Celui qui doit nous juger habite en nous (ASDE 23)

Ecrits d’Elisabeth de la Trinité

Celui qui doit nous juger habite en nous

(août 1905)

Quel mystère insaisissable que la mort, et en même temps, quel acte pour l’âme qui a vécu de la foi, pour ceux qui, selon le langage de saint Paul, « n’ont pas cherché les choses visibles, car elles sont passagères, mais les invisibles qui sont éternelles » (2 Co 6, 18)

Saint Jean dont l’âme si pure avait été irradiée des clartés divines, dit un mot tout court qui me semble une ravissante définition de la mort : « Jésus sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père » (Jn 18, 1). Ne trouves-tu pas que cela est d’une touchante simplicité !

Carême 2020 (du 26 mars au 12 avril)

Lorsque viendra aussi pour nous l’heure décisive, puisque nous serons fixés pour l’éternité dans l’état où le bon Dieu nous trouvera et que notre degré de grâce sera notre mesure de gloire, il ne faut pas croire que le bon Dieu viendra au-devant de nous pour nous juger, mais par le fait de la délivrance de notre corps, notre âme pourra le voir sans voile, en elle-même, tel qu’elle le possédait durant toute sa vie, mais sans pouvoir le contempler « face à face ». Ceci est tout à fait vrai, c’est de la théologie.

C’est bien consolant, n’est-ce pas, de penser que Celui qui doit nous juger habite en nous pour nous sauver tout le temps de nos misères et pour nous les pardonner. Saint Paul dit positivement : « Il nous a justifiés gratuitement par la foi en son sang. » (Ro 3, 24-25) Que nous sommes riches des dons de Dieu, nous les « prédestinés à l’adoption divine » (Ep 1, 5) et par conséquent héritières de son héritage de gloire ! « De toute éternité Il nous a élues en Lui afin que nous soyons saintes en sa présence dans l’amour. » (Ep 1, 4) Voilà ce à quoi nous sommes appelées par un « décret divin », dit le grand Apôtre.

Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, - ppt télécharger

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :