La Sagesse de Dieu vs le libéralisme – Sœur Beghe (2021)

Lundi 9 août 2021

La Sagesse de Dieu vs le libéralisme

Je suis le très Haut, le Tout Puissant, l’Infiniment Sage. L’homme sage tient sa sagesse de Dieu qui la possède à un point inaccessible à l’homme. La Sagesse de Dieu a créé l’univers, les mondes, le monde terrestre et l’univers dans lequel se trouve la terre, et le petit homme sage est tout petit au milieu de cette immensité dominée par la Sagesse divine.

Dans Sa Sagesse, Dieu créa le ciel et la terre, et vinrent en derniers l’homme et la femme. Dieu les couvrit de Sa Sagesse et déposa en eux la grâce sanctifiante qui devait conduire et présider à leur destinée. Il n’en fut rien, et l’homme sage d’aujourd’hui est un homme blessé qui tient de Dieu sa sagesse limitée, mais elle aussi est blessée par la blessure originelle de l’homme et de la femme du premier jour. Il faut donc prier le Saint Esprit afin qu’après le sacrement de confirmation, effusion du Saint Esprit en l’âme du confirmant, l’homme élevé à la grâce puisse recevoir en lui un peu de la Sagesse divine.

La Sagesse est l’apport en l’homme de la connaissance de l’équilibre divin, qui donne quand il faut donner et qui retient quand il faut retenir. La Sagesse est constituée de tous les dons : le savoir, la direction, la gestion, la compréhension, la prévision, la visibilité, l’expérience et la Toute Puissance qui décide, qui permet, qui arrête et qui surveille. La sagesse humaine est faite d’expérience mais surtout de la lumière du Saint Esprit qui éclaire le jugement et le raisonnement humains. L’expérience est humaine tandis que les lumières reçues du Saint Esprit sont le fruit de la grâce des sacrements. La Sagesse dans le gouvernement de la famille par le père et la mère, dans le gouvernement politique des différents niveaux de l’Etat, dans tous les gouvernements de toutes les entités formées par et pour l’humanité, cette sagesse doit se chercher dans la prière et dans la dévotion envers le Saint Esprit.

S’ils prient, les hommes en charge d’autres hommes seront de meilleurs chefs que ceux qui ne prient pas. Et ceux qui s’adonnent aux pouvoirs occultes pour s’élever au-dessus de la mêlée, ceux-là n’obtiennent ni sagesse ni longévité dans leur situation supérieure.

Léon XIII a condamné la doctrine du libéralisme

Toute situation de commandement est donnée par Dieu et si elle n’est pas donnée, elle peut avoir été permise à cause de la Sagesse divine qui permet le mal pour un plus grand bien à venir, encore méconnu des hommes. Le pouvoir athée est un mal et ce mal nous vient de la Révolution française (1789-1799) qui changea le visage de la France et du monde. La monarchie mit quelque temps à disparaître complètement et le sursaut impérial portait en lui les germes du libéralisme naissant qui, se jumelant avec le rejet de Dieu, fit naître la société athée que vous connaissez aujourd’hui et qui est l’empreinte quasi universelle des pays dits développés.

« Ma liberté avant tout, avant celle des autres » : telle est la contradiction dans laquelle se trouvent les anciens pays catholiques et cette mentalité devenue générale a corrompu l’esprit catholique de charité et de recherche du bien commun. L’esprit libéral qui permet tout pour que l’individu ne se sente pas brimé est la source de la dépravation de la société, des lois iniques et de la recherche effrénée des plaisirs. Cette société libérale est voulue par le démon qui s’acharne contre tout ce qui est de Dieu. Le libéralisme sous couvert de bien, la liberté pour chacun, est le contraire de l’ordre et de la liberté des enfants de Dieu. « Moi premier servi » est en opposition à « Dieu premier servi » ; l’égoïsme en opposition à la charité, l’orgueil en opposition à l’humilité, les mœurs liberticides en opposition à la convenance et à la chasteté.

Dans quelle société, Mes enfants, voulez-vous vivre ? Dans celle qui est la vôtre aujourd’hui ou dans celle que Je vous prépare ? Dans celle que Je vous prépare, bien sûr ! Alors, Mes très chers, gardez-vous du mauvais, priez et restez confiants. Quand le mal grandira, gardez confiance ; quand le mal explosera, gardez confiance ; quand le mal se liquéfiera parce qu’il se détruira lui-même, gardez toujours confiance. Le monde est entre Mes mains, Je le laisserai suivre son chemin et tous ceux d’entre vous qui en souffriront, comme ceux d’entre vous qui y survivront, seront récompensés à la manière de Dieu, c’est-à-dire par votre entrée dans le Ciel et le bonheur éperdu dont vous jouirez à jamais.

Soyez heureux de Moi, aimez-Moi ; réjouissez-vous car Mon Heure est proche, elle est déjà là.

Source : https://srbeghe.blog/2021/08/09/la-sagesse-de-dieu-vs-le-liberalisme/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :