Les mille ans, de Mark Mallett au 09/12/2022

Les mille ans

Publié pour la première fois le 20 novembre 2017…

Puis j’ai vu un ange descendre du ciel,
tenant dans sa main la clé de l’abîme et une lourde chaîne.
Il s’empara du dragon, l’ancien serpent, qui est le Diable ou Satan, et l’attacha pendant mille ans et le jeta dans l’abîme, qu’il verrouilla dessus et scella,

de sorte qu’il ne pouvait plus
égarer les nations jusqu’à ce que les mille ans soient terminés.
Après cela, il doit être libéré pendant une courte période.

Puis j’ai vu des trônes ; ceux qui s’y asseyaient étaient chargés du jugement.
J’ai aussi vu les âmes de ceux qui avaient été décapités
pour leur témoignage à Jésus et pour la parole de Dieu,
et qui n’avaient pas adoré la bête ou son image
ni accepté sa marque sur leur front ou leurs mains.
Ils sont venus à la vie et ils ont régné avec Christ pendant mille ans.

(Ap 20, 1-4, première lecture de la messe du vendredi)

 

9 décembre 2022

Il n’y a peut-être pas d’Écriture plus largement interprétée, plus vivement contestée et même source de division, que ce passage de l’Apocalypse. Dans l’Église primitive, les convertis juifs croyaient que les « mille ans » se référaient à Jésus revenant littéralement régner sur terre et établir un royaume politique au milieu de banquets charnels et de festivités.[1] Cependant, les Pères de l’Église ont rapidement abandonné cette attente, déclarant qu’il s’agissait d’une hérésie – ce que nous appelons aujourd’hui le millénarisme.[2].

Ceux qui prennent [Apocalypse 20:1-6] littéralement et croient que Jésus viendra régner sur la terre pendant mille ans avant la fin du monde sont appelés millénaristes. —Leo J. Trese, The Faith Explained, p. 153-154, Sinag-Tala Publishers, Inc. (avec le Nihil Obstat et l’Imprimatur)

Ainsi, le Catéchisme de l’Église catholique déclare :

La tromperie de l’Antéchrist commence déjà à prendre forme dans le monde chaque fois que l’on prétend réaliser dans l’histoire cette espérance messianique qui ne peut être réalisée au-delà de l’histoire que par le jugement eschatologique. L’Église a rejeté même les formes modifiées de cette falsification du royaume sous le nom de millénarisme (577), en particulierla forme politique « intrinsèquement perverse » d’un messianisme séculier. — n. 676

La note de bas de page 577 ci-dessus nous amène aux travaux de Denzinger-Schonnmetzer (Enchiridion Symbolorum, definitionum et declarationum de rebus fidei et morum,) quiretrace l’évolution de la doctrine et du dogme dans l’Église catholique depuis ses premiers temps :

… le système du millénarisme atténué, qui enseigne, par exemple, que le Christ Seigneur avant le jugement dernier, précédé ou non par la résurrection de la multitude de justes, viendra visiblement régner sur ce monde. La réponse est : le système du millénarisme atténué ne peut pas être enseigné en toute sécurité. —DS 2269/3839, Décret du Saint-Office, 21 juillet 1944

En résumé, Jésus ne reviendra pas régner sur la terre dans Sa chair.

Mais selon le témoignage d’un siècle de papes et confirmé dans de nombreuses révélations privées approuvées,[3] Jésus vient accomplir les paroles du « Notre Père » en ce que son Royaume, déjà commencé et présent dans l’Église catholique,[4] régnera en effet sur la terre comme au Ciel ».

Il s’ensuit donc que restaurer toutes choses en Christ et ramener les hommes à la soumission à Dieu est un seul et même but. —PAPE SAINT PIE X, E Supremin. 8

Selon saint Jean-Paul II, ce règne à venir de la Divine Volonté à l’intérieur de l’Église est une nouvelle forme de sainteté inconnue jusqu’à présent :[5]

Dieu lui-même avait prévu de réaliser cette sainteté « nouvelle et divine » dont l’Esprit Saint veut enrichir les chrétiens à l’aube du troisième millénaire, afin de « faire du Christ le cœur du monde ». —PAPE JEAN-PAUL II, Discours aux Pères Rogationnistes, n. 6, www.vatican.va

À cet égard, ce sont précisément les tribulations de l’Église dans cette Grande Tempête actuelle que traverse l’humanité qui serviront à purifier l’Épouse du Christ :

Réjouissons-nous, réjouissons-nous et rendons-lui gloire. Car le jour des noces de l’Agneau est venu, Son épouse s’est préparée. Elle a été autorisée à porter un vêtement en lin brillant et propre… afin qu’il puisse se présenter l’Église dans sa splendeur, sans tache ni ride ou quoi que ce soit de ce genre, afin qu’elle soit sainte et sans tache. (Apocalypse 19:7-8, Éphésiens 5:27)

Qu’est-ce que le « mille ans » ?

Aujourd’hui, il y a beaucoup d’opinions sur ce qu’est exactement ce millénaire auquel saint Jean fait référence. Ce qui est crucial pour l’étudiant des Écritures, cependant, c’est que l’interprétation de la Bible n’est pas une question subjective. C’est lors des conciles de Carthage (393, 397, 419 après JC) et d’Hippone (393 après JC) que le « canon » ou livres de la Bible, tels que nous, catholiques, les conservons aujourd’hui, a été établi par les successeurs des apôtres. C’est donc vers l’Église que nous nous tournons vers l’interprétation de la Bible, elle qui est la « colonne et le fondement de la vérité ».[6]

En particulier, nous nous tournons vers les premiers Pères de l’Église qui ont été les premiers à recevoir et à développer soigneusement le « dépôt de la foi » transmis par le Christ aux apôtres.

… si une question nouvelle ne se posait pas sur laquelle une telle décision n’a pas été prise, ils devraient alors recourir aux opinions des saints Pères, du moins de ceux qui, chacun en son temps et en son lieu, demeurant dans l’unité de la communion et de la foi, ont été acceptés comme maîtres approuvés; et quoi que l’on puisse trouver qu’ils aient tenu, avec un seul esprit et avec un seul consentement, cela devrait être considéré comme la vraie doctrine catholique de l’Église, sans aucun doute ni scrupule. — Saint Vincent de Lérins, Commonitory de 434 apr. J.-C., « Pour l’antiquité et l’universalité de la foi catholique contre les nouveautés profanes de toutes les hérésies », ch. 29, n. 77

Les premiers Pères de l’Église étaient presque unanimes sur le fait que les « mille ans » mentionnés par saint Jean étaient une référence au « jour du Seigneur ».[7] Cependant, ils n’ont pas interprété ce nombre littéralement:

… Nous comprenons qu’une période de mille ans est indiquée en langage symbolique… Un homme parmi nous nommé Jean, l’un des apôtres du Christ, a reçu et prédit que les disciples du Christ demeureraient à Jérusalem pendant mille ans, et qu’ensuite la résurrection et le jugement universels et, en bref, éternels auraient lieu. —Saint Justin martyr, Dialogue avec TryphoLes Pères de l’Église, Héritage chrétien

Donc:

Voici, le Jour du Seigneur sera mille ans. — Lettre de Barnabé, Les Pères de l’Église, ch. 15

Leur signal n’était pas seulement de saint Jean, mais de saint Pierre, le premier pape :

N’ignorez pas ce seul fait, bien-aimés, qu’avec le Seigneur un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. (2 Pierre 3:8)

Le Père Lactance de l’Église a expliqué que le Jour du Seigneur, bien qu’il ne soit pas une journée de 24 heures, est représenté par celui-ci :

… Ce jour qui est le nôtre, qui est délimité par le lever et le coucher du soleil, est une représentation de ce grand jour auquel le circuit de mille ans fixe ses limites. — Lactance, Pères de l’Église : Les Instituts divins, Livre VII, chapitre 14, Encyclopédie catholique ; http://www.newadvent.org

Ainsi, suivant la chronologie directe de saint Jean dans les chapitres 19 et 20 de l’Apocalypse, ils croyaient que le Jour du Seigneur :

• commence dans les ténèbres de la veillée (une période d’anarchie et d’apostasie) [cf. 2 Th 2, 1-3]

• crescendo dans les ténèbres (l’apparition de « l’anarchie » ou de « l’Antéchrist ») [cf. 2 Th 2, 3-7 ; Rév. 13]

• est suivie de l’aube (l’enchaînement de Satan et la mort de l’Antichrist) [cf. 2 Th 2, 8; Apocalypse 19:20 ; Apocalypse 20:1-3]

• est suivie de midi (une ère de paix) [cf. Ap 20, 4-6]

• jusqu’au coucher du soleil sur le temps et l’histoire (la montée de Gog et Magog et un assaut final contre l’Église) [Ap 20, 7-9] où Satan est jeté en enfer où l’Antichrist (bête) et le faux prophète avaient été pendant les « mille ans » [Ap 20, 10].

Ce dernier point est important. La raison en est que vous entendrez de nombreux prédicateurs évangéliques et catholiques affirmer aujourd’hui que l’Antichrist apparaît à la fin des temps. Mais une lecture claire de l’Apocalypse de saint Jean dit le contraire – et les Pères de l’Église aussi:

Mais quand l’Antichrist aura dévasté toutes choses dans ce monde, il régnera pendant trois ans et six mois, et s’assiéra dans le temple de Jérusalem ; et alors le Seigneur viendra du ciel dans les nuées… envoyer cet homme et ceux qui le suivent dans l’étang de feu ; mais faire entrer pour les justes les temps du royaume, c’est-à-dire le reste, le septième jour sanctifié… Celles-ci doivent avoir lieu à l’époque du royaume, c’est-à-dire le septième jour… le vrai Sabbat des justes. —Saint Irénée de Lyon, Père de l’Église (140-202 apr. J.-C.) ; Adversus Haereses, Irénée de Lyon, V.33.3.4, Les Pères de l’Église, CIMA Publishing Co.

Il frappera l’impitoyable avec la verge de sa bouche, et avec le souffle de ses lèvres il tuera les méchants… Alors le loup sera l’invité de l’agneau, et le léopard se couchera avec la jeune chèvre… Ils ne feront pas de mal ou ne détruiront pas sur toute ma sainte montagne ; car la terre sera remplie de la connaissance du Seigneur, comme l’eau recouvre la mer. (Isaïe 11:4-9; cf Ap 19:15)

Moi et tous les autres chrétiens orthodoxes sommes certains qu’il y aura une résurrection de la chair suivie de mille ans dans une ville reconstruite, embellie et agrandie de Jérusalem, comme l’ont annoncé les prophètes Ézéchiel, Isaïe et d’autres. —Saint Justin martyr, Dialogue avec Trypho, ch. 81, Les Pères de l’Église, héritage chrétien

Notez que les Pères de l’Église ont simultanément qualifié les « mille ans » de « Jour du Seigneur » et de « repos du sabbat ». Ils ont basé cela à partir du récit de la création dans la Genèse lorsque Dieu s’est reposé le septième jour…[8]

… comme s’il convenait que les saints jouissent ainsi d’une sorte de repos du sabbat pendant cette période [de « mille ans »]… Et cette opinion ne serait pas répréhensible, si l’on croyait que les joies des saints, en ce sabbat, seront spirituelles et consécutives à la présence de Dieu… —Saint Augustin d’Hippone (354-430 apr. J.-C.; Church Doctor), De Civitate Dei, Bk. XX, Ch. 7, Catholic University of America Press

Par conséquent, il reste encore un repos du sabbat pour le peuple de Dieu. (Hébreux 4:9)

Dans la Lettre de Barnabé d’un Père apostolique du IIe siècle, il est dit :

… Son Fils viendra détruire le temps de l’impie et juger les impies, et changer le soleil, la lune et les étoiles, alors Il se reposera vraiment le septième jour… après avoir donné du repos à toutes choses, je ferai le début du huitième jour, c’est-à-dire le début d’un autre monde. —Lettre de Barnabé (70-79 apr. J.-C.), écrite par un père apostolique du IIe siècle

Ici aussi, dans la révélation prophétique approuvée, nous entendons Notre Seigneur confirmer cette chronologie de saint Jean et des Pères de l’Église :

Dans la Création, Mon idéal était de former le Royaume de Ma Volonté dans l’âme de Ma créature. Mon but premier était de faire de chaque homme l’image de la Divine Trinité en vertu de l’accomplissement de Ma Volonté en lui. Mais par le retrait de l’homme de Ma Volonté, J’ai perdu Mon Royaume en lui, et pendant 6000 longues années, J’ai dû me battre. —Jésus à la servante de Dieu Luisa Piccarreta, extrait des journaux intimes de Luisa, vol. XIV, 6 novembre 1922 ; Les saints dans la volonté divine, p. 35

Par conséquent, vous avez là le fil le plus clair et le plus ininterrompu des révélations de saint Jean, à leur développement dans les Pères de l’Église, à la révélation privée que – avant la fin du monde – il y aura un « septième jour » de repos, une « résurrection » de l’Église après la période de l’Antéchrist.

Saint Thomas et saint Jean Chrysostome expliquent les mots quem Dominus Jesus destruet illustratione adventus sui (« que le Seigneur Jésus détruira avec l’éclat de sa venue ») dans le sens où le Christ frappera l’Antichrist en l’éblouissant d’une luminosité qui sera comme un présage et un signe de sa seconde venue… Le point de vue qui fait le plus autorité, et celui qui semble être le plus en harmonie avec les Saintes Écritures, est que, après la chute de l’Antéchrist, l’Église catholique entrera à nouveau dans une période de prospérité et de triomphe. La fin du monde présent et les mystères de la vie future, P. Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Presses de l’Institut Sophia

… [l’Église] suivra son Seigneur dans sa mort et sa résurrection. Catéchisme de l’Église catholique, 677

Qu’est-ce que la « première résurrection » ?

Mais qu’est-ce que cette « première résurrection » ? Le célèbre cardinal Jean Daniélou (1905-1974) écrivait :

L’affirmation essentielle est celle d’une étape intermédiaire dans laquelle les saints ressuscités sont encore sur la terre et ne sont pas encore entrés dans leur phase finale, car c’est l’un des aspects du mystère des derniers jours qui n’a pas encore été révélé. —Une histoire de la doctrine chrétienne primitive avant le Concile de Nicée, 1964, p. 377

Cependant, si le but de l’ère de paix et de « mille ans » est de rétablir l’harmonie originelle de la création[9] en ramenant la créature à « vivre dans la Divine Volonté » afin que « l’homme puisse retourner à son état originel de création, à son origine et au but pour lequel il a été créé »,[10] alors je crois que Jésus, Lui-même, a peut-être déverrouillé le mystère de ce passage à la Servante de Dieu Luisa Piccarreta.[11] Mais d’abord, comprenons que cette « première résurrection » – bien qu’elle puisse avoir un aspect physique, tout comme il y a eu des résurrections physiques d’entre les morts au moment de la résurrection du Christ[12] — elle est avant tout de nature spirituelle :

La résurrection des morts attendue à la fin des temps reçoit déjà sa première réalisation décisive dans la résurrection spirituelle, objectif premier de l’œuvre du salut. Elle consiste dans la vie nouvelle donnée par le Christ ressuscité comme fruit de son œuvre rédemptrice. —PAPE SAINT JEAN-PAUL II, Audience générale, 22 avril 1998; vatican.va

Thomas d’Aquin a dit…

… Ces mots doivent être compris autrement, à savoir de la résurrection « spirituelle », par laquelle les hommes ressusciteront de leurs péchés au don de la grâce, tandis que la seconde résurrection est des corps. Le règne du Christ désigne l’Église dans laquelle règnent non seulement les martyrs, mais aussi les autres élus, la partie désignant le tout; ou ils règnent avec le Christ dans la gloire en ce qui concerne tous, mention spéciale étant faite aux martyrs, parce qu’ils règnent spécialement après la mort qui ont combattu pour la vérité, jusqu’à la mort. — Summa Theologica, Qu. 77, art. 1, rep. 4

Ainsi, l’accomplissement du « Notre Père » semble lié à la « première résurrection » évoquée par saint Jean en ce qu’elle inaugure le règne de Jésus dans une nouvelle modalité de la vie intérieure de son Église : le « Royaume de la Divine Volonté » :[13]

Maintenant, Ma Résurrection est le symbole des âmes qui formeront leur Sainteté dans Ma Volonté. —Jésus à Luisa, 15 avril 1919, Vol. 12

… le Royaume de Dieu signifie le Christ lui-même, que nous désirons chaque jour venir et dont nous voulons que la venue nous soit manifestée rapidement. Car comme il est notre résurrection, puisqu’en lui nous ressuscitons, il peut aussi être compris comme le Royaume de Dieu, car en Lui nous règnerons. —Catéchisme de l’Église catholique, n. 2816

Là, je crois, vous avez la théologie des « mille ans » en un mot. Jésus poursuit :

… ma résurrection symbolise les saints des vivants dans ma volonté – et cela avec raison, puisque chaque acte, parole, étape, etc. fait dans ma volonté est une résurrection divine que l’âme reçoit ; c’est une marque de gloire qu’elle reçoit; c’est sortir d’elle-même pour entrer dans la Divinité, et aimer, travailler et penser, se cachant dans le Soleil refulgurant de ma Volition… —Jésus à Luisa, 15 avril 1919, Vol. 12

Le pape Pie XII, en effet, a prophétisé la résurrection de l’Église dans la période de temps et d’histoire qui verrait la fin du péché mortel, du moins chez ceux qui sont disposés au don de vivre dans la volonté divine.[14] Ici, il y a un écho clair de la description symbolique de Lactance du Jour du Seigneur comme suivant le « lever et le coucher du soleil »:

Mais même cette nuit dans le monde montre des signes clairs d’une aube qui viendra, d’un nouveau jour recevant le baiser d’un soleil nouveau et plus resplendissant… Une nouvelle résurrection de Jésus est nécessaire : une vraie résurrection, qui n’admet plus de seigneurie de mort… Dans les individus, Christ doit détruire la nuit du péché mortel avec l’aube de la grâce retrouvée. Dans les familles, la nuit de l’indifférence et de la fraîcheur doit céder la place au soleil de l’amour. Dans les usines, dans les villes, dans les nations, dans les pays d’incompréhension et de haine, la nuit doit devenir brillante comme le jour, nox sicut meurt illuminabitur, et les conflits cesseront et il y aura la paix. —PAPE PIUX XII, Discours d’Urbi et Orbi, 2 mars 1957 ; vatican.va

Jésus dit à Luisa que, en effet, cette résurrection n’est pas à la fin des temps, mais dans le temps, quand une âme commence à vivre dans la Volonté Divine.

Ma fille, dans Ma Résurrection, les âmes ont reçu les revendications légitimes de ressusciter en Moi vers une vie nouvelle. C’était la confirmation et le sceau de toute Ma vie, de Mes œuvres et de Mes paroles. Si Je suis venu sur terre, c’était pour permettre à chaque âme de posséder Ma Résurrection comme la sienne – pour leur donner la vie et les faire ressusciter dans Ma propre Résurrection. Et voulez-vous savoir quand la véritable résurrection de l’âme se produit ? Pas à la fin des temps, mais tant qu’il est encore vivant sur terre. Celui qui vit dans Ma Volonté ressuscite à la lumière et dit : ‘Ma nuit est finie’… Par conséquent, l’âme qui vit dans ma volonté peut dire, comme l’ange l’a dit aux saintes femmes sur le chemin du sépulcre : « Il est ressuscité. Il n’est plus là. » Une telle âme qui vit dans Ma Volonté peut aussi dire : « Ma volonté n’est plus la mienne, car elle est ressuscitée dans le Fiat de Dieu. » —20 avril 1938, vol. 36

Par cet acte triomphant, Jésus a scellé la réalité qu’il était [dans son unique Personne divine à la fois] Homme et Dieu, et par sa Résurrection, Il a confirmé sa doctrine, ses miracles, la vie des sacrements et toute la vie de l’Église. De plus, Il a obtenu le triomphe sur la volonté humaine de toutes les âmes affaiblies et presque mortes à tout vrai bien, afin que la vie de la Divine Volonté qui devait apporter la plénitude de la sainteté et toutes les bénédictions aux âmes triomphe d’elles. —Notre-Dame à Luisa, La Vierge dans le Royaume de la Divine Volonté, Jour 28

En d’autres termes, Jésus doit maintenant compléter en nous ce qu’Il a accompli par Son Incarnation et Sa Rédemption :

Car les mystères de Jésus ne sont pas encore complètement parfaits et accomplis. Ils sont complets, en effet, dans la personne de Jésus, mais pas en nous, qui sommes ses membres, ni dans l’Église, qui est son corps mystique. —Saint Jean Eudes, traité « Sur le Royaume de Jésus », Liturgie des Heures, Vol IV, p 559

C’est pourquoi, prie Luisa:

[I] implore la résurrection de la Divine Volonté dans la volonté humaine ; puissions-nous tous ressusciter en Toi… —Luisa à Jésus, 23e tour dans la volonté divine

Le facteur augustinien

Comme je l’ai mentionné plus tôt, de nombreuses voix évangéliques et catholiques croient que la « bête » ou l’Antéchrist approche de la fin du monde. Mais comme vous le voyez ci-dessus, il est clair dans la vision de saint Jean qu’après que la bête et le faux prophète ont été jetés en enfer (Ap 20:10), ce n’est pas la fin du monde, mais le début d’un nouveau règne du Christ dans ses saints, une « ère de paix » pendant les « mille ans ».

La raison de cette position contraire est que de nombreux érudits ont repris l’une des trois opinions proposées par saint Augustin concernant le millénaire. Celui cité ci-dessus est le plus cohérent avec les Pères de l’Église – qu’il y aura effectivement un « repos du sabbat ». Cependant, dans ce qui semble être un refoulement contre la ferveur des millénaristes, Augustin a également proposé:

… pour autant que cela me vienne à l’esprit… [Saint Jean] a utilisé les mille ans comme un équivalent pour toute la durée de ce monde, employant le nombre de perfections pour marquer la plénitude du temps. — Saint Augustin d’Hippone (354-430) A.D., De Civitate dei « Cité de Dieu », Livre 20, Ch. 7

Cette interprétation est celle que votre pasteur a probablement retenue. Cependant, Augustin proposait clairement une simple opinion – « pour autant qu’il m’arrive ». Pourtant, certains ont pris à tort cette opinion pour un dogme, et ont qualifié d’hérétique quiconque prend les autres positions d’Augustin. Notre traducteur, le théologien anglais Peter Bannister, qui a étudié à la fois les premiers Pères de l’Église et quelque 15 000 pages de révélations privées crédibles depuis 1970 aux côtés du regretté mariologue Père René Laurentin, convient que l’Église doit commencer à repenser cette position qui rejette une ère de paix (amillénarisme). En fait, dit-il, c’est plus tenable.

… Je suis maintenant profondément convaincu que l’amillénarisme n’est pas seulement dogmatiquement contraignant, mais en fait une énorme erreur (comme la plupart des tentatives à travers l’histoire de soutenir des arguments théologiques, aussi sophistiqués soient-ils, qui vont à l’encontre d’une lecture simple des Écritures, dans ce cas Apocalypse 19 et 20). Peut-être que la question n’avait pas vraiment d’importance dans les siècles précédents, mais c’est certainement le cas maintenant… Je ne peux pas citer une seule source [prophétique] crédible qui soutienne l’eschatologie [opinion finale] d’Augustin. Partout, il est plutôt affirmé que ce à quoi nous sommes confrontés tôt ou tard est la venue du Seigneur (comprise dans le sens d’une manifestation dramatique du Christ, et non dans le sens millénariste condamné d’un retour physique de Jésus pour régner corporellement sur un royaume temporel) pour le renouveau du monde – pas pour le jugement dernier / la fin de la planète. L’implication logique, sur la base de l’Écriture, d’affirmer que la venue du Seigneur est « imminente » est que, de même, la venue du Fils de Perdition l’est aussi. [15] Je ne vois aucun moyen de contourner cela. Encore une fois, cela est confirmé dans un nombre impressionnant de sources prophétiques de poids lourd … —communication personnelle

Mais qu’y a-t-il de plus lourd et de plus prophétique que les Pères de l’Église et les papes eux-mêmes ?

Nous confessons qu’un royaume nous est promis sur la terre, bien qu’avant le ciel, seulement dans un autre état d’existence; dans la mesure où il le sera après la résurrection pendant mille ans dans la ville divinement construite de Jérusalem… Nous disons que cette ville a été fournie par Dieu pour recevoir les saints lors de leur résurrection, et les rafraîchir avec l’abondance de toutes les bénédictions vraiment spirituelles, en récompense de ceux que nous avons méprisés ou perdus. —Tertullien (155-240 apr. J.-C.), Père de l’Église de Nicée ; Adversus Marcion, Ante-Nicene Fathers, Henrickson Publishers, 1995, vol. 3, p. 342-343)

So, la bénédiction annoncée se réfère sans aucun doute au temps de Son Royaume… Ceux qui ont vu Jean, le disciple du Seigneur, [nous disent] qu’ils ont entendu de lui comment le Seigneur a enseigné et parlé de ces temps… —Saint Irénée de Lyon, Père de l’Église (140-202 apr. J.-C.) ; Adversus Haereses, Irénée de Lyon, V.33.3.4, Les Pères de l’Église, CIMA Publishing

C’est notre grande espérance et notre invocation : « Que ton règne vienne ! » —un Royaume de paix, de justice et de sérénité, qui rétablira l’harmonie originelle de la création. —SAINT PAPE JEAN-PAUL II, Audience générale, 6 novembre 2002, Zenit

Et cette prière, si elle n’est pas directement centrée sur la fin du monde, est néanmoins une vraie prière pour sa venue ; elle contient toute l’étendue de la prière qu’il nous a lui-même enseignée : « Que ton règne vienne ! » Viens, Seigneur Jésus ! » — PAPE BENOÎT XVI, Jésus de Nazareth, Semaine Sainte : De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, p. 292, Ignatius Press

Je voudrais vous renouveler l’appel que j’ai lancé à tous les jeunes… Accepter l’engagement d’être des sentinelles du matin à l’aube du nouveau millénaire. Il s’agit d’un engagement primordial, qui conserve sa validité et son urgence alors que nous entamons ce siècle avec de malheureux nuages sombres de violence et de peur qui se profilent à l’horizon. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de personnes qui mènent une vie sainte, de sentinelles qui proclament au monde une nouvelle aube d’espérance, de fraternité et de paix. —PAPE SAINT JEAN-PAUL II, « Message de Jean-Paul II au mouvement de jeunesse Guannelli », 20 avril 2002 ; vatican.va

… Une nouvelle ère dans laquelle l’espoir nous libère de la superficialité, de l’apathie et de l’égocentrisme qui engourdissent nos âmes et empoisonnent nos relations. Chers jeunes amis, le Seigneur vous demande d’être les prophètes de cette nouvelle ère… —PAPE BENOÎT XVI, Homélie, Journée Mondiale de la Jeunesse, Sydney, Australie, 20 juillet 2008

Chers jeunes, c’est à vous d’être les gardiens du matin qui annoncent la venue du soleil qui est le Christ ressuscité ! —PAPE JEAN-PAUL II, Message du Saint-Père aux jeunes du monde, XVIIe Journée mondiale de la jeunesse, n. 3 ; (cf. Is 21, 11-12)

C’est la tâche de Dieu de provoquer cette heure heureuse et de la faire connaître à tous… Quand elle arrivera, elle se révélera être une heure solennelle, une grande heure avec des conséquences non seulement pour la restauration du Royaume de Christ, mais pour la pacification de… le monde. Nous prions avec la plus grande ferveur, et demandons aux autres de prier de même pour cette pacification tant désirée de la société. —PAPE PIE XI, Ubi Arcani dei Consilioi « Sur la paix du Christ dans son Royaume », 23 décembre 1922

Le théologien pontifical de Jean-Paul II ainsi que Pie XII, Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul Ier, a affirmé que cette « période de paix » tant attendue sur terre approche.

Oui, un miracle a été promis à Fatima, le plus grand miracle de l’histoire du monde, juste derrière la Résurrection. Et ce miracle sera une ère de paix qui n’a jamais vraiment été accordée auparavant au monde. — Mario Luigi Cardinal Ciappi, 9 octobre 1994, Catéchisme familial, p. 35

Ainsi pria le grand saint marial, Louis de Montfort :

Vos commandements divins sont brisés, votre Évangile est mis de côté, des torrents d’iniquité inondent toute la terre, emportant même vos serviteurs… Tout finira-t-il de la même manière que Sodome et Gomorrhe ? Ne romprez-vous jamais votre silence ? Allez-vous tolérer tout cela pour toujours? N’est-il pas vrai que votre volonté doit être faite sur la terre comme au ciel ? N’est-il pas vrai que votre royaume doit venir ? N’avez-vous pas donné à quelques âmes, qui vous sont chères, une vision du renouveau futur de l’Église ? —Saint Louis de Montfort, Prière pour les missionnaires, n. 5 ; ewtn.com

Traduction automatique

Source : Les mille ans – Le mot maintenant (markmallett.com)

Notes

↑1« … qui se relèveront alors jouiront du loisir de banquets charnels immodérés, pourvus d’une quantité de viande et de boisson telle non seulement choquer le sentiment des tempérés, mais même dépasser la mesure de la crédulité elle-même. (Saint Augustin, Cité de Dieu, Bk. XX, Ch. 7)
↑2voir Millénarisme — Ce qu’il est et n’est pas et comment l’époque a été perdue
↑3cf. Ère de l’Amour Divin
↑4CCC, n. 865, 860; « L’Église catholique, qui est le royaume du Christ sur la terre, [est] destinée à se répandre parmi tous les hommes et toutes les nations… » (PAPE PIE XI, Quas Primas, Encyclique, n. 12, 11 décembre 1925; cf. Mt 24, 14)
↑5« Avez-vous vu ce qu’est la vie dans Ma Volonté ?… C’est jouir, tout en restant sur terre, de toutes les qualités divines… C’est la sainteté qui n’est pas encore connue, et que je ferai connaître, qui mettra en place le dernier ornement, le plus beau et le plus brillant de toutes les autres saintetés, et qui sera la couronne et l’achèvement de toutes les autres saintetés. (Jésus à la servante de Dieu Luisa Picarretta, Le don de vivre dans la volonté divine, n. 4.1.2.1.1 A)
↑61 Tim 3:15
↑72 Thess 2:2
↑8Genèse 2:2
↑9Ainsi se dessine la pleine action du dessein originel du Créateur : une création dans laquelle Dieu et l’homme, l’homme et la femme, l’humanité et la nature sont en harmonie, en dialogue, en communion. Ce plan, bouleversé par le péché, a été repris d’une manière plus merveilleuse par le Christ, qui l’accomplit mystérieusement mais efficacement dans la réalité présente, dans l’attente de l’amener à son accomplissement…» (PAPE JEAN-PAUL II, Audience générale, 14 février 2001)
↑10Jésus à Luisa Piccarreta, 3 juin 1925, vol. 17
↑11cf. La Résurrection de l’Église
↑12voir La Résurrection à venir
↑13Maintenant, je dis ceci : si l’homme ne se retourne pas pour prendre ma Volonté comme vie, comme règle et comme nourriture, pour être purifié, anobli, divinisé, pour se placer dans l’Acte primordial de la Création, et prendre ma Volonté comme son héritage, qui lui a été assigné par Dieu – les Œuvres mêmes de Rédemption et de Sanctification n’auront pas leurs effets abondants. Donc, tout est dans ma volonté – si l’homme le prend, il prend tout. » (Jésus à Luisa, 3 juin 1925 Vol. 17
↑14cf. Le Don
↑15Cf. Antéchrist… Avant l’ère de la paix ?

Passez le mot maintenant !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :