A la veille – Mark Mallett

À LA VEILLE

Publié le  par Mark

L’une des fonctions centrales de cet apostolat écrit est de montrer comment Notre-Dame et l’Église sont vraiment des miroirs l’une de l’autre, c’est-à-dire comment la soi-disant « révélation privée » authentique reflète la voix prophétique de l’Église, en particulier celle des papes. En fait, cela m’a ouvert les yeux de voir comment les pontifes, depuis plus d’un siècle, ont mis en parallèle le message de la Sainte Mère de sorte que ses avertissements plus personnalisés sont essentiellement « le revers de la médaille » des avertissements institutionnels de l’Église. C’est le plus évident dans mes écrits Pourquoi les papes ne crient-ils pas?

Dans mon dernier écrit Raise Your Sails, j’ai raconté comment Notre-Dame a donné de forts avertissements sur « la dernière nuit de l’année ». Eh bien, le pape Benoît XVI l’a fait aussi dans un discours inoubliable en 2010 avant la fin de la nouvelle année. C’est plus pertinent, plus imminent aujourd’hui que jamais, alors que les nations commencent à se préparer à une troisième guerre mondiale. Tel est l’accomplissement du deuxième sceau de l’Apocalypse lorsque le cavalier sur un cheval rouge reçoit « le pouvoir d’enlever la paix à la terre, afin que les gens se massacrent les uns les autres ». [1] C’était l’avertissement à Fatima, et maintenant celui de nos papes comme la désintégration universelle de la moralité ne peut que conduire à la désintégration de la civilité.

Et pourtant, toutes ces choses contre lesquelles j’ai été obligé de mettre en garde pendant plus d’une décennie – et cela aussi est réconfortant. Cela signifie que rien de ce qui est ici et à venir ne prend le Seigneur par surprise. Et vous ne devriez pas non plus, si vous « veillez et priez » :

Mais vous, frères, n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous dépasse comme un voleur. Car vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes ni de la nuit ni des ténèbres. (1 Ces 5:4-5)

C’est pourquoi Dieu a initié cet apostolat, pour vous aider à rester « enfants du jour ». Heureusement, beaucoup d’entre vous se sont préparés alors que nous sommes « à la veille » de ces changements dramatiques pour l’Église et le monde. Par conséquent, portez une attention particulière à la fin de cet écrit dans la section « L’aube de l’espoir ». Notre-Dame de Fatima a dit que son Cœur Immaculé serait notre refuge. Bien qu’il s’agisse avant tout d’un refuge spirituel, ce sera aussi un refuge physique pour beaucoup de gens qui vivent pour voir les paroles du Psaume 91 s’accomplir dans leur propre vie et dans leur foyer.

Enfin, je vous écris de l’isolement alors que ma femme et moi célébrons 25 ans d’un mariage béni. Dieu nous a donné huit beaux enfants, deux gendres fidèles et une petite-fille. Nous sommes tellement reconnaissants de voir nos enfants suivre Jésus et le mettre au centre de leur cœur et de leur famille. Ils font partie de la génération qui peuplera la nouvelle ère. Il y a beaucoup d’espoir… c’est pourquoi le langage des « douleurs du travail » utilisé par Jésus et saint Paul est si puissant : ils parlent à la fois d’agonie et de naissance, de chagrin et de joie. Par conséquent, fixez les vôtres au-delà de cette heure de ténèbres qui se couche sur notre monde, et placez-les à l’aube de l’espoir qui arrive… Léa et moi prions pour vous tous.

Ce qui suit a été publié le 31 décembre 2010 :

Il y a TROIS ans jour pour jour, j’ai entendu alors, à la veille de la fête de la Mère de Dieu (également le jour de l’An), les mots :

C’est l’Année du Déroulement (voir ici).

Cinq mois plus tard, à l’aube du printemps, la dimension de ces mots est venue dans un autre murmure dans mon cœur :

Très rapidement maintenant…. L’économie, puis le social, puis l’ordre politique. Chacun s’effondrera sur l’autre comme des dominos… (voir ici).

Comprendre la crise économique de 2008 | Citéco

Ensuite, le Dépliage a commencé. En octobre 2008, les économies du monde ont commencé à céder. L’illusion des nations occidentales « riches » a commencé à voler en éclats, révélant que la dette, et non la véritable prospérité, a emprunté une grande partie du mode de vie des nations du « premier monde ». Cet effondrement, loin d’être terminé, a déjà commencé à entraîner l’ordre social dans le chaos dans quelques endroits, comme la Grèce et les pays en développement où les prix des denrées alimentaires montent en flèche au moment où j’écris. La panique qui s’en est suivie a conduit de nombreux dirigeants mondiaux à exiger ouvertement une « monnaie mondiale » et à annoncer un « nouvel ordre mondial » (voir ici). Ce n’est qu’une question de temps avant que les troubles ne s’étendent au reste du monde – un fait retardé par l’impression de monnaie et l’hypothèque de la souveraineté par le biais des banques mondiales.

Ensuite, j’ai partagé avec vous en novembre dernier des mots plus urgents sur ce déroulement:

Il reste si peu de temps. De grands changements sont à venir sur la surface de la terre. Les gens ne sont pas préparés… (voir ici).

Comment la crise financière de 2008 a changé notre monde

Pourtant, comme toujours, frères et sœurs, je ne m’attendrais pas à ce que vous vous fiiez à des paroles sur lesquelles je ne me fie pas moi-même. C’est-à-dire que je me suis efforcé de tout mon cœur, de tout mon esprit et de toute mon âme de souligner tout ce qui est dit ici avec les paroles sûres de notre foi catholique telles qu’elles se trouvent dans les premiers Pères de l’Église, les papes modernes et post-modernes, et les apparitions de Notre Sainte Mère qui ont été estampillées avec l’approbation officielle. Je suis étonné de voir comment, à maintes reprises, mes paroles personnelles sont si inutiles face à l’autorité écrasante de nos bergers qui parlent clairement et sans équivoque.

Ce soir, nous sommes non seulement à la veille d’une nouvelle année, mais à la veille de la fin de notre ère. Et cette déclaration audacieuse, cette perspicacité apparemment apocalyptique, vient une fois de plus de rien de moins que de la voix de Pierre.

LE PAPE BENOÎT XVI, UN PROPHÈTE À NOTRE ÉPOQUE

Démission du pape Benoit XVI : premières réactions dans le Nord  Pas-de-Calais

Avant Noël, j’ai cité un discours que le Saint-Père a prononcé devant la Curie romaine. Là, il a fait une comparaison surprenante et crue de l’Église d’aujourd’hui à une belle femme assiégée et souillée (voir Myrrhe de Noël). Dans le même temps, le pape Benoît XVI a décrit l’état de notre monde et son avenir avec des mots qui nécessitent peu d’interprétation. Là encore, comme je l’ai souligné dans Pourquoi les papes ne crient-ils pas ? le Saint-Père parle clairement des « signes des temps » et en termes apocalyptiques, rien de moins.

Faisant une comparaison de notre époque avec le déclin et l’effondrement de l’Empire romain, il a rappelé les paroles de la liturgie probablement formulées à cette époque: Excita, Domine, potentiam tuam, et veni (« Réveillez votre pouvoir, Seigneur, et venez »). Ce même appel monte sur nos lèvres maintenant, a suggéré Benoît, alors que nous examinons nos temps pénibles et l’apparente « expérience de l’absence apparente [de Dieu] ».

La désintégration des principes fondamentaux du droit et des attitudes morales fondamentales qui les sous-tendent a fait éclater les barrages qui, jusque-là, protégeaient la coexistence pacifique entre les peuples. Le soleil se couchait sur un monde entier. Les catastrophes naturelles fréquentes ont encore accru ce sentiment d’insécurité. Il n’y avait aucun pouvoir en vue qui pourrait mettre un terme à ce déclin. L’invocation de la puissance de Dieu était donc d’autant plus insistante : l’appel à venir protéger son peuple de toutes ces menaces.. —PAPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010 ; catholicherald.co.uk

Benoît XVI a ensuite souligné la cause et le résultat certain du déclin actuel de notre époque :

Malgré tous ses nouveaux espoirs et possibilités, notre monde est en même temps troublé par le sentiment que le consensus moral s’effondre, consensus sans lequel les structures juridiques et politiques ne peuvent fonctionner. Par conséquent, les forces mobilisées pour la défense de telles structures semblent vouées à l’échec. —Ibid.

Benoit XVI et la crise de l'idéalisme

Le fondement d’une future coexistence pacifique est un « consensus moral ». C’est-à-dire un accord entre les peuples sur la loi morale naturelle,une loi qui est écrite par Dieu dans le cœur de chaque homme et de chaque femme qui « transcende les dénominations individuelles » :

Ce n’est que s’il existe un tel consensus sur l’essentiel que les constitutions et les lois peuvent fonctionner. Ce consensus fondamental issu de l’héritage chrétien est menacé… En réalité, cela rend la raison aveugle à ce qui est essentiel. Résister à cette éclipse de raison et préserver sa capacité à voir l’essentiel, à voir Dieu et l’homme, à voir ce qui est bon et ce qui est vrai, est l’intérêt commun qui doit unir tous les hommes de bonne volonté. L’avenir même du monde est en jeu. —Ibid.

Est-ce une coïncidence si le Saint-Père, à la veille même de l’éclipse lunaire qui a rendu la lune rouge sang au solstice d’hiver, a fait cette déclaration? « L’éclipse de raison » à notre époque a mis en jeu l’« avenir du monde ». Et le résultat final, dit le Saint-Père, sera l’effondrement des « structures juridiques et politiques ».

Très rapidement maintenant…. L’économie, puis le social, puis l’ordre politique.

UNE DESTRUCTION NAISSANTE

Le christianisme en feu, les églises d'Europe attaquées | Conflits

Les paroles du Saint-Père indiquent une progression troublante qui ne peut que se terminer par un effondrement total de l’ordre actuel. Il a souvent parlé dans le passé de l’éclipse de la vérité, de «l’obscurcissement de la lumière de Dieu». [2] Pourtant, même dans ce cas, les institutions humaines et les cœurs individuels, avec difficulté, peuvent être guidés par la lumière de la raison pour choisir la voie du « droit » qui mène à une véritable liberté humaine. Mais lorsque la « raison » elle-même est éclipsée, alors le plus insidieux des maux peut être embrassé comme un « bien ». On peut penser, comme nous l’avons tragiquement vu dans le passé, que des pans entiers d’une société sont considérés comme insignifiants et donc « réduits à des articles de marchandise » ou complètement éliminés. Tel a été le fruit de régimes athées aussi récents que notre siècle dernier (ou à notre époque, le « nettoyage ethnique », l’avortement, le tourisme sexuel et la pornographie infantile). C’est cette perte de la dignité intrinsèque et de la beauté de la personne humaine, en particulier chez les plus innocents de tous – les enfants – que le pape Benoît XVI a appelé…

… le signe des temps le plus terrifiant… [pour l’instant] il n’y a pas de mal en soi ou de bien en soi. Il n’y a qu’un « mieux que » et un « pire que ». Rien n’est bon ou mauvais en soi. Tout dépend des circonstances et de la fin en vue. —Ibid.

Rappelant le livre de l’Apocalypse et « les grands péchés de Babylone », [3] Benoît interprète cela comme « le symbole des grandes villes irréligieuses du monde » (qui « s’effondrent », selon la vision de saint Jean [cf. Ap 18, 2-24]). Dans son discours, le pape Benoît XVI note que Babylone fait le commerce des « âmes humaines » (18:3).

… la tyrannie de mammon […] pervertit l’humanité. Aucun plaisir ne suffit jamais, et l’excès d’intoxication trompeuse devient une violence qui déchire des régions entières – et tout cela au nom d’une incompréhension fatale de la liberté qui sape en fait la liberté de l’homme et finit par la détruire. —Ibid.

PARDONNE-MOI

Comment pouvons-nous, en tant que catholiques, si nous écoutons le Vicaire du Christ, ne pas saisir la signification de notre temps ? Peut-on pardonner aux âmes d’examiner nos jours à la lumière de ces Écritures qui parlent de la « fin des temps » ? Voici le Saint-Père comparant une fois de plus notre époque à celle décrite dans le Livre de l’Apocalypse. De plus, il a juxtaposé notre période à celle de l’Empire romain qui était en proie à de « fréquentes catastrophes naturelles » et à un « sentiment d’insécurité » croissant. Mais l’empire romain a une signification plus grande qu’une simple leçon historique.

Le pape Benoît XVI mentionne le bienheureux cardinal John Henry Newman dans son discours. C’est le bienheureux Newman qui, en résumant les enseignements des Pères de l’Église, note que le «retenu» [4] qui retient l’«anarchie», [5] « l’Antéchrist », c’est en fait l’Empire romain :

Maintenant, ce pouvoir de restriction [est] généralement admis comme étant l’empire romain… Je n’accorde pas que l’empire romain ait disparu. Loin de là : l’empire romain subsiste encore aujourd’hui. —Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), Sermons de l’Avent sur l’Antéchrist, Sermon I

Il reste, bien que, sous une forme différente. Cette forme future est ce que les Pères de l’Église ont dit être la « bête » de l’Apocalypse (Apocalypse 13:1). Ce qui est le même aujourd’hui que cet ancien empire, c’est ce « sentiment d’insécurité » qui devient de plus en plus répandu d’heure en heure. Et Newman souligne cette insécurité, qui se manifeste par une dépendance excessive à l’égard de l’État,comme un signe avant-coureur des temps apocalyptiques :

Jesus Capable - TON AVENIR DÉPEND DE DIEU, ET NON D'UN HOMME...  #Christ_Revient_Bientôt | Facebook

Lorsque nous nous sommes jetés sur le monde et que nous dépendons de sa protection, et que nous avons renoncé à notre indépendance et à notre force, alors il peut éclater sur nous de fureur dans la mesure où Dieu le lui permet. Puis soudain, l’Empire romain peut se briser, et l’Antéchrist apparaît comme un persécuteur, et les nations barbares autour de lui s’introduisent. —Bienheureux John Henry Newman, Sermon IV : La persécution de l’Antéchrist

D’où la raison pour laquelle le pape Benoît, dans son encyclique Caritas in veritate, aborde de front le « nouvel ordre mondial » en train de se former, avertissant que…

… sans la direction de la charité en vérité, cette force mondiale pourrait causer des dommages sans précédent et créer de nouvelles divisions au sein de la famille humaine. l’humanité court de nouveaux risques d’esclavage et de manipulation… —Caritas in veritate, n.33, 26

Et quelle est l’évaluation du Pape de cette « force mondiale » depuis cette encyclique ? Encore

… le consensus moral s’effondre… Par conséquent, les forces mobilisées pour la défense de telles structures semblent vouées à l’échec. —PAPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010

Chute de l'Empire romain d'occident en 476 : histoire, causes et  conséquences

Benoît note que, parmi les traits de l’Empire romain à cette époque, « il n’y avait aucun pouvoir en vue qui pourrait mettre un terme à ce déclin.» Cela fait écho aux paroles qui donnent à réfléchir de son prédécesseur, Jean-Paul II… La récente élection aux États-Unis (2012) est un signe clé que la direction de la « démocratie » est en fait directement opposée à l’Église (et plus récemment, en 2016, nous voyons comment un courant anti-catholique continue de révéler sa tête dans les cercles juridiques et politiques). C’est-à-dire que le « champion de la liberté », l’Amérique, est en train de devenir l’instrument de sa disparition (voir Mystère Babylone pour comprendre le rôle sans méfiance de l’Amérique à notre époque).

L’AUBE DE L’ESPOIR

En regardant le soleil se coucher sur cette époque actuelle, le pape Jean-Paul II a fait remarquer :

Les graves défis auxquels le monde est confronté au début de ce nouveau millénaire nous amènent à penser que seule une intervention d’en haut, capable de guider le cœur de ceux qui vivent dans des situations de conflit et de ceux qui gouvernent le destin des nations, peut donner des raisons d’espérer un avenir meilleur. —PAPE JEAN-PAUL II, Rosarium Virginis Mariae, 40 ans

Frères et sœurs, alors que nous nous tenons à nouveau à la veille de la grande fête de Marie, Mère de Dieu (1er janvier), même face à tout ce que les Saints Pères ont dit, je suis rempli d’une espérance intense. Car alors que le crépuscule s’estompe à notre époque et que minuit approche, nous voyons à l’horizon de l’humanité la brillante étoile du matin, Maris Stella,la lumière de la Bienheureuse Vierge Marie qui brille comme une « femme vêtue du soleil ». Elle est celle que la Genèse a prédite il y a longtemps comme la femme qui écraserait la tête du serpent (Gn 3, 15). Elle est celle que le dragon de l’Apocalypse ne peut vaincre (12:16). C’est elle qui, à maintes reprises, a apporté la victoire à l’Église.

À des moments où le christianisme lui-même semblait menacé, sa délivrance était attribuée à la puissance de cette prière [du Rosaire], et Notre-Dame du Rosaire était acclamée comme celle dont l’intercession apportait le salut. —PAPE JEAN-PAUL II, Rosarium Virginis Mariae,39 ans

Catégorie:La Fin des Temps — La Bibliothèque Impériale

Elle est celle qui, avec et reflétée dans l’Église, [6] qui s’engage dans la « bataille de la fin des temps », qui est essentiellement la « culture de la vie » contre la « culture de la mort ».

Cette lutte est parallèle au combat apocalyptique décrit dans [Apocalypse 11:19-12:1-6, 10 sur la bataille entre « la femme vêtue du soleil » et le « dragon »]. La mort se bat contre la Vie : une « culture de la mort » cherche à s’imposer à notre désir de vivre, et de vivre pleinement… —PAPE JEAN-PAUL II, Cherry Creek State Park Homily, Denver, Colorado, 1993

Elle est l’instrument choisi de Dieu à notre époque, dont le Magnificat sera chanté une fois de plus dans le monde entier alors que l’Église – son talon – chante un chant de victoire qui ne manquera pas de venir.

À ce niveau universel, si la victoire vient, elle sera apportée par Marie. Le Christ vaincra à travers elle parce qu’il veut que les victoires de l’Église, maintenant et à l’avenir, soient liées à elle… —PAPE JEAN-PAUL II, Franchir le seuil de l’espérance,p. 221

La victoire de Jésus sur le mal - Alain Nisus — La Rébellution

Et la victoire qu’elle a l’intention d’apporter est le nivellement de ces montagnes et de ces vallées (ces « forces mondiales ») qui font obstacle au message salvifique de son Fils, Jésus-Christ – un message qui doit devenir la force dominante en ce nouveau millénaire. Car Il a dit Lui-même:

Cet évangile du royaume sera prêché dans le monde entier, comme un témoignage à toutes les nations ; et alors la fin viendra. (Matthieu 24:14)

En dernière analyse, la guérison ne peut venir que d’une foi profonde en l’amour réconciliateur de Dieu. Fortifier cette foi, la nourrir et la faire resplendir est la tâche principale de l’Église en cette heure… Je confie ces sentiments de prière à l’intercession de la Sainte Vierge, Mère du Rédempteur. —PAPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, 20 décembre 2010

C’est pourquoi je vous encourage, mes frères et sœurs fatigués de la bataille, à reprendre vos chapelets, à renouveler votre amour pour Jésus et à vous préparer à vous battre pour votre Roi. Car nous sommes à la veille des plus grands changements que le monde ait jamais connus…

La Dame, la Mère de tous les peuples - Prière - YouTube

Prière des apparitions de Notre-Dame
de tous les Peuples, avec l’approbation du Vatican :

Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père,
envoie maintenant Ton Esprit sur la terre.
Que l’Esprit Saint vive dans le cœur
de toutes les nations, afin qu’elles soient préservées
de la dégénérescence, du désastre et de la guerre.
Que la Dame de tous les Peuples,
la Bienheureuse Vierge Marie,
soit notre Avocate. Amen.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :