Le « Je t’aime » de la Création, de Mark Mallett – 15 août 2022

LA NUIT NOIRE

« OÙ est Dieu ? Pourquoi est-il si silencieux ? Où est-il? » Presque chaque personne, à un moment donné de sa vie, prononce ces mots. Nous le faisons le plus souvent dans la souffrance, la maladie, la solitude, les épreuves intenses, et probablement le plus souvent, dans la sécheresse dans nos vies spirituelles. Pourtant, nous devons vraiment répondre à ces questions par une question rhétorique honnête : « Où Dieu peut-il aller ? » Il est toujours présent, toujours là, toujours avec et parmi nous – même si le sens de Sa présence est intangible. D’une certaine manière, Dieu est simplement et presque toujours déguisé.

Et ce déguisement est la création elle-même. Non, Dieu n’est pas la fleur, pas la montagne, pas la rivière comme le prétendraient les panthéistes. Au contraire, la Sagesse, la Providence et l’Amour de Dieu sont exprimés dans Ses œuvres.

Maintenant, si, par joie dans la beauté [le feu, ou le vent, ou l’air rapide, ou le cercle des étoiles, ou la grande eau, ou le soleil et la lune] ils les pensaient des dieux, faites-leur savoir à quel point le Seigneur est plus excellent que ceux-ci; car la source originelle de la beauté les a façonnés… (Sagesse 13:1)

Et encore :

Depuis la création du monde, ses attributs invisibles de puissance éternelle et de divinité ont pu être compris et perçus dans ce qu’il a fait. (Romains 1:20)

Il n’y a peut-être pas de plus grand signe de constance de l’amour, de la miséricorde, de la providence, de la bonté et de la grâce de Dieu que notre Soleil solaire. Un jour, la Servante de Dieu Luisa Piccarreta réfléchissait à ce corps cosmique qui donne vie à la terre et à toutes ses créatures :

Je pensais à la façon dont toutes les choses tournent autour du Soleil : la terre, nous-mêmes, toutes les créatures, la mer, les plantes – en somme, tout ; nous tournons tous autour du Soleil. Et parce que nous tournons autour du Soleil, nous sommes illuminés et nous recevons sa chaleur. Ainsi, il déverse ses rayons brûlants sur tous, et en tournant autour de lui, nous et toute la création jouissons de sa lumière et recevons une partie des effets et des biens que le Soleil contient. Maintenant, combien d’êtres ne tournent pas autour du Soleil Divin ? Tout le monde le fait : tous les anges, les saints, les hommes et toutes les choses créées ; même la Reine Mama – n’a-t-elle peut-être pas le premier tour, dans lequel, tournant rapidement autour d’elle, elle absorbe tous les reflets du Soleil Éternel ? Maintenant, pendant que je pensais à cela, mon Divin Jésus s’est déplacé dans mon intérieur, et me serrant tout à Lui, m’a dit:

Ma fille, c’était exactement le but pour lequel j’ai créé l’homme : qu’il tourne toujours autour de Moi, et moi, étant au centre de sa rotation comme un soleil, je devais refléter en lui ma Lumière, mon Amour, ma Ressemblance et tout mon bonheur. À chaque tour de lui, je devais lui donner toujours de nouveaux contentements, une nouvelle beauté, des flèches brûlantes. Avant que l’homme ne pèche, ma Divinité n’était pas cachée, parce qu’en tournant autour de Moi, il était mon reflet, et donc il était la petite Lumière. Donc, il était comme naturel que, étant le grand Soleil, la petite lumière puisse recevoir les reflets de ma Lumière. Mais, dès qu’il a péché, il a cessé de tourner autour de Moi ; sa petite lumière est devenue sombre, il est devenu aveugle et a perdu la lumière pour pouvoir voir ma Divinité dans sa chair mortelle, autant qu’une créature en est capable. (14 septembre 1923; Vol. 16)

Bien sûr, on peut en dire plus sur le retour à notre condition primordiale, pour « Vivre dans la Volonté Divine », etc. Mais le but actuel est de dire… levez les yeux. Voyez comment le Soleil est impartial; comment il donne ses rayons vivifiants à chaque personne sur la planète, bonne et mauvaise. Il se lève fidèlement chaque matin, comme pour annoncer que tous les péchés, toutes les guerres, tous les dysfonctionnements de l’humanité ne suffisent pas à dissuader son cours.

L’amour inébranlable de l’Éternel ne cesse jamais ; ses miséricordes ne s’arrêtent jamais; ils sont nouveaux tous les matins; grande est votre fidélité. (Lamentations 3:22-23)

Bien sûr, vous pouvez vous cacher du Soleil. Vous pouvez vous retirer dans les ténèbres du péché. Mais le Soleil reste néanmoins, brûlant, fixé sur son cours, déterminé à vous donner sa Vie – si vous ne cherchiez pas l’ombre d’autres dieux à la place.

Au moment où je vous écris, la lumière du soleil pénètre dans mon bureau. À chaque rayon, Dieu dit : Je t’aime. Avec sa chaleur, c’est Dieu qui dit que je t’embrasse. Avec sa lumière, c’est Dieu qui dit que je suis présent à vous. Et je suis si heureux parce que, ne méritant pas cet amour, il est offert de toute façon – comme le Soleil, déversant sans relâche sa vie et sa puissance. Et il en est de même pour le reste de la création.

Ma fille, place ta tête sur mon Cœur et repose-toi, car tu es très fatiguée. Ensuite, nous nous promènerons ensemble afin de vous montrer mon « Je t’aime », réparti sur toute la création pour vous. … Regardez le Ciel bleu: il n’y a pas un seul point sans le sceau de mon « Je t’aime » pour la créature. Chaque étoile et le scintillement qui forme sa couronne, est parsemé de mon « Je t’aime ». Chaque rayon de soleil, s’étendant vers la terre pour apporter la Lumière, et chaque goutte de Lumière, portent mon « Je t’aime ». Et puisque la Lumière envahit la terre, et que l’homme la voit, et marche dessus, mon « je t’aime » l’atteint dans ses yeux, dans sa bouche, dans ses mains, et se couche sous ses pieds. Le murmure de la mer murmure : « Je t’aime, je t’aime, je t’aime », et les gouttes d’eau sont autant de clés qui, murmurant entre elles, forment les plus belles harmonies de mon infini « je t’aime ». Les plantes, les feuilles, les fleurs, les fruits, ont mon « je t’aime » imprimé en eux. Toute la Création apporte à l’homme mon « Je t’aime » répété. Et l’homme – combien de mes « je t’aime » n’a-t-il pas impressionné dans tout son être ? Ses pensées sont scellées par mon « je t’aime » ; le battement de son cœur, qui bat dans sa poitrine avec ce mystérieux « Tic, tic, tic… », est mon « je t’aime », jamais interrompu, qui lui dit: « Je t’aime, je t’aime, je t’aime… » Ses paroles sont suivies de mon « Je t’aime »; ses mouvements, ses pas et tout le reste, contiennent mon « je t’aime »… Pourtant, au milieu de tant de vagues d’Amour, il est incapable de se lever pour rendre mon Amour. Quelle ingratitude ! Comme mon Amour reste affligé ! (1er août 1923, vol. 16)

Par conséquent, nous n’avons « aucune excuse », dit saint Paul, p*our prétendre que Dieu n’existe pas ou qu’il nous a abandonnés. Ce serait aussi stupide que de dire que le Soleil ne s’est pas levé aujourd’hui.

En conséquence, ils n’ont aucune excuse; car bien qu’ils connaissaient Dieu, ils ne lui accordaient pas la gloire en tant que Dieu et ne lui rendaient pas grâce. Au lieu de cela, ils sont devenus vains dans leur raisonnement, et leurs esprits insensés ont été obscurcis. (Rm 1,20-21)

Par conséquent, peu importe la souffrance que nous endurons aujourd’hui, peu importe ce que disent nos « sentiments », tournons nos visages vers le Soleil – ou les étoiles, ou l’océan, ou les feuilles vacillant dans le vent … et rendre le « Je t’aime » de Dieu par notre propre « Je t’aime aussi ». Et que ce « je t’aime » sur tes lèvres, si nécessaire, soit le moment de recommencer, de retourner à Dieu ; de larmes de chagrin pour l’avoir quitté, suivies de larmes de paix, sachant qu’il ne vous a jamais quittés.

Traduction automatique

Source : « Je t’aime » de la création – The Now Word (markmallett.com)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :