Méditation sur la Magnificence de Dieu – 3ème partie de 3

Nous avons été surpris par les réglages de la Terre,
nous allons être sidérés par ceux de l’Univers !

Comme le Parthénon sur ses colonnes, l’Univers repose sur une vingtaine de nombres, et même une dizaine de plus si l’on voulait être exhaustif.

Présentation de quelques constantes :

Ce qui veut dire que la constante s’écrit 0, suivi de la virgule, puis 122 zéros… jusqu’à ce que l’on trouve enfin un chiffre non nul au 123e rang. Ce nombre est extraordinairement petit ! Et le mystère apparaît lorsque l’on tente de l’expliquer. « Nous voudrions que ce nombre émerge des lois de la physique, mais jusqu’ici personne n’a trouvé un moyen de le faire. » ( Brian Greene )

  « Les lois de la nature ne sont rien d’autre  
que la pensée mathématique de Dieu. » 

Euclide (300 av. J.-C.)

Autrement dit, la constante réglant la courbure de notre Univers n’a qu’une chance sur un milliard de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de tomber juste sur la bonne valeur par le simple jeu du hasard.

 

Que veut dire 122 décimales après le zéro ?

Pour s’en rendre compte : pour compter en prononçant un nombre chaque seconde jusqu’à 1 milliard, il faut plus de 30 ans jour et nuit non-stop.

1 milliard c’est déjà un chiffre colossal, mais pour compter jusqu’à 1 milliard de milliards, il faut 2 fois l’âge de l’Univers, c-à-d 13,8 milliards d’années X 2 = 27, 6 milliards d’années.

Et pour compter jusqu’à 1 milliard de milliards de milliards, il faut deux milliards de fois l’âge de l’univers, c-à-d : 2.000.000.000 X 13.800.000.000 = 27.600.000.000.000.000.000 d’années, c-à-d : 27.600 millions de milliards d’années !!! 

Et nous ne sommes qu’à la 27e décimale de la Constante Cosmologique… alors qu’elle en comporte 122 après la virgule, avant que l’on trouve enfin un chiffre non nul au 123e rang !!!

Ce qui fait dire à certains mathématiciens qu’il y a autant de chances de voir apparaître au hasard cette valeur-là que d’assister de façon tout aussi fortuite à l’assemblage d’un Boeing 747 à partir d’éléments métalliques éparpillés dans la nature.

Nous n’allons pas allonger la démonstration incroyablement précise de tous les réglages des Constantes Fondamentales de l’Univers, la description de la Constante Cosmologique suffit à elle-même pour se rendre compte de la Toute-Puissance Divine ! 

Pour nous, qui croyons en Dieu, nous n’avons pas besoin de toutes ces preuves pour savoir que RIEN n’est dû au hasard et que Dieu Notre Père est l’Auteur de toutes choses. Cependant, il est parfois bon de s’émerveiller de la Splendeur et de la Magnificence Divine comme le roi David le faisait en son temps : 

« Que tout mon être loue l’Eternel ! O Eternel, mon Dieu, que tu es Grand ! Tu es revêtu de Splendeur, et de Magnificence » (Ps 104, 1)

« C’est moi qui ai fait la terre et qui ai, sur elle, créé l’humanité ; c’est moi, ce sont mes mains qui ont tendu les cieux et à toute leur armée je donne des ordres. » (Is 45, 12)

Au commencement,
Dieu créa les cieux et la terre

(Genèse 1, 1) 

C’est par Lui, Notre Seigneur Jésus-Christ,
le Verbe Incarné,
que Dieu le Père a créé toutes choses !

Pouvons-nous nous imaginer un seul instant que Cet Homme, qui cheminait avec les apôtres, est celui qui a créé l’univers et l’a réglé avec une précision qui dépasse l’entendement ?!

Pouvons-nous concevoir la perplexité des chefs de la Synagogue lorsqu’ils entendirent Cet Homme qui marchait au milieu du peuple, leur déclarer en pleine face, qu’il EST DIEU, et plus précisément, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob, le Dieu qui se manifestât à Moïse dans le buisson ardent !

« Si vous ne croyez pas que Moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés… Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous saurez que Moi, JE SUIS En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham existât, JE SUIS. » « MOI ET LE PÈRE NOUS SOMMES UN » (Cf. Jn 8, 21-58 & 10, 30). 

« Les Juifs lui répondirent : « Ce n’est pas pour une belle œuvre que nous voulons te lapider, mais pour un blasphème, parce que toi qui es un homme tu te fais Dieu. » (Jn 10, 33)  

En effet, Notre Seigneur faisait référence au passage écrit en Exode 3 :

 « JE SUIS LE DIEU de ton père, LE DIEU d’Abraham, LE DIEU d’Isaac, LE DIEU de Jacob… JE SUIS CELUI QUI SUIS. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle « JE SUIS » m’a envoyé vers vous. » (Exode 3, 6 &14) 

Par leurs propres travaux, ces scientifiques sont maintenant convaincus de l’existence d’un Dieu ayant créé toutes choses et que RIEN n’est le fruit du hasard. Il ne leur reste plus qu’à reconnaître en ce Dieu la Personne même de Jésus-Christ par qui « TOUT A ÉTÉ CRÉÉ ».

« O profondeur de la richesse, de la sagesse
et de la science de Dieu ! »

(Rm 11, 33)

« Que tes œuvres sont en grandes, ô Eternel !
Que tes pensées sont profondes ! »

(Ps 92,6)

 

Pour celles et ceux qui voudraient prolonger 
leurs réflexions sur la création.

vidéos des regrettés frères Bogdanov
sur la création et Dieu.

Les Bogdanov avaient une très belle manière de populariser la Science et de la mettre à notre portée. Ils étaient aimables et extrêmement intelligents, leur originalité en faisait des personnages uniques. Merci à vous messieurs…

 

L’évidence de l’existence de l’Auteur
de la création est claire

2019

Preuve de l’existence de Dieu

2012

Le Code Secret de l’Univers

2015

Le 6 Décembre 2021, les frères Bogdanov étaient les invités de l’émission « Dans le rétro ». En les recevant ce jour-là, Déborah Grunwald ne pensait pas que cet entretien serait leur dernière interview à la radio.

 

Un des nombreux livres
des frères Bogdanov (pdf)

« Dieu ne joue pas aux dés !»

Ce 29 octobre 1927, sous les boiseries de l’hôtel Métropole à Bruxelles, la fameuse formule est lancée. Celui qui a osé défier les plus grands savants du monde réunis en congrès ce jour là n’est autre qu’Albert Einstein, le père de la théorie de la relativité. Pour lui, la nature n’obéit pas au hasard.

Face à lui, un autre savant, Niels Bohr, le fondateur de la physique de l’infiniment petit, est convaincu du contraire. Et il lui répond sans ménagement : « Cessez de dire à Dieu ce qu’il doit faire ! » A ses yeux, l’insaisissable comportement des particules élémentaires se perd dans le flou du hasard.

Où en est-on aujourd’hui ?

Plus que jamais, le débat fait rage. Pour les uns, l’implacable principe d’incertitude découvert par le jeune Heisenberg à l’âge de 26 ans n’a pas été pris en défaut. Et jamais il ne le sera. A partir de là, la matière – et tout ce qui existe – est la proie du hasard aveugle. Pour les autres au contraire, la réalité repose sur des lois dont l’origine reste énigmatique. Les derniers progrès de la science ne montrent-ils pas que le feu du Big Bang ne s’est pas déclenché par hasard ?

Finalement, qui croire ?

Pour la première fois, on est peut-être en mesure de trancher. Les gigantesques expériences effectuées sur terre – au CERN (avec le L.H.C.) – et dans l’espace (avec le satellite Planck) nous donnent des débuts de réponse.

Serait-ce donc la fin du hasard ?

Source des 3 parties de cet article : Les œuvres grandioses de Dieu – https://www.vie-nouvelle.net/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :