Chiffres officiels. Ce sont les vaccins qui causent l’explosion de l’infection

Covid-19 : retards de vaccination, manque de doses... Peut-on encore  corriger le tir ? - L'Express

En examinant les statistiques actuelles de Covid en Europe, on ne peut que frémir. Il est maintenant clair qu’une énorme vague de Covid, qui bat tous les records, traverse l’Allemagne et l’Europe centrale. Étonnamment, cela se produit sur le continent où de nombreux pays se vantent d’avoir vacciné entre 65 et 70 % de la population totale.

Il y a moins d’un an, le Dr Anthony Fauci a déclaré qu’un taux d’inoculation compris entre 60 et 70 % entraînerait une immunité collective. Selon un rapport d’Axios publié le 25 décembre de l’année dernière :

« Dr. Anthony Fauci a longtemps cité 60% à 70% comme le niveau d’infection/vaccination COVID dont le pays aurait besoin pour atteindre l’immunité collective – pour que la maladie s’estompe et que la vie revienne à la normale… »

La plupart des pays d’Europe se situent désormais bien dans cette fourchette pour le seul nombre de vaccinations.

L’effet des vaccins est encore renforcé par l’immunité naturelle qui, selon certains experts, peut atteindre 50 % dans certaines populations. Près de deux ans après le début de la pseudo pandémie, des personnes dans de nombreux endroits ont été largement exposées au virus et possèdent par conséquent des anticorps naturels. Par conséquent, inoculer, disons, 65% de la population avec un bon vaccin devrait entraîner une immunité globale d’environ 80%. Avec ce type de niveaux d’immunité, nous devrions nous attendre, sinon à l’élimination de la maladie, au moins à une baisse considérable de son apparition.

Cependant, il est maintenant amplement clair que malgré ses taux de vaccination élevés, l’Europe est loin d’atteindre le soulagement promis. Non seulement cela, mais les choses sont, en fait, bien pires qu’elles ne l’étaient à la même époque l’année dernière lorsqu’il n’y avait pas de vaccins.

Même si l’on ne connaît pas le seuil exact requis pour l’immunité collective contre le Covid 19, une chose est sûre. Si les vaccins fonctionnaient, la pandémie devrait désormais être largement sous contrôle, compte tenu de la forte consommation de vaccins en Europe. Malheureusement, c’est le contraire qui se passe. Au moment même où nous parlons, l’Allemagne et l’Europe centrale sont en proie à la pire vague depuis le début de la pseudo pandémie. Cette vague est susceptible de voyager plus loin et de balayer d’autres parties du vieux continent.

Nous vous montrerons la réalité de la situation en présentant les données pertinentes de manière simple et lisible. Pour ce faire, nous juxtaposons des graphiques qui décrivent les taux de vaccination avec des graphiques qui montrent les taux de cas dans les pays dont nous discutons.

Aucune des deux parties au débat sur les vaccins ne contesterait la validité des données présentées ci-dessous. Les données sont extraites de l’outil Google Coronavirus Statistics qui tire son matériel de sources officielles et de bases de données gouvernementales. Les données sont accessibles au public et largement accessibles. Si vous souhaitez vérifier ou reproduire les données utilisées dans cet article, vous pouvez le faire facilement en vous rendant sur google.com et en tapant « coronavirus » suivi du nom du pays dont vous souhaitez examiner les statistiques. Une fois les données du pays affichées, vous pouvez choisir dans le menu horizontal qui apparaît sous le terme « Statistiques » le type de date que vous souhaitez voir : « Nouveaux cas » ou « Vaccinations ».

Allemagne

Au 25 novembre, le taux de vaccination complet en Allemagne s’élevait à 68,1%, tandis que plus de 70% de la population avait reçu au moins une dose.

Malgré le taux de vaccination qui aurait dû entraîner une immunité collective dans ce pays, l’Allemagne enregistre un nombre record de cas. Le 24 novembre, le pays a enregistré 79.051 nouveaux cas, dépassant de plus de 50 % le précédent record de 45.333 établi le 7 janvier, date à laquelle le taux de vaccination du pays s’élevait à 0 %. La vaccination à soixante-dix pour cent en Allemagne non seulement n’a pas réussi à apprivoiser la pandémie, mais elle coïncide avec ses pires chiffres depuis le début de la pseudo pandémie.

Autriche

Au 24 novembre, le pays avait un taux de vaccination complet de 65,8 % tandis que 70 % des Autrichiens avaient reçu au moins une dose.

Avec près des deux tiers de sa population injectée, l’Autriche a enregistré un nouveau record quotidien de 15.365 cas le 24 novembre. Cela a dépassé le précédent record du pays de novembre de l’année dernière de plus de 60%. À cette époque-là, personne dans tout la pays n’avait reçu une seule dose. En d’autres termes, le taux de vaccination de près de 70 % n’a rien fait pour réduire l’incidence de la maladie dans la population. Bien au contraire, cela a coïncidé avec le nombre de cas le plus élevé jamais enregistré dans ce pays.

Suisse

Fin novembre, la Suisse a signalé un taux de vaccination complet de 65,7% tandis que 67,4% de sa population avait reçu au moins une injection de vaccin.

Le 22 novembre, la Suisse a enregistré 14.592 nouveaux cas de Covid 19. Cela dépasse de près de 40 % le précédent record du pays de 10.517 cas enregistré le 3 novembre de l’année dernière. À cette époque-là, le taux de vaccination du pays était de zéro pour cent.

[Remarque : Si vous essayez de reproduire le chiffre record de novembre sur google.com, vous obtiendrez le nombre de 21.926 pour le 2 novembre. Compte tenu de la tendance et de la courbe du graphique il s’agit clairement d’une erreur de base de données que nous pensons involontaire. Pour corriger cela, nous tirons notre chiffre du 3 novembre de Worldometers.com ; voir le lien ici.]

République Tchèque

Le 24 novembre, le taux de vaccination complète dans le pays s’élevait à 58,9%, tandis que 61,8% des Tchèques ont reçu au moins une dose du vaccin.

Le 24 novembre, la République tchèque a signalé 25.949 nouveaux cas. Cela a dépassé de près de 40 % le précédent record de 17.773 établi en janvier de cette année. Même si le taux d’inoculation de la République tchèque est légèrement inférieur à celui de ses voisins à l’ouest, 60 pour cent est encore relativement élevé. En tout cas, il est très proche de la plage d’immunité collective qui avait été précisée par le Dr Fauci. Non seulement la Tchéquie n’a pas atteint d’immunité à grande échelle, mais son nombre de cas quotidiens est nettement plus élevé qu’à tout autre moment de cette pandémie. Avec un taux de vax de 60 pour cent, on devrait raisonnablement s’attendre à ce que la maladie soit maîtrisée. Malheureusement, c’est tout le contraire qui s’est produit.

Hongrie

Le 24 novembre, le taux de vaccination du pays était de 59,7% de gens complètement vaccinés avec 62,3% ayant reçu au moins une injection.

Dans le même temps, le pays a enregistré 27.209 cas, ce qui a dépassé de près de 300 % l’ancien record du 27 mars. Au moment du précédent record, le taux de vaccination s’élevait à 7 %.

Conclusion

Avec un taux de vaccination compris entre 60 et 70%, le virus devrait être – s’il n’est pas banni –définitivement sous contrôle. Au lieu de cela, nous le voyons hors de contrôle dans un certain nombre de pays à travers l’Europe,.

En regardant ces chiffres, on ne peut qu’être profondément préoccupé, d’autant plus que les taux de mortalité ont tendance à culminer entre décembre et janvier. Compte tenu du nombre record de cas en Europe centrale, ces pays pourraient connaître des moments très sombres dans les semaines à venir.

De nombreux pays européens, ainsi que d’autres pays hautement vaccinés dans d’autres parties du monde, tirent la sonnette d’alarme et imposent une nouvelle vague d’enfermement.

Si les vaccins étaient efficaces, cela n’aurait jamais pu se produire sur un continent dont le taux moyen de vaccination est de 65%.

Étant donné que l’explosion du nombre de cas est en corrélation avec les taux élevés d’inoculation, on commence à soupçonner que ce sont peut-être les vaccins qui sont responsables du nombre record de cas.

Les données démontrent clairement que les vaccins n’ont pas l’effet qu’ils étaient censés avoir.

Les chiffres et les graphiques présentés ci-dessus fournissent des preuves tangibles de l’échec du vaccin.

Source : One Begins to Suspect That it May Be the Vaccines That Are Causing the Infection Explosion

by Vasko Kohlmayer via Lew Rockwell

Source : LA CAUSE DU PEUPLE : Chiffres officiels. Ce sont les vaccins qui causent l’explosion de l’infection (numidia-liberum.blogspot.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :