L’ironie tragique, de Mark Mallett – 29 juillet 2022

PLUSIEURS Des églises catholiques ont été incendiées et des dizaines d’autres vandalisées au Canada l’an dernier alors que des allégations faisaient surface selon lesquelles des « fosses communes » avaient été découvertes dans d’anciens pensionnats indiens. Il s’agissait d’institutions, établies par le gouvernement canadien et gérées en partie avec l’aide de l’Église, pour « assimiler » les peuples autochtones dans la société occidentale. Il s’avère que les allégations de fosses communes n’ont jamais été prouvées et d’autres preuves suggèrent qu’elles sont manifestement fausses.[1] Ce qui n’est pas faux, c’est que de nombreuses personnes ont été séparées de leur famille, forcées d’abandonner leur langue maternelle et, dans certains cas, maltraitées par ceux qui dirigent les écoles. Ainsi, François s’est envolé pour le Canada cette semaine pour présenter des excuses aux peuples autochtones qui ont été lésés par des membres de l’Église.

Une ironie tragique

C’est un moment de profonde introspection pour l’Église et le pays. Mais malheureusement, c’est aussi un moment d’auto-tromperie profonde. Car alors que le Premier ministre et le Pape déplorent les injustices qui ont eu lieu, ils ignorent complètement les nouvelles injustices qui se produisent sous leur nez – et causées par elles. Et c’est la ségrégation, la persécution et la diffamation continues des personnes qui ont décidé de ne pas être forcées de suivre une thérapie génique expérimentale surnommée un « vaccin contre la COVID ». L’ironie est absolument stupéfiante et tragique. Comment Justin Trudeau, par exemple, peut-il même oser suggérer que les excuses du pape ne vont pas assez loin[2] alors qu’il continue de mener une guerre insensée contre ses compatriotes canadiens qui exercent leur autonomie corporelle légitime ?

Cette semaine seulement, j’ai été contacté par une mère dont le fils athlétique a été exclu d’Équipe Canada parce qu’on ne lui a pas injecté un vaccin COVID dont il n’a pas besoin. La mère, parfaitement consciente que les jeunes sportifs sont hospitalisés et meurent même d’une myocardite dans de nombreux endroits à cause du jab,[3] refuse de mettre son fils en danger alors qu’il a 99,9973% de chances de survivre au virus s’il l’attrape. [4] L’Université de Toronto dit maintenant qu’elle bannira les étudiants du campus cet automne s’ils n’ont pas au moins deux injections.[5] détruisant ainsi les rêves et les opportunités de nombreux jeunes. Un autre ami a écrit cette semaine disant qu’il avait été exclu de son programme de doctorat pour avoir refusé le jab. J’ai été contacté par des infirmières, des médecins, des pilotes et de nombreux autres professionnels – tous qui ont été licenciés pour avoir déclaré qu’ils ne participeraient pas à cette expérience, qui est toujours en cours d’essais sur l’homme avant au moins la fin de 2023.[6] Dans ma propre famille élargie, six d’entre eux ont perdu leur emploi — d’ingénieur de conception à employé du gouvernement, en passant par un installateur de gaz, un technicien d’aéronef, un technologue en TI et un enseignant; la plupart d’entre eux ont la cinquantaine et doivent maintenant recommencer. Et même si j’ai eu la COVID et que j’ai une immunité naturelle, ce qui, selon de nombreuses études,[7] est robuste et durable pendant des années, j’ai été expulsé des restaurants, interdit de théâtre, d’événements sportifs, et même de monter à bord d’un avion, d’un train ou d’un bus pour faire des affaires. Rien de tel ne s’est produit dans cette génération, évoquant les esprits sombres du passé du nettoyage culturel, de l’eugénisme et de la ségrégation.

Enfin, des dizaines de milliers de Canadiens de tous les horizons, de toutes les religions, de toutes les origines et de toutes les races ont élevé la voix l’hiver dernier pour dire que c’en était assez alors qu’ils se tenaient derrière l’un des plus grands convois de camions au monde pour dénoncer les injections forcées et les mandats non scientifiques.[8] En réponse, le même Premier ministre qui pontifie sur la ségrégation et les torts de l’Église, lui-même, a calomnié, vilipendé et utilisé la force brute contre les manifestants pacifiques et légaux – avec l’aide d’un média grand public sans conscience – les qualifiant faussement « d’extrémistes qui ne croient pas en la science / le progrès et qui sont très souvent misogynes et racistes ».[9] Il est allé jusqu’à geler les comptes bancaires (une décision qui a suscité une condamnation internationale) de ceux qui ont fait des dons pour aider les camionneurs avec de la nourriture et du carburant.

Ton dégoûtant et diviseur de @JustinTrudeau. Je suis un Juif d’Europe de l’Est. Ma famille souffrait de haine. Je n’ai pas peur ou ne me concentre pas sur quelques idiots. #ISupportTheTruckers droit des manifestants pacifiques + capacité de gagner leur vie sans prendre de médicaments. Le PM répand la haine. #onpoli#cdnpolipic.twitter.com/rTpeRDoLNg. — Roman Baber, avocat (@Roman_Baber) 31 janvier 2022

Et pourtant, ce Premier ministre a l’audace de se tenir aux côtés du Pape cette semaine et d’appeler à la réconciliation pour le genre même de blessures qu’il est personnellement responsable de recréer. Et bien que j’applaudisse le Saint-Père pour les excuses nécessaires, il y a une blessure béante que l’on ne peut négliger. Et c’est sa déclaration même au début de la « pandémie » qui a maintenant contribué en grande partie à la persécution médicale continue des catholiques, y compris du clergé, partout dans le monde :

Je crois que moralement tout le monde doit prendre le vaccin. C’est le choix moral parce qu’il s’agit de votre vie mais aussi de la vie des autres. Je ne comprends pas pourquoi certains disent cela cela pourrait être un vaccin dangereux. Si les médecins vous présentent cela comme une chose qui ira bien et qui n’a pas de dangers particuliers, pourquoi ne pas le prendre? Il y a un négationnisme suicidaire que je ne saurais pas expliquer, mais aujourd’hui, les gens doivent prendre le vaccin. —PAPE FRANÇOIS, interview pour l’émission d’information italienne TG5, 19 janvier 2021; ncronline.com

Ce jeune athlète qui voulait se joindre à Équipe Canada? Ils ont ignoré son plaidoyer pour une exemption religieuse en déclarant que « le pape a dit que vous devez le prendre ». Cette histoire a été répétée des dizaines de milliers de fois – et j’ai reçu les lettres et les larmes de beaucoup de ceux qui ont été victimes de cette discrimination disant que les paroles du Pape ont pratiquement mis fin à leur carrière, anéanti leurs espoirs et brisé leurs rêves. Ce qui rend cette ironie encore plus amère, c’est que les propres paroles du Pape contredisent en fait le document officiel de l’Église qui dit clairement :

… la raison pratique montre clairement que la vaccination n’est pas, en règle générale, une obligation morale et que, par conséquent, elle doit être volontaire. — « Note sur la moralité de l’utilisation de certains vaccins anti-Covid-19 », n. 6 ; vatican.va; cf. Pas une obligation morale et lettre ouverte aux évêques catholiques

Nouvelles blessures

Bien sûr, nous avons su presque immédiatement qu’il s’agissait de l’un des déploiements de médicaments les plus imprudents de l’histoire, chargé de « dangers spéciaux » – du moins ceux d’entre nous qui suivaient la science. Rien qu’au cours des deux dernières semaines, l’Europe a ajouté 58 000 autres signalements de blessures par le jab à sa base de données.[10] pour un total de plus de 4,6 millions de blessés et près de 47 000 morts à ce jour.[11] Plus tôt ce mois-ci, une étude suédoise a révélé que le jab de Pfizer peut en effet altérer le génome humain, ce qui signifie un changement dans l’ADN et celui des générations futures.

Le vaccin de Pfizer, en effet, transcrit et installe l’ADN dans le génome humain… La découverte que le code se trouve dans le noyau de la cellule somatique humaine quelques heures après l’exposition ouvre de nouvelles révélations concernant le changement permanent, le passage à la progéniture, et plus encore. —Dr Peter McCullough, MD, MPH; cf. twitter.com

Comme l’a dit Christine Anderson, membre du Parlement européen :

Cette campagne de vaccination – elle restera comme le plus grand scandale de l’histoire de la médecine. Et de plus, il sera connu comme le plus grand crime jamais commis sur l’humanité. —posté sur Twitter

Néanmoins, le premier ministre Justin Trudeau et le pape ont tous deux une main directe dans le fait que les gens soient forcés de choisir entre leur carrière ou qui nuisent peut-être à leur santé pour une thérapie génique qui n’arrête pas la transmission du virus, n’empêche pas de l’attraper, ni d’empêcher l’injecté de tomber malade.[12] Les nouvelles divisions que cela a provoquées dans la société, dans les familles et les relations sont dévastatrices; la stigmatisation des « non-vaccinés » est horrible; et la persécution qui a entraîné des pertes d’emplois, la misère et le désespoir ne fait que commencer alors que les gouvernements, à bord de la « Grande Réinitialisation », ont l’intention de forcer absolument tout le monde, y compris les bébés,[13] à injecter dorénavant. Quelle ironie que, tout comme nous avons forcé les enfants de leur foyer à entrer dans des pensionnats, nous forçons maintenant les enfants à entrer dans des cliniques d’inoculation, de même, contre leur volonté et, déjà, au détriment et même à la mort de beaucoup.[14] Et avec quatre analyses indépendantes de la base de données du gouvernement américain tenant compte de la sous-déclaration, on pense que des centaines de milliers de personnes ont été tuées par les injections.[15] Quelle ironie, alors, que le pape ait utilisé le mot « génocide » pour décrire ce qui s’est passé dans les pensionnats indiens.[16] tout en approuvant ces médicaments expérimentaux.

Les excuses aux Autochtones, aussi nécessaires soient-elles, non seulement sonnent creux à l’époque, mais constituent un acte d’accusation contre ces mêmes dirigeants qui ont fermé les yeux sur les nouvelles discriminations qu’ils ont directement contribué à causer. Il est concevable qu’à l’avenir, un autre pape s’excuse pour les blessures causées par nos bergers d’aujourd’hui qui ont accompagné la plus grande expérience jamais entreprise sur l’humanité.

— Mark Mallett est un ancien journaliste primé de CTV News Edmonton et est maintenant un écrivain et un présentateur Web indépendant.

Traduction automatique

Source : L’ironie tragique – The Now Word (markmallett.com)

Lecture connexe

Lecture connexe

Chers bergers… Où êtes-vous?

Lettre ouverte aux évêques catholiques

François et le Grand Naufrage

Notes
↑1cf. nationalpost.com;
↑2Trudeau blâme presque entièrement l’Église catholique pour les pensionnats indiens, ce qui est une déformation complète des faits historiques : voir ici
↑3cf. Statistiques myo/péricardite : openvaers.com/covid-data/myo-pericarditis
↑4Voici les statistiques stratifiées par âge du taux de létalité par infection (IFR) pour la maladie COVID-19, récemment compilées par John I. A. Ioannides, l’un des biostatisticiens les plus prestigieux au monde.0-19 : 0,0027 % (ou un taux de survie de 99,9973 %)
20-29 ,014 % (ou un taux de survie de 99,986 %)
30-39,031 % (ou un taux de survie de 99,969 %)
40-49,082 % (ou un taux de survie de 99,918 %)
50-59 ,27 % (ou un taux de survie de 99,73 %)
60-69,59 % (ou un taux de survie de 99,41 %)https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.07.08.21260210v1
↑5utoronto.ca
↑6clinicaltrials.gov
↑7brownstone.org
↑8cf. Urgence nationale? et La dernière position
↑9cf. Trudeau a tort, c’est tout faux
↑10Eudravigilance; cf. Les Péages
↑11Remarque: ce bilan ne tient pas compte de la sous-déclaration, dont une étude de Harvard a conclu qu’elle pourrait atteindre 99% avec la base de données américaine VAERS: « Les événements indésirables liés aux médicaments et aux vaccins sont courants, mais sous-déclarés. Bien que 25% des patients ambulatoires subissent un événement médicamenteux indésirable, moins de 0,3% de tous les événements indésirables liés au médicament et 1 à 13% des événements graves sont signalés à la Food and Drug Administration (FDA). De même, moins de 1 % des effets indésirables du vaccin sont signalés. —« Electronic Support for Public Health–Vaccine Adverse Event Reporting System (ESP:VAERS) », 1er décembre 2007 – 30 septembre 2010
↑12cf. Qui sont les vrais super-propagateurs ? et la roulette russe
↑13cbc.ca
↑14cf. Les Péages
↑15voir Les péages
↑16cbc.ca

Un avis sur « L’ironie tragique, de Mark Mallett – 29 juillet 2022 »

  1. Je trouve malheureux que notre Pape François se laisse complètement emmené et je trouve que la situation du Canada est complètement catastrophique puisque tout de la famille ou du moins une partie de ce que Marck connaissent, ont perdu leurs emplois.
    Maintenant si je m’adresse à un prêtre d’aujourd’hui nul doute qu’il me dira qu’il faut d’abord écouter le pape c’est-à-dire la plus haute fonction de l’Eglise.
    Je n’ai jamais accepté l’injection expérimentale mais malheureusement ma fille est tombée dedans pendant plusieurs mois elle se plainte de problème cardiaque alors que on ne voyait absolument rien sur le monitoring !
    Elle souffre déjà de schizoaffectivité avec prise de médicaments…. C’est une très grande personne point de vue âge elle a donc cette responsabilité vis-à-vis d’elle-même.
    Je fais partie d’un petit groupe de prière qui s’agrandit de plus en plus et bien personne n’est absolument personne n’est injecté.
    Je pense que par le biais de ce forcing médical, on veut absolument faire de nous des moutons de Panurge qui obéissent aveuglement à des lois et bientôt au Nouvel Ordre Mondial.
    Mais allée dire cela dans la rue on ne vous croira pas!
    Ma nièce m’a dit que c’était dangereux parce que je pouvais être asymptomatique et procurer le virus à d’autres mais voilà il n’y a aucun virus je n’ai jamais rien eu j’ai d’autres problèmes de santé qui n’ont absolument rien à voir avec ça.
    Ayant un bloc de branche suivant l’expression médicale et un souffle au cœur je ne vois pas pourquoi je risquerais encore davantage la même chose pour tous les gens qui ont une pathologie quelconque.
    Je n’ai jamais compris pourquoi les gens se jettent avec plein de confiance sans se poser le moindre question alors que certains ont carrément été très malades, pas au point d’etre hospitalisés, non pas du tout…. Mais je constate que malheureusement même nos prêtres nous disent de nous faire injecter j’ai d’ailleurs eu le cas lors d’une relation particulière en confession par un prêtre qui me rapprochait de ne pas être passé par la case piqûre.
    Je pense à tous et malheureux étudiants qui sont rejetés ou tous ceux qui perdent leur emploi c’est quand même malheureux.
    J’habite la Belgique ce qui n’est pas la France et donc ici nous avons encore une paire relative maintenant avec la variole du sage en tout le monde parle ça c’est encore une autre paire de manches mais de toute façon si l’on n’a pas confiance en Dieu c’est peut-être nous qui devrons évangéliser nos pasteurs si ça continue car nous avons besoin de vrai prêtres,de vrais pasteurs et non pas de discours non plus finir sur l’accueil des peuples cela ne sert absolument à rien même une  » synodalite » dans l’esprit de mélanger les protestants et les catholiques ça ne va pas non plus pourquoi personne n’écoute ce que le Christ a réellement dit ?
    La question reste encore posée pour beaucoup et pour certains.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :