La justice américaine oblige la FDA à divulguer les documents Pfizer, c’est explosif

La justice américaine oblige la FDA à divulguer les documents Pfizer, c’est explosif

par Francesca de Villasmundo.

Aux États-Unis, invoquant le Freedom of Information Act, un groupe d’une trentaine de professeurs et scientifiques de prestigieuses universités comme Yale ou Harvard a demandé en septembre 2021 d’accéder aux documents sur lesquels s’est fondée l’administration américaine pour autoriser la commercialisation du vaccin Pfizer contre le Covid-19.

« La FDA a très officiellement répondu, explique le journal Alternative Santé, courant novembre, aux scientifiques regroupés dans le collectif Public Health and Medical Professionals for Transparency qu’il lui faudrait pas moins de 55 ans pour accéder à cette requête concernant l’ensemble des documents, notamment parce qu’elle ne souhaite pas monopoliser ses équipes sur une seule requête de ce type.

Invoquant un manque de moyens nécessaires pour traiter rapidement les 329 000 pages concernées (dont il faut anonymiser les données patients et les données commerciales sensibles liées au secret industriel), elle a très officiellement répondu que le dossier complet ne serait disponible qu’en 2076, au rythme de 500 pages par mois.

Scandalisés, les avocats des requérants insistent sur le fait que cette demande aurait dû être anticipée afin « d’assurer la transparence du gouvernement » et qu’il est « difficile d’imaginer » qu’il y a des tâches plus urgentes que la divulgation de ces données.

Pour eux, si la FDA a pu analyser ces documents en seulement 108 jours pour prendre une décision aussi importante qu’autoriser ce vaccin qui a été injecté à plus de 100 millions d’américains, elle devrait pouvoir rendre disponible ces documents dans le même délai, à savoir d’ici le 3 mars 2022. »

Un bras de fer s’est alors engagé et s’est joué au tribunal entre l’association de médecins et la FDA, l’agence américaine des médicaments. Un juge fédéral du Texas devait trancher cette question du délai considéré comme raisonnable pour rendre publics ces documents si essentiels pour la santé publique. Il s’est terminé en faveur de l’association. Le tribunal est revenu avec une ordonnance de libération de 500 documents par mois.

Et les premières pages sont déjà explosives : le premier document de quelques 30 pages sur les effets indésirables, y compris les décès. 1227 décès signalés dès février en février dans les essais. En regardant le nombre d’effets d’indésirables enregistrés pour les 42000 participants à l’essai, c’est 3% de mortalité !

Comment est-ce possible que ce produit ait obtenu l’accord de la FDA avec de tels résultats… telle est la question…

Source: https://www.medias-presse.info/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :