1 200 scientifiques et universitaires déclarent : « Il n’y a pas d’urgence climatique »

Un groupe de près de 1200 des plus grands scientifiques et universitaires du monde a signé un document déclarant qu' »il n’y a pas d’urgence climatique ».

Le groupe, dirigé par un lauréat du prix Nobel, a signé la déclaration selon laquelle la science du climat est davantage fondée sur des croyances personnelles et 

des agendas politiques que sur des faits scientifiques rigoureux.

La Déclaration mondiale sur le climat (WCD. Ndt) avertit que la science du climat « devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques ».

« Les scientifiques devraient aborder ouvertement les incertitudes et les exagérations dans leurs prédictions du réchauffement climatique, tandis que les politiciens devraient compter de manière impartiale les coûts réels ainsi que les avantages imaginaires de leurs mesures politiques », peut-on lire dans la déclaration.

Selon un rapport de WND, la déclaration a été organisée par Climate Intelligence.

L’organisation est une fondation politique indépendante fondée en 2019 par le professeur émérite néerlandais de géophysique Guus Berkhout et le journaliste scientifique néerlandais Marcel Crok.

Richard Lindzen

Le site Web britannique The Daily Skeptic a rapporté que l’un des principaux auteurs de la déclaration, le physicien de l’atmosphère Richard Lindzen, a qualifié le récit climatique actuel d' »absurde ».

Cependant, la propagande incessante d’universitaires dépendants de subventions et de journalistes motivés par l’agenda a généré un récit largement accepté selon lequel la science est « établie ».

« Nous devrions nous libérer de la croyance naïve en des modèles climatiques immatures », déclare la WCD.

« A l’avenir, la recherche sur le climat devra accorder beaucoup plus d’importance à la science empirique. »

La semaine dernière, le président démocrate Joe Biden a signé la radicale « Inflation Reduction Act ».

Le projet de loi dépense 368 milliards de dollars d’argent des contribuables pour l’énergie « verte » dans le but de réduire les émissions de CO2 de 40% d’ici 2030.

Alors que Biden était vice-président sous Barack Obama, l’administration subventionnait l’énergie « verte » avec des subventions fédérales et des allégements fiscaux.

Les tubes solaires Soyndra

En 2009, Biden lui-même a annoncé une garantie de prêt de 535 millions de dollars pour la société de panneaux solaires Solyndra pour accompagner 700 millions de dollars de financement en capital-risque.

Biden a déclaré que la centrale construite avec cet argent alimenterait plus d’un demi-million de foyers. Mais deux ans plus tard, la société a déposé son bilan et a cessé ses activités.

La Déclaration mondiale sur le climat souligne que, depuis la sortie du petit âge glaciaire au milieu du XIXe siècle, le monde s’est réchauffé beaucoup moins que ce que prévoient les modèles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies.

« Le fossé entre le monde réel et le monde modélisé nous indique que nous sommes loin de comprendre le changement climatique », déclare la WCD.

La déclaration soutient que le climat de la Terre a varié, avec des périodes froides et chaudes, depuis que la planète existe, et il n’est « pas surprenant que nous connaissions une période de réchauffement ».

Les modèles climatiques « ne sont pas du tout plausibles en tant qu’outils de politique mondiale », ignorant, par exemple, les avantages du dioxyde de carbone, qui « n’est pas un polluant ».

« Il est essentiel à toute vie sur Terre », indique la déclaration.

« La photosynthèse est une bénédiction. Plus de CO2 est bénéfique pour la nature, verdissant la Terre ; le CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale.

« C’est aussi bon pour l’agriculture, augmentant le rendement des cultures dans le monde entier. »

Il n’y a aucune preuve statistique, disent les signataires, « que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses et les catastrophes naturelles similaires, ou les rend plus fréquents ». « Il n’y a pas d’urgence climatique ».

« Nous nous opposons fermement à la politique nocive et irréaliste de zéro CO2 proposée pour 2050. »

Steven Koonin

L’année dernière, Steven Koonin, sous-secrétaire d’État aux sciences de l’administration Obama, a publié un livre intitulé « Unsettled » dans lequel il affirme que « la science est insuffisante pour faire des projections utiles sur la façon dont le climat changera au cours des prochaines décennies, et encore moins sur les mesures à prendre. »

L’idée que le changement climatique est établi rabaisse et refroidit l’entreprise scientifique, a-t-il soutenu, « retardant ainsi ses progrès dans ces questions importantes ». 

En 2020, l’activiste vert de longue date Michael Shellenberger a écrit un livre intitulé « Apocalypse Never ». Dans le livre, Shellenberger déplore que la discussion sur le changement climatique soit « devenue incontrôlable ».

Source : https://slaynews.com/news/1200-scientists-scholars-declare-no-climate-emergency/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :