Quel est le comble du cléricalisme ?

Cléricalisme, voilà encore un des mots-slogans du registre bergoglien. Il est destiné à culpabiliser et discréditer ceux, au sein de l’institution, que François soupçonne de contrecarrer ses projets pour l’Eglise, ou plus simplement, qui n’ont pas l’heur de lui plaire. Mais ne pourrait-on pas inverser l’accusation? Phil Lawler répond à la question posée dans le titre par une autre question, illustrant son propos avec les confidences que le Pape aurait faites à Joe Biden lors de sa visite au Vatican la semaine dernière (mais évidemment, la portée est plus large que la stricte actualité): « Existe-t-il une manifestation plus flagrante de cléricalisme – écrit-il – que la suggestion que n’importe qui – fût-il le Pontife romain – peut réécrire les lois de Dieu?« .

6 Nov 2021 | Actualités

Le cléricalisme ultime

SI l’on en croit le président Biden (avec un grand SI), le pape François a déclaré que le président devrait continuer à recevoir la communion, malgré son soutien persistant à l’avortement légal sans restriction.

Et ce, de la part d’un pape qui a qualifié l’avortement de meurtre et comparé cette pratique à l’embauche d’un tueur de la Mafia ?

Le Vatican, fidèle à sa pratique pas vraiment efficace des relations publiques, ne commentera pas le récit de Biden – tout comme le Vatican a refusé de commenter les citations scandaleuses attribuées au Pape lors de conversations précédentes, notamment avec son ami le journaliste Eugenio Scalfari. Pourtant, il est malheureusement trop facile de croire que le rapport de Biden est très probablement exact.

Enfin, partiellement exact. Dans ses remarques transparentes et intéressées à la presse, Biden a dit : « Nous avons juste parlé du fait qu’il était heureux que je sois un bon catholique et que je doive continuer à recevoir la communion. »

Je peux affirmer avec une certitude absolue que le pape n’a pas décrit Biden comme un bon catholique. Ce n’est pas le genre de chose que ce pape dit – et certainement pas le genre de chose qu’il dirait à un chef d’État en visite. Le résumé officiel laconique de la conversation, publié par le bureau de presse du Vatican, indique que la conversation a porté sur « la protection et le soin de la planète, la situation sanitaire et la lutte contre la pandémie de Covid-19, ainsi que sur le thème des réfugiés et de l’assistance aux migrants » – et non sur la vie spirituelle de Biden.

Pourtant, il est parfaitement plausible que, si Biden l’avait interrogé à ce sujet, le pape François l’aurait encouragé à continuer à recevoir la communion. Cela serait conforme aux remarques qu’il a faites aux journalistes quelques semaines plus tôt, lorsqu’il a déclaré : « Je n’ai jamais refusé l’Eucharistie à qui que ce soit », et qu’il a conseillé aux autres prêtres : « Soyez un pasteur et ne vous mettez pas à condamner. » Cela serait conforme à sa déclaration dans Evangelii Gaudium selon laquelle l’Eucharistie « n’est pas un prix pour les parfaits, mais un puissant médicament et une nourriture pour les faibles. »

Le pape François réitère son opposition à l'avortement et relance la  polémique

Une fois de plus, le pape condamne sans équivoque l’avortement comme un meurtre. Et Biden, tout aussi sans équivoque, non seulement soutient cette pratique mais favorise le financement de ce meurtre par les contribuables. En 2006, les évêques latino-américains ont publié une déclaration forte – apparemment guidée jusqu’au bout par le Cardinal Bergoglio, le futur Pontife – qui disait que les législateurs catholiques ne devraient pas recevoir la communion s’ils promouvaient « les crimes abominables de l’avortement et de l’euthanasie ». La même année, les évêques américains ont déclaré que les politiciens catholiques « devraient s’abstenir » de communier s’ils rejetaient l’enseignement de l’Église sur des questions morales fondamentales. Et bien sûr, le Canon 915 stipule que ceux qui « persistent obstinément dans un péché grave manifeste ne doivent pas être admis à la Sainte Communion ». Ainsi, la propre loi de l’Église indique que ce n’est pas simplement à la conscience de l’individu de décider s’il doit ou non recevoir l’Eucharistie ; les ministres de l’Église ont l’obligation de prévenir le scandale.

Comment se peut-il, alors, qu’à la lumière de ces déclarations papales et épiscopales claires, et du langage clair du droit canonique, le Pape François ait pu conseiller à Biden de continuer à recevoir la Communion ? Saint Paul nous avertit que quiconque a reçu l’Eucharistie indignement « mange et boit un jugement sur lui-même ». [1 Cor 11:29] Comment pourrait-il être « pastoral » d’encourager Biden dans une pratique qui risque sa damnation ?

Mais attendez, il y a un problème. Pour être coupable d’un péché mortel, il faut être conscient que la question est grave. Comment peut-on s’attendre à ce que Biden (ou quiconque autre que lui) sache que c’est une question grave de recevoir l’Eucharistie tout en soutenant l’avortement, si le Vicaire du Christ lui dit de ne pas s’en inquiéter ?

Quand le Pape (ou n’importe quel ecclésiastique – évêque ou prêtre) prend la décision « pastorale » de dire à un pécheur qu’il peut ignorer la loi de Dieu en toute tranquillité, pense-t-il vraiment qu’il a résolu le problème ? Croit-il en son propre pouvoir de distribuer des cartes « Sortie de l’enfer libre? » La question reste grave ; l’offense faite à Dieu demeure. Peut-être l’ecclésiastique prend-il sur lui la culpabilité du péché, mais la violation objective de la loi naturelle perdure et causera sans aucun doute du tort, en particulier à celui qui la viole.

Notre Seigneur a donné à ses apôtres l’autorité d’absoudre les péchés, mais pas de les excuser. Un prêtre, dans la confession sacramentelle, peut invoquer le pouvoir du Christ pour effacer le poids de la culpabilité. Mais il ne peut pas redéfinir les statuts que Dieu a établis ; il ne peut pas modifier le Décalogue. Et s’il peut donner l’absolution pour un péché passé, il ne peut certainement pas donner la permission que le péché continue.

Le pape François dénonce fréquemment les habitudes du cléricalisme. Mais existe-t-il une manifestation plus flagrante de cléricalisme que la suggestion que quiconque – même un Pontife romain – peut réécrire les lois de Dieu ?

Philip F. Lawler
Directeur de Catholic World News (CWN)

Source : Quel est le comble du cléricalisme? | Benoit et Moi (benoit-et-moi.fr)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :