Une foi invincible en Jésus, de Mark Mallett (2ème partie)

Jésus nous demande ensuite de Lui adresser une petite prière :

Ô Jésus, je m’abandonne à Toi, c’est à Toi d’y penser !

Comme c’est dur ! L’esprit humain, comme le métal vis-à-vis de l’aimant, est puissamment attiré par les pensées et les raisonnements ; nous nous laissons très souvent obséder par nos problèmes. Mais Jésus nous dit « non, laisse-Moi m’en occuper. »

Vous recevez peu de grâces lorsque vous vous obstinez à vouloir les produire par vous-mêmes, vous en avez le plus lorsque la prière est confiance totale en Moi. Dans la souffrance, vous priez pour que J’agisse, mais pour que J’agisse comme vous le voulez. Vous ne vous adressez pas à Moi, mais vous voulez que Moi, Je m’adapte à vos idées ; vous n’êtes pas des malades qui demandez au médecin le remède mais qui le lui suggérez. Ne faites pas ainsi, mais priez comme Je vous l’ai enseigné dans le Notre Père : « que Ton Nom soit sanctifié », c’est-à-dire qu’il soit glorifié dans ma nécessité ; « que Ton règne vienne », c’est-à-dire que tout concoure à ton règne en nous et dans le monde ; « que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », c’est-à-dire agis en cette nécessité comme cela te semble le mieux pour notre vie éternelle et temporelle.

Si vous me dites vraiment « que Ta volonté soit faite », ce qui revient à dire « c’est à Toi d’y penser », J’interviens avec ma toute-puissance, Je résous les situations les plus fermées.

Livre de la Genèse Gn 1, 1-2,2. - ppt video online télécharger

Et pourtant, nous entendons ces mots, et ensuite nous raisonnons en nous disant que notre situation particulière est tellement désespérée que même le Ciel ne peut nous venir en aide. Mais Jésus nous appelle à « replier les ailes de l’intelligence », comme aimait le dire Catherine Doherty, et à le laisser agir et résoudre cette situation. Dites-moi : si Dieu a pu créer le ciel et la terre à partir de rien, n’est-Il pas en mesure de résoudre cette épreuve désespérée, même si les choses semblent aller de mal en pis ?

Voici que tu vois que [le mal] progresse au lieu de [disparaître] ? Ne t’agite pas, ferme les yeux et dis-moi avec confiance : « que ta volonté soit faite, c’est à Toi d’y penser ». Je te dis que J’y pense et que J’interviens comme médecin, et J’accomplis aussi un miracle quand il le faut. Tu vois que [le mal] empire ? Ne te bouleverse pas, mais ferme les yeux et dis : « c’est à Toi d’y penser ». Je te dis que J’y pense et qu’il n’y a pas de remède plus puissant que mon intervention d’Amour. J’y pense seulement quand vous fermez les yeux… Quand tu vois que les choses se compliquent, dis, avec les yeux de l’âme fermés : « Jésus, c’est à Toi d’y penser. »

Mais comme il est difficile de faire confiance ! De ne pas rechercher soi-même les solutions, de ne pas chercher, par nos propres forces humaines, à résoudre nos problèmes, de ne pas manipuler les choses pour que l’issue corresponde à nos propres vues. Le véritable abandon signifie laisser complètement et totalement le dénouement entre les mains de Dieu, qui nous promet d’être fidèle.

L’épreuve qui vous a atteints n’a pas dépassé la mesure humaine. Dieu est fidèle : il ne permettra pas que vous soyez éprouvés au-delà de vos forces. Mais avec l’épreuve il donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter.

1 Corinthiens 10:13

Mais ce « moyen » ne sera pas nécessairement celui auquel nous aurions pensé.

Et quand Je dois vous conduire sur une voie différente de celle que vous voyez, Je vous forme. Je vous porte dans mes bras, et Je vous conduis, comme de petits enfants endormis dans les bras maternels, vers l’autre rive. Ce qui vous bouleverse et vous fait un mal immense, c’est votre raisonnement, votre manière de penser, votre hantise et votre volonté de vous occuper vous-mêmes à tout prix de ce qui vous afflige.

Et c’est alors que nous recommençons à vouloir résoudre la situation par nos propres moyens, à perdre patience, à avoir le sentiment que Dieu ne fait pas ce qu’il faut. Nous perdons notre paix intérieure… et Satan commence à triompher.

Sans répit, vous voulez tout évaluer, tout scruter, penser à tout, en faisant seulement confiance aux forces humaines, ou pire encore aux hommes en vous confiant en leur seule intervention. C’est cela qui entrave mes paroles et mes vues. Oh, comme Je désire de vous cet abandon pour que vous en tiriez profit, et comme Je m’afflige de vous voir agités ! Satan tend exactement à cela : à vous agiter pour vous soustraire à mon action et vous laisser en proie aux initiatives humaines. Ayez donc pleinement confiance en Moi seul, reposez-vous en Moi, abandonnez-vous à Moi pour tout.

Et ainsi, nous devons lâcher prise une fois encore, et crier du plus profond de notre âme : Jésus, je te confie cela. À toi d’y penser pour moi. Et Il nous répond alors…

Plus tu t’abandonnes à Moi, plus tu cesses de ruminer tes problèmes, plus je puis accomplir des miracles. Je sème des trésors de grâces lorsque tu te trouves dans la plus grande pauvreté. Aucun sage ni savant n’a jamais fait de miracles, pas même parmi les saints. Lui seul accomplit des œuvres divines qui sait s’abandonner à Dieu. Dès lors n’y pense plus, parce que ton esprit est vif et qu’il t’est très difficile, lorsque tu fais face au mal, de Me faire confiance et de ne pas te refermer sur toi-même. Fais ainsi pour toute nécessité. Faites ainsi, vous tous, et vous verrez de grands, incessants et silencieux miracles. Je vous l’assure par mon amour.

Comment, Jésus ? Comment puis-je arrêter d’y penser ?

Fermez les yeux et laissez-vous porter par le courant de ma grâce, fermez les yeux et laissez-Moi œuvrer, fermez les yeux et ne pensez pas au moment présent, en détournant votre pensée de l’avenir comme d’une tentation ; confiez-vous à Moi en croyant en ma bonté, et Je vous promets sur mon Amour qu’en me disant dans cet état d’esprit « c’est à Toi d’y penser », Moi J’y pense totalement, Je vous console, Je vous libère, Je vous conduis.

Le monde a besoin de pères”, déclare le pape François en lançant l'Année  Saint-Joseph

Oui, notre volonté veut toujours avoir le dessus. Nous devons lui résister, la combattre et lui résister encore et encore. Mais nous ne sommes ni seuls ni privés de l’assistance divine, qui nous vient par la prière.

Prie et sois toujours prompt à t’abandonner, et tu en recevras une grande paix… Alors qu’importe la souffrance ? Cela te semble impossible ? Ferme les yeux et prononce ces mots de toute la force de ton âme : « Jésus, à toi d’y penser pour moi ». N’aie pas peur, Je prendrai soin de tes affaires… Mille prières ne peuvent égaler un seul acte d’abandon, souviens-toi bien de cela. Il n’y a pas de neuvaine plus efficace que celle-ci.

Une foi invincible

Apprenez, mes frères et sœurs, « l’art de l’abandon », vécu tout particulièrement par Notre Dame. Elle nous apprend comment nous abandonner à la Volonté du Père, dans chaque situation de notre vie, même les plus inextricables — y compris face aux événements qui se déroulent dans le monde aujourd’hui. [3] Paradoxalement, son abandon à Dieu, qui anéantit sa volonté propre, ne conduit ni à la tristesse ni à la perte de dignité, mais à la joie, à la paix et à une conscience plus profonde de sa véritable identité de créature faite à l’image de Dieu.

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

Luc 1: 46-47

En effet, son Magnificat n’est-il pas une louange à la miséricorde de Dieu envers les humbles — et à la façon dont Il abaisse ceux qui veulent être maîtres de leur propre destinée ; ceux qui, par arrogance et par orgueil, refusent de mettre leur confiance en Lui ?

Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Luc 1: 50-53

22.12.2020 – EVANGILE DU JOUR – Centre Romand de l'Apostolat Mondial de  Fatima

C’est-à-dire qu’Il élève ceux qui ont une foi invincible en Jésus.

Oh, comme est agréable à Dieu l’âme qui suit fidèlement les inspirations de Sa grâce ! … Ne crains rien. Sois fidèle jusqu’à la fin.

— Notre Dame à Sainte Faustine, Divine Miséricorde dans Mon Ame, Petit Journal, n° 635


Mère, je suis à toi maintenant et à jamais.
Par toi et avec toi
Je veux toujours appartenir
complètement à Jésus.

Mark Mallett
An Invincible Faith in Jesus

Source : Une foi invincible en Jésus – Pierre et les Loups (pierre-et-les-loups.net)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :