils et le Saint-Esprit. Ce dernier a été pour moi le meilleur maître et son onction m’a enseigné tellement de vérités. Je n’ai pas fait d’école biblique, mais, au cours de ces semaines, le Seigneur me révélait les profondeurs de sa Parole. Ce fut un temps vraiment extraordinaire. »

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :