Les quatre grands événements annoncés à Garabandal – Partie 1 : le communisme

Parler de communisme aujourd’hui semble presque anachronique. Le communisme n’appartient-il pas au passé ? D’après ce que la Sainte Vierge a dit aux voyantes de Garabandal, la réponse est non. Le communisme réapparaîtra sur la scène mondiale et causera de grandes souffrances avant que son règne de terreur ne s’achève de façon soudaine.

Photo : One Nation Under God, de Jon McNaughton

Source : Garabandal’s Prophecy About Communism, reprenant un article du Garabandal Journal de novembre-décembre 2003

Auteur : Barry Hanratty

Traduction Pierre et les Loups

* * *

Au cours des deux nuits ayant précédé la fête du Corpus Christi en 1962, les jeunes voyantes de Garabandal ont eu plusieurs visions ; mais les visions de ces deux nuits-là furent bien différentes de celles auxquelles elles avaient été habituées. Alors que les événements futurs se déroulaient devant leurs yeux, on les entendit crier de terreur. A la demande de la Sainte Vierge, les spectateurs durent se tenir à distance et cette injonction fut fidèlement observée. Mais même de loin, les cris des fillettes furent si terrifiants que des secousses se répandirent par vagues successives à travers la foule rassemblée, provoquant une peur considérable. Un témoin, Manolin Diez, déclara que ces cris surnaturels n’étaient pas les cris normaux de fillettes de 12 et 13 ans.

La deuxième nuit fut la pire de toutes, alors que fut montré aux petites voyantes des scènes du Châtiment que Dieu enverra si le monde ne change pas après le Grand Avertissement et le Grand Miracle. Puisque le Châtiment fera l’objet du dernier volet de cette série, nous n’en dirons pas plus pour le moment.

Nous nous concentrerons ici sur ce que les fillettes ont vu au cours de la première de ces deux nuits, que l’on connaît depuis sous le nom de Las Noches de los Gritos (Les Nuits des Hurlements). Lors de cette première nuit, les petites voyantes virent l’époque qui devait précéder l’Avertissement, un temps de grande épreuve pour l’Église et le monde.

en-Conchita trip to Santander :: Apostolado-de-garabandal

Conchita n’était pas présente avec les trois autres voyantes lors de cette première nuit. Elle avait mal au genou et sa mère ne l’autorisa pas à sortir de chez elle. Chose intéressante, elle entra tout de même en extase dans sa maison, tombant à genoux avec une telle force que ceux-ci commencèrent à saigner. Il est peu probable qu’elle ait vu les mêmes choses que les autres voyantes bien que certaines des révélations semblent lui avoir également été communiquées. Plus tard, dans des visions ultérieures, elle en apprendra davantage.

Persécution

Leurs visages maculés de larmes et leurs propos incohérents ayant immédiatement suivi ces visions attestèrent du traumatisme subi par Jacinta, Mari Loli et Mari Cruz lors de la première nuit des hurlements et il semble qu’elles n’aient pas donné davantage de détails, pendant un certain temps, sur ce qu’elles ont vécu.

GARABANDAL : Mari Loli Mazón, une âme victime pour aider les prêtres ?  (Vidéo - 5 min)

Mari Loli semble avoir été la première à en parler lorsqu’en 1967, elle communiqua une information à un prêtre mexicain, le Père Gustavo Morelos. Trois ans plus tard, la même information, en possession de Maria Saraco, avait été consignée et confirmée par Mari Loli avec sa propre signature. Voici ce qu’on peut y lire :

Malgré le fait que nous continuons à voir la Sainte Vierge, [pendant la première nuit des hurlements] nous avons vu une grande multitude de personnes qui souffraient intensément et criaient de terreur. La Sainte Vierge nous expliqua que cette grande tribulation, qui n’était même pas le Châtiment, viendrait parce qu’un temps arriverait où l’Église paraîtrait sur le point de périr. Elle aurait à passer par une terrible épreuve. Nous avons demandé à la Sainte Vierge comment s’appelait cette grande épreuve et elle nous a répondu que c’était le « communisme ».— « SHE WENT IN HASTE TO THE MOUNTAIN » de Eusebio Garcia de Pesquera, O.F.M. Cap.

Cette première révélation au sujet du communisme sera développée plus en détail par les voyantes au cours des années suivantes.

Avec la chute du mur de Berlin et la liberté accordée aux anciens pays du bloc de l’Est, il semblait que le communisme — du moins le communisme russe, étant donné qu’une grande partie de l’Asie est encore rouge — était terminé. Et c’est ce que les médias proclamèrent. Cependant, tout le monde n’était pas convaincu. Il y a quelques années, alors que j’étais au Canada, j’ai parlé avec un prêtre ressortissant d’un pays d’Europe de l’Est qui avait vécu sous le régime communiste. Il m’a confié que les Américains sont très naïfs de penser que le communisme est mort ; dans son pays, les mêmes personnes qui étaient au pouvoir sous le régime communiste le sont toujours aujourd’hui. […]

À en croire les prophéties de Garabandal, l’humanité sera à nouveau confrontée au communisme lors d’une ultime tentative de domination du monde. Le 29 septembre 1978, le Père Francis Benac, s.j., a interviewé Mari Loli à son domicile au Massachusetts. Voici quelques questions et réponses pertinentes par rapport au sujet qui nous intéresse.

PÈRE BENAC : La Sainte Vierge a-t-elle parlé du communisme ?

MARI LOLI : Notre Dame a parlé plusieurs fois du communisme. Je ne me souviens pas combien de fois, mais elle a dit qu’un temps viendrait où il semblerait que le communisme ait envahi ou englouti le monde entier. Je pense que c’est alors qu’elle nous a dit que les prêtres auraient du mal à célébrer la messe, et à parler de Dieu et des choses divines.

PÈRE BENAC : Notre Dame a-t-elle jamais annoncé que des prêtres seraient mis à mort ?

MARI LOLI : Ce que Notre Dame a dit, c’est que les prêtres devraient se cacher mais je n’ai pas vu s’ils étaient tués ou pas. Elle n’a pas exactement dit qu’ils seraient tués, mais je suis sûre qu’ils seraient martyrisés.

PÈRE BENAC : Votre maman m’a dit qu’une nuit vous étiez à l’étage du haut avec votre père et que vous n’avez pas cessé de pleurer pendant une heure. Après cela, votre père lui a dit : « Je viens de voir le spectacle le plus touchant. Loli pleurait tout ce temps en disant : « Oh, ça va être comme ça ? Les gens vont souffrir comme ça ? Oh, fais-moi souffrir [à leur place] ! » » Vous souvenez-vous de ce que vous aviez dit à l’époque ?

MARI LOLI : Tout était lié au communisme et à ce qui va se passer dans l’Église et dans le monde parce que toutes ces choses doivent avoir des répercussions sur l’humanité. Quand l’Église souffrira de confusion, l’humanité souffrira elle aussi. Certains prêtres qui sont communistes créeront une telle confusion que les gens ne distingueront plus le bien du mal.— THE CALL OF GARABANDAL, avril-juin 1984

Cette dernière déclaration de Mari Loli devrait nous faire nous demander si nous avons toujours su discerner le véritable ennemi en blâmant tout ce qui ne va pas dans l’Église aujourd’hui. Il semble que l’on ait accordé peu de considération à la possibilité qu’une force maléfique ait délibérément infiltré l’Église avec l’intention de chercher à la détruire de l’intérieur. L’autre jour, je parlais avec Harry Daley, auteur du livre Miracle at Garabandal. Harry était un bon ami de feu le Père Walter Ciszek, s.j., qui a passé 15 ans dans les prisons soviétiques et les camps de travail sibériens, et a vécu assez longtemps pour en parler dans son livre With God in Russia (Ignatius Press). Harry a souvent rendu visite au Père Ciszek (qui croyait beaucoup aux apparitions de Garabandal d’ailleurs) et lors d’une de ses visites, le prêtre s’est efforcé de lui expliquer comment les communistes ont essayé de le recruter, lui promettant toutes sortes d’avantages s’il travaillait à leur service en tant qu’agent infiltré au sein de l’Église, et s’il rejoignait le réseau qui y était déjà en place.

Quelle en sera l’ampleur ?

Quelles régions géographiques auront à subir cette persécution communiste ? Certaines sources font spécifiquement référence à l’Espagne.

Le 23 février 1943, Sœur Lucie, la dernière voyante encore en vie des apparitions de Fatima, qui passa 21 ans en Espagne à Tuy et à Pontevedra, envoya une déclaration à l’évêque Antonio Garcia du diocèse de Tui-Vigo, lui disant : « Si les évêques d’Espagne écoutent les désirs déjà manifestés par Notre Seigneur, et commencent une vraie réforme du peuple et du clergé, alors les choses iront bien. Mais s’ils ne le font pas, elle (la Russie) sera à nouveau l’ennemi par lequel Dieu la punira [l’Espagne] une fois de plus. » [1] Et en effet, Conchita a dit que le communisme reviendrait en Espagne, [2] mais elle a poursuivi en disant que cette nation souffrirait moins que d’autres régions d’Europe à cause de la persécution qu’elle avait déjà endurée pendant la guerre civile espagnole (1936-39) au cours de laquelle 13 évêques et plus de 7 000 prêtres et religieux furent mis à mort.

« Nous avons demandé à la Sainte Vierge comment s’appelait cette grande épreuve et elle nous a répondu que c’était le « communisme ». »

De toutes les voyantes, Mari Loli a révélé le plus de détails sur ce que Notre Dame a annoncé au sujet du communisme.

La persécution se limiterait-elle à l’Europe ? Lorsqu’on a posé cette question à Loli, elle a répondu que de la façon dont elle le voyait, elle pensait que ce serait plus étendu que cela. La tante de Conchita, Antonia, a témoigné avoir entendu les voyantes dire pendant une extase que « si nous ne changeons pas notre façon de vivre, la Russie prendra possession du monde entier ». [3] Si tel est le cas, alors la persécution s’étendra selon toute probabilité au-delà des limites de l’Europe. Mais il semble que l’Europe sera la première à souffrir, comme l’indique l’extrait suivant de Garabandal-Der Zeigefinger Gottes d’Albrecht Weber :

Conchita a mentionné que Padre Pio, lorsqu’elle lui a rendu visite, lui a déclaré « Le grand prodige [le Grand Miracle] de Dieu doit être obtenu au prix de beaucoup de sang à travers toute l’Europe. »

(Étant donné que cette information est peu connue de beaucoup de lecteurs anglophones, nous avons contacté M. Weber pour lui demander de confirmer la source. Il a répondu que Conchita avait mentionné cela en présence de sa mère, Eloise Deguia et de lui-même, et que sa mère l’a mis mot pour mot par écrit.)

D’autres sources

Wikiloc | Photo de Tudanca-San Sebastián de Garabandal-Tudanca (5/6)

En dehors de Garabandal, cette grande épreuve a été mentionnée dans les écrits de plusieurs saints, papes et bienheureux tels que résumés par le Père Joseph Brennan, o.c.s. dans son article « Prophecy for Our Time » paru dans l’édition du mois de mai 1983 de la Homiletic and Pastoral Review : « Le christianisme subira l’épreuve la plus sévère qu’il ait jamais eut à subir jusqu’à ce jour. Il y aura de nombreuses victimes, de grandes purifications. Une telle confusion régnera qu’il semblera que le christianisme aura presque disparu. »

Comment cela finira-t-il ?

Sans aucune force humaine capable d’arrêter la persécution, Dieu devra intervenir.

« Je joue avec les projets des hommes ; ma main droite prépare des miracles et mon nom sera glorifié dans le monde entier.

Plus la terre sera hostile à tout ce qui est surnaturel, plus Je me complairai à briser l’orgueil des impies, le fait en sera autant plus admirable et extraordinaire…

On reconnaîtra que ni le pouvoir humain, ni les démons, ni le génie de l’industrie ne mettront fin à la guerre, mais celle-ci ne se terminera que lorsque la réparation sera consommée.

Prends courage ! Car le royaume de Dieu approche. Il commencera par quelque chose d’aussi soudain qu’inespéré. »

— Prophéties de Marthe Robin (ajout)

Jacinthe a déclaré aux Français Ramon Perez et Jacques Serre en 1979 :

« Ces événements difficiles auront lieu avant l’Avertissement parce que l’Avertissement lui-même se produira lorsque la situation sera au pire. »

Ceci est corroboré dans l’article du Père Brennan :

« Mais alors, comme pour accomplir les paroles de Jésus, « Et si le nombre de ces jours-là n’était pas abrégé, personne n’aurait la vie sauve », il y aura une intervention directe de Dieu, à la fois extraordinaire et terrible, qui renversera complètement le cours des événements mondiaux. »

Un extrait du livre allemand précité nous renseigne davantage :

Mme [Christine] Bocabeille demanda alors à Mari Loli : « Si vous n’êtes pas autorisée à me dire l’année exacte [de l’Avertissement], peut-être pourriez-vous me dire approximativement quand cela arrivera. »

« Oui, ce sera au moment où le monde en aura le plus besoin. »

« Dites-moi quand ? »

« Quand la Russie envahira et engloutira de manière inattendue et soudaine une grande partie du monde libre. Dieu ne veut pas que cela se produise si rapidement. En tout cas, l’Avertissement viendra lorsque vous verrez que la Sainte Messe ne peut plus être célébrée librement ; c’est alors que le monde aura le plus besoin de l’intervention de Dieu. »

Pour poursuivre notre réflexion, en gardant à l’esprit que la prophétie est l’un des charismes de la papauté, voici une citation du Bienheureux Pie IX :

« Il se produira un grand signe qui remplira le monde d’émerveillement. Mais cela ne se produira qu’après le triomphe d’une révolution au cours de laquelle l’Église subira des épreuves indescriptibles. »

en-Albrecht Weber :: Apostolado-de-garabandal

On ne sait pas quand tout cela arrivera, mais le livre d’Albrecht Weber contient cette déclaration attribuée à Conchita :

« Le pape ira en Russie, à Moscou. Dès son retour au Vatican, les hostilités éclateront dans différentes parties de l’Europe. »

(La source de cette information a également été demandée à M. Weber qui a répondu : « Conchita a dit cela lors d’une longue conversation chez elle, le 14 novembre 1965. »)


« Une visite de François à Moscou serait historique, aucun pape ne s’y étant rendu jusqu’ici. »

Pour résumer

Une prise de pouvoir communiste mondiale dirigée par la Russie semblera avoir réussi et au milieu de cette effroyable agression se déroulera une terrible persécution de l’Église. Les prêtres devront se cacher, les églises fermeront et leurs portes seront condamnées et il deviendra très difficile pour les fidèles de pratiquer leur religion. Il semblera que l’Église ait disparu. La durée de cette persécution n’est pas connue mais un acte divin sera finalement nécessaire, l’Avertissement, pour y mettre fin.

Pour conclure sur une note positive, nous citons à nouveau l’article du Père Brennan de 1983 :

À la suite de tout cela, il y aura un retour vers Dieu qui sera à la hauteur de l’apostasie et de l’abandon de Dieu qui l’auront précédé, avec pour conséquence, comme Notre Dame l’a promis à Fatima, qu’ « une ère de paix sera accordée à l’humanité. » Ce sera une paix comme le monde n’en a jamais connue.

[1] « SHE WENT IN HASTE TO THE MOUNTAIN » de Eusebio Garcia de Pesquera, O.F.M. Cap.
[2] Garabandal Nuevo Pentecôtes, 1984
[3] GARABANDAL EL PUEBLO HABLA par Ramon Perez

A suivre…

Source : Les quatre grands événements annoncés à Garabandal – Partie 1 : le communisme – Pierre et les Loups (pierre-et-les-loups.net)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :