Donne-Moi du courage pour combattre tes ennemis – Confidences de Jésus à ses prêtres avec don Ottavio Michelini (ASDE 32)

Confidences de Jésus à ses prêtres

Don Ottavio Michelini

 

Donne-moi du courage

pour combattre tes ennemis

 

 

Fils, ce sont des paroles que chacun de mes fidèles, chacun de mes prêtres, ne doit pas prononcer seulement du bout des lèvres mais avec le cœur et l’esprit, en humilité d’esprit et simplicité de foi.

 

Ce n’est pas pour rien que ces paroles sont placées sur les lèvres des chrétiens et en particulier de mes prêtres. Outre qu’elles constituent une prière, elles sont aussi un avertissement d’une extraordinaire importance, elles sont une indication de la mission spécifique du chrétien, comme soldat du Christ, dans l’inlassable lutte contre les forces ténébreuses de l’enfer, ennemies de Dieu et du salut des âmes/

 

 

Amis de Satan

 

J’ai parlé de multiples contradictions dans mon Eglise. En voici une, criante : on prie, on demande force, puissance contre un ennemi auquel on ne croit pas du tout ou très peu et qu’on refuse ensuite de combattre de la façon la plus adéquate.

 

C’est comme si des soldats et des officiers réclamaient des armes, et les ayant obtenues, refusaient de s’en servir. N’est-ce pas là, mon fils, une inexplicable et injustifiable contradiction ? Mais la contradiction prend des aspects encore plus absurdes, puisque non seulement on ne combat pas l’ennemi le plus dangereux qui soit, mais que trop souvent on l’assiste, on l’encourage dans son action dévastatrice auprès des âmes. Combien de prêtres hérétiques, orgueilleux, rebelles ? Combien de chrétiens infidèles et blasphémateurs, amis de Satan plus que de Dieu ?

 

Moi, Je suis venu dans le monde justement pour reprendre des mains de Satan et de ses légions ce qu’ils m’avaient soustrait par la ruse et le mensonge. J’ai livré et remporté ma bataille par l’humiliation de l’Incarnation, par la prière persévérante et par l’infinie souffrance de mon Immolation, qui sont les armes sûres en vue d’obtenir une infaillible victoire sur les ennemis de Dieu et des âmes. N’ai-Je pas dit clairement : « Qui veut venir après Moi, qu’il prenne sa croix et me suive ! » ? En d’autres termes, n’ai-Je pas clairement dit : « Qui veut être mon disciple, qu’il fasse ce que J’ai fait le premier ! » Maintenant, fils, Je te laisse juger si chrétiens, prêtres et Pasteurs font ce que J’ai fait. Non, mon fils, ils sont peu, très peu nombreux aujourd’hui ceux qui sont disposés à me suivre sur la voie du Calvaire en portant leur couronne d’épines !

 

Observe l’énorme contraste entre ma vie et leur vie, entre mon chemin et leur chemin, entre mes œuvres et leurs œuvres ! Nous marchons dans des directions strictement opposées.

 

Situation vraiment tragique et dramatique, qui ne peut aboutir qu’à l’heure de la purification !

 


Incroyable est l’aveuglement des hommes et la dureté de leur cœur, inadmissible la conduite de mes chrétiens, provocateur le train de vie de certains de mes prêtres. Ils ne craignent pas Dieu, ils ne craignent pas la Justice : ils périront et seront dispersés comme la poussière au vent. Ce n’est pas Moi, c’est leur obstination qui les perdra.

 

« Da mihi virtutem contra hoses tuos » à fleur de lèvres, tandis que dans la réalité quotidienne de leur vie ils favorisent, en fait, les plans de dévastation des âmes.

Ils se gardent bien, ces prêtres, de se servir de l’exorcisme, en usant du pouvoir qui leur a été conféré, soit qu’ils n’y croient pas, soit qu’ils en comprennent l’inutilité à cause du contraste de leur vie avec celle du prêtre fidèle qui fait de l’exorcisme une arme très efficace pour contenir, limiter ou neutraliser l’outrecuidance effrontée de l’ennemi.

 

 

Obscurité sur le monde

 

Oh oui ! Génération perverse et incrédule qui réduit tout à un problème de bien-être matériel, méconnaissant de fait les valeurs spirituelles de la vie humaine, abaissant et détruisant directement la dignité de l’homme, le mettant au rang d’un quelconque animal.

 

Mon fils, quelle obscurité profonde s’est faite sur le monde : les hommes abrutis, mes ministres devenus la risée des hommes et le jouet des puissances du Mal !

 

Ce qui attriste le plus mon Cœur miséricordieux et le Cœur immaculé de ma et votre Mère c’est que l’amour soit répudié, que la Lumière soit repoussée, que Dieu soit contré et que l’on fasse tout pour entraver son plan de salut.

 

Elles ont un mensonge sur la bouche de beaucoup, les paroles « Da mihi virtutem contra hostes tuos. » Oui, c’est un mensonge qui laisse apercevoir l’abîme dans lequel on est tombé en laissant tomber dans le vide tous les appels (et il y en a eu tant) destinés à éviter à l’humanité le plus terrible malheur de l’histoire. Mais les ennemis ne prévaudront pas ! Ma Miséricorde, qui n’est jamais séparée de ma Justice, triomphera. Triomphera encore ma et votre Mère qui chassera les ténèbres descendues sur le monde, afin de rendre à l’humanité le bien et la justice.

 

Belle sera mon Eglise purifiée, régénérée. Elle prendra dans le monde la place qui lui revient et que les nations et les peuples lui reconnaîtront, de Maîtresse et de Guide de toute la grande famille des fils de Dieu.

 

Je te bénis, Je te demande ta souffrance et ton amour.

 

 

6 décembre 1975

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :