Méditation sur la Magnificence de Dieu – 1ère partie de 3

Je vous propose une méditation sur quelques aspects particuliers de la création et de la Toute-Puissance Divine sur toutes choses. Arrêtons-nous, comme le disait Nicolas Copernic, pour admirer la fonction des lois inamovibles qui gouvernent la création, ce qui est aussi une manière d’adorer Dieu. 

Cette lecture et l’écoute des quelques vidéos nous feront voyager au cœur de la création et nous nous rendrons compte que : Quoi qu’il arrive dans le monde, autour de nous et dans notre vie de chaque jour, nous savons avec une certitude absolue que Notre Dieu dirige toutes choses et qu’absolument rien n’empêchera l’orientation de l’Histoire des hommes vers la Suprême Intention Divine, c’est-à-dire: « De réunir toutes choses en Christ, tant ce qui est dans les cieux, que ce qui est sur la terre. » (Eph 1, 10)

À première vue, nous sommes tentés de croire que l’Univers, par sa complexité et son apparence de Dessein Intelligent, serait l’œuvre d’un Être Suprême doté d’une intelligence et d’une force infinie. Mais ce Dieu, comme nous l’appelons, ne serait en fait rien d’autre qu’une invention de l’Homme pour donner un sens et un but à la vie. Car selon l’analyse de nos découvertes, nous pouvons presque certainement conclure qu’aucun Dieu créateur n’est à l’origine de toutes choses. De plus, nos théories fonctionnent sans avoir recours à une cause externe, en l’occurrence “Dieu”. L’Univers, avec tout ce qu’il contient, ne serait rien de plus que le produit du hasard, merveilleusement organisé par sélection naturelle et par processus évolutif.   

 

Précisons que les théories et les analyses de ces soi-disant découvertes ne reposent sur aucune base expérimentale pouvant être reproduites en laboratoire contrairement à la Science avec un grand S. Et pour cause, leurs théories et analyses ne sont que le résultat d’un préjugé athée qui exclut de facto l’idée d’un Dieu Créateur.

Nous aurons donc ici recours à la Science avec un grand S. Celle qui peut élaborer des théories à partir d’observations réelles qui peuvent être testées et reproduites en laboratoire.

Dans son sens premier, la Science, avec un grand S (du latin scientia, « connaissance », « savoir ») peut s’entendre comme la somme des connaissances acquises par l’Humanité. Cette Science a donc pour objet de comprendre et d’expliquer le monde et ses phénomènes au départ de cette connaissance acquise que Dieu peut parfaire.

Là où la vraie Science rencontre la foi

Allan Rex Sandage est le plus grand cosmologiste d’observation du monde. Peu de scientifiques sont aussi respectés que cet ancien protégé du légendaire astronome Edwin Hubble. Sandage a reçu des honneurs aussi prestigieux que divers, comme ceux décernés par la société américaine d’astronomie, la société suisse de physique, la société royale d’astronomie et l’Académie suédoise des sciences. Le New York Times l’a surnommé le grand homme de la cosmologie. Beaucoup croyaient sans l’ombre d’un doute qu’un scientifique de sa stature devait probablement être sceptique à propos de Dieu. Mais Sandage, lors d’une conférence sur la science et la religion, en 1995 à Dallas, surpris tous les participants en prenant place du côté des théistes. Encore plus surprenant dans ce contexte de conférence au sujet du big-bang et de ses implications philosophiques, il révéla publiquement qu’il avait décidé de devenir chrétien à l’âge de 50 ans.

Il dit à l’auditoire, captivé par ses paroles, que le big-bang était un événement surnaturel qui ne pouvait pas s’expliquer dans les limites de la physique telle que nous la connaissons. La science nous a entraîné jusqu’au premier événement (le Big Bang), mais elle ne peut pas nous amener jusqu’à la PREMIÈRE CAUSE. L’émergence soudaine de la matière, de l’espace, du temps et de l’énergie nous oblige à considérer la réalité d’une certaine transcendance. « C’est ma science qui m’a conduit à la conclusion que le monde est beaucoup plus complexe que ce que la science peut bien expliquer, dira-t-il plus tard à un journaliste. Je ne peux comprendre le mystère de l’existence qu’au moyen du surnaturel. »

Après lui, l’éminent astrophysicien de Harvard, Owen Gingerich, parvint aux mêmes conclusions que son prédécesseur à la tribune, affirmant que « c’est avec une vision théiste du monde que s’accordait le mieux le big-bang. »

Puis vint une session sur les origines de la vie à laquelle participaient Dean Kenyon, un biophysicien de l’université d’État de San Francisco, coauteur d’un livre qui avait fait date et qui affirmait que l’émergence de la vie avait été « biochimiquement prédestinée ». Cela semblait être l’explication la plus prometteuse de l’énigme de la première cellule vivante et de la manière dont elle avait pu s’assembler elle-même à partir de la matière sans vie. À la grande surprise de tous, il réfuta publiquement les conclusions de son propre livre, déclarant qu’il était devenu très critique envers toutes les théories naturalistes des origines. À cause de l’immense complexité moléculaire de la cellule et des propriétés porteuses d’information de l’ADN, Kenyon croyait désormais que tout indiquait l’existence d’un Concepteur à l’origine de la vie.

Au lieu d’un conflit entre la science et la religion, on entendit des spécialistes du plus haut niveau dire qu’ils étaient théistes et non pas en dépit de la science mais à cause d’elle. Comme le dit Sandage, « de nombreux scientifiques sont maintenant conduits à la foi au moyen de leurs propres travaux scientifiques ».

Quelques citations
des plus grands savants contemporains

Ces citations sont capitales car elles prouvent l’intensité du questionnement métaphysique suscité chez ces savants par les découvertes les plus récentes et elles montrent également à quel point les schémas mentaux anciens de la pensée matérialiste sont aujourd’hui totalement absurdes.

 

Alexander Vilenkin, professeur de physique théorique à l’université Tufts, directeur de l’Institut de cosmologie, à propos de son théorème démontrant la nécessité d’un commencement absolu à l’Univers : 

« On dit qu’un argument est ce qui convainc les hommes raisonnables, et qu’une preuve est ce qu’il faut déployer comme effort pour convaincre même un homme déraisonnable. Avec la preuve maintenant établie, les cosmologistes ne peuvent désormais plus se cacher derrière la possibilité d’un Univers éternel dans le passé. Il n’y a pas d’issue de secours, ils doivent faire face aux problèmes d’un commencement cosmique.»

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-1-tier.png?w=750&ssl=1

Alfred Kastler, prix Nobel de physique 1966, inventeur du laser :

« L’idée que le monde, l’Univers matériel, s’est créé tout seul me paraît absurde ; je ne conçois pas le monde sans un créateur, donc un Dieu. Pour un physicien, un seul atome est si compliqué, si riche d’intelligence, que l’Univers matérialiste n’a pas de sens. Il n’y a aucun espoir d’expliquer l’avènement de la vie par le hasard.»

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-demi--1-.png?w=750&ssl=1

Robert W. Wilson, radioastronome qui découvrit le rayonnement cosmologique, prix Nobel 1978 :

« Certainement, il y a eu quelque chose qui a réglé tout cela. À mon sens, si vous êtes religieux, selon la tradition judéo-chrétienne, il n’existe pas de meilleure théorie de l’origine de l’Univers qui puisse correspondre à ce point à la Genèse.»

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-1-tier.png?w=750&ssl=1

Carlo Rubbia, professeur de physique à Harvard, Directeur du CERN, spécialiste de la physique des particules, prix Nobel 1984 :

« Parler de l’origine du monde nous amène inévitablement à penser à la création et, en regardant la nature, nous découvrons qu’il y a un ordre trop précis qui ne peut pas être le résultat d’un « hasard.»

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-demi--1-.png?w=750&ssl=1

Max Planck, un des fondateurs de la mécanique quantique, prix Nobel de physique 1918, découvreur de la structure quantique du rayonnement :

« Une réalité métaphysique se tient à l’horizon du réel expérimental. Toute personne s’intéressant sérieusement à la science, quel que soit le domaine d’étude, lira les inscriptions suivantes sur la porte du temple de la connaissance : « Crois ». La foi est une caractéristique dont ne peut se passer un scientifique. Toute la matière trouve son origine et existe seulement en vertu d’une Force. Nous devons supposer derrière cette Force l’existence d’un Esprit Conscient et Intelligent.»

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-demi--1-.png?w=750&ssl=1

Albert Einstein : « L’idée que l’ordre et la précision de l’univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle est aussi peu crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient par terre dans l’ordre du dictionnaire ! » 

https://i0.wp.com/static.blog4ever.com/2009/10/361791/barre-demi--1-.png?w=750&ssl=1

Toutes les disciplines scientifiques modernes pointent désormais implacablement vers l’évidence totale de Dieu. La Science a même découvert que Dieu a bel et bien laisser Intentionnellement dans tous les éléments de sa création jusqu’aux particules subatomiques et aux  nanoparticules sa propre

Chaque créateur a son logo ou sa signature pour qu’on
reconnaisse leur propre marque. 

Il en est de même dans la création.
En effet, dans tous les éléments, de l’infiniment grand
à l’infiniment petit, on y découvre la Marque
ou la Signature du Créateur !

Cette extraordinaire Signature Divine se retrouve dans tous les éléments de la création. La Science de l’univers (cosmologie, astrophysique, astronomie, etc.) nous informe que la création a été réglée avec une précision absolument inouïe, prodigieuse, phénoménale voire même vertigineuse et qu’il est impensable que cela soit dû au hasard. Il doit forcément y avoir un Être Tout-Puissant, appelez-Le comme vous voulez dit cette Science, le hasard est totalement exclu de la création !

Vous l’aurez compris, il s’agit des réglages des Constantes Fondamentales de l’univers qui fait que, sans ces réglages infiniment « fin », ni l’univers et ni la vie n’auraient pu apparaître ! L’existence d’une causalité transcendante est donc incontestablement à l’origine de l’univers.

Trinh Xuan Thuan, cet astrophysicien connu pour ses recherches sur la formation des galaxies,  a calculé que la probabilité pour que ces constantes donnent la vie est comparable à la précision qu’il faut à un archer pour planter une flèche dans une cible carrée d’un centimètre de côté qui serait placée de l’autre côté de l’Univers, à 15 milliards d’années-lumière ! 

Nous aborderons plus loin les points particuliers de ces mystérieuses constantes fondamentales de l’univers qui constituent du même coup les lois universelles de la Nature. En attendant, arrêtons-nous sur la Signature de Dieu dans Sa Création.

A suivre…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :