Lettre du 4 décembre – Sœur Beghe : Au sujet de la fin des temps (2022)

Lettre du 4 décembre 2022

Au sujet de la fin des temps

Mes enfants, Mes très chers enfants,

Quand vous me lisez, Je vous suggère de toujours faire le signe de la croix avant de commencer votre lecture. Ainsi vous éloignez de vous Mes ennemis, les démons, qui n’aiment pas que vous fassiez cette lecture.

Je veux vous parler aujourd’hui de la fin des temps. Oui, vous êtes arrivés à ce moment et vous devez exercer en votre âme une très grande confiance en Ma Toute Puissance. Je contrôle tout, oui absolument tout et s’il vous semble que vous êtes abandonnés de Moi, sachez jusque dans le tréfonds de votre âme qu’il n’en est rien. Je vous protège même dans l’épreuve, vous êtes Miens et Je ne vous abandonnerai jamais.

Dans les premiers siècles, il y eut de très nombreux martyrs qui furent soudés à leur foi, à Ma Toute Puissance et, par Ma Force, ils furent capables d’endurer de très grandes souffrances. A présent, ils sont à Ma droite dans le Ciel, ce qui veut dire qu’ils sont dans un bonheur inexprimable et ils ne regrettent pas un seul moment de leur martyre. Soyez, vous aussi, totalement ancrés dans votre foi, solides comme le roc et bons comme votre Seigneur et comme votre Mère céleste. Nous vous choyons, Nous vous chérissons et Nous ne manquerons pas de vous donner toutes les grâces nécessaires pour vivre le temps qui vient.

Ce temps sera rude, vos gouvernants préparent la débâcle comme si elle était inévitable alors qu’ils la créent eux-mêmes par leur machiavélisme désastreux. Ils disent ‘blanc’ et ils font ‘noir’, et vous en serez les victimes. Le monde actuel est si mauvais, les lois sont mauvaises, Dieu est rejeté et même haï, Ses lois sont malvenues et décriées tandis que la nocivité de tout ce qu’ils concoctent actuellement précipitera la terre entière dans le précipice et la folie meurtrière.

Ils veulent maquiller leur corruption et leur rapacité en fomentant la guerre car il est habituel qu’une guerre permette de faire travailler les industries d’armement et, dans les destructions massives, de reconstruire et de réaménager. Quand l’économie est en faillite, la guerre permet de la relancer et les hommes sont si absorbés par leur sécurité et celle de leurs proches, que toute manifestation de leur mécontentement est réduite au silence. Alors oui, la guerre est à la porte de l’Europe, vos gouvernements la veulent et ils l’auront. Et vous, Mes enfants, soyez toujours confiants en Dieu, priez et ne vous laissez pas submergés par la peur. La peur est instinctive mais vous devez la maîtriser parce que votre confiance en Dieu doit lui être supérieure.

Qu’arrivera-t-il ? Vous le verrez au fil des jours, c’est pourquoi Je ne vous dévoilerai pas le calendrier mais vous devez vous laisser mener par Ma divine Providence. Veillez et priez, soyez comme les vierges sages de la parabole dans l’évangile, elles étaient prêtes et prévoyantes. Vous aussi, soyez prêts, en état de grâce et résolus à rester fidèles et charitables.

Lorsque l’Occident sera en émoi parce que la guerre s’élargira hors de l’Ukraine, vous vous précipiterez dans les commerces alimentaires pour vous approvisionner de choses et d’autres, sans grande réflexion mais dans un sentiment d’urgence. Que puis-Je vous dire d’autre qu’une telle attitude serait déraisonnable. Que devriez-vous faire ? Préparer quelques provisions, oui, mais cela doit être déjà fait. Je vous l’ai déjà recommandé, mais n’exagérez pas. Prenez ce qui se conserve, des provisions stables et toujours accessibles. Mais, Je le répète, n’exagérez pas. Ensuite, continuer votre vie quotidienne, venez en aide à vos proches et priez. Réunissez-vous avec vos voisins et à une heure quotidienne, priez ensemble, simplement, la prière du chapelet. Rien n’est plus fort que le chapelet. Distribuez des médailles miraculeuses, des médailles de saint Benoît, patron de l’Europe, et puis continuez votre travail et vos activités habituelles. Soyez pieux, soyez charitables, soyez en état de grâce et, enfin, n’ayez pas peur.

Ai-Je eu peur avant Ma Passion, Mon chemin de Croix ? Non, Je n’ai pas eu peur, Je savais que J’allais souffrir et que ce serait très dur, mais peur ? Non, J’ai dominé cet instinct de conservation du vivant, J’ai tout remis à Mon Père céleste, Je ne voulais que Sa Volonté quelle qu’elle fut et que, étant Dieu, Je connaissais parfaitement. J’étais résolu à sauver l’humanité, à ouvrir le Ciel aux hommes, Mes frères tombés dans le malheur épouvantable du péché, et cela seul fut Mon but à ne pas manquer, à ne pas éviter.

Cette guerre qui vient en Europe occidentale sera rude et de nombreuses prophéties l’ont dévoilée : Paris sera brûlé, Marseille sera englouti, Rome sera détruite et le Saint Siège sera vidé. Comment tout cela se fera-t-il ? Comme dans toute guerre, la haine sera de la partie et occasionnera de nombreuses et inévitables injustices. Lorsqu’un combat se met en place, on ne regarde plus aux coups portés, tout ce qui peut être abattu l’est de peur d’être soi-même touché.

La guerre est le règne de Satan qui se réjouit de tout le mal commis. Ne soyez pas sous son emprise, Mes enfants, certains grands généraux chrétiens se sont bien conduits en temps de guerre, ils n’ont pas commis de coups bas, ils ont respecté leurs ennemis et ont été eux-mêmes respectés en retour. La charité n’est pas une collaboration avec l’ennemi, la charité est toujours noble et dans le Jardin des Oliviers lors de Mon arrestation, J’ai guéri par charité l’oreille coupée de Malchus, le serviteur du Grand Prêtre. Soyez surtout charitables, n’ayez en vous nulle colère envers vos compatriotes ni envers les ennemis de votre patrie ; vous êtes avant tout des fils de votre Dieu vivant, qui Lui ne se laisse jamais dominer par la colère.

Ensuite, quand de grands dangers surgiront au sein même de votre pays, que le lecteur comprenne, offrez toutes les malversations que vous pourrez subir en union avec la Croix rédemptrice et à l’intention de la conversion de vos bourreaux. Oui, tout homme est appelé à connaître et à aimer le Seigneur Jésus-Christ, son Dieu et son Maître, son Ami aussi, mais un Ami très supérieur et toujours de très bon conseil.

Je serai auprès de vous en ce temps de grande épreuve qui vient, ne l’ignorez pas, ne l’oubliez pas, ne le dénigrez pas. Elevez vos âmes vers Dieu, priez-Le sans cesse, et Ma Main vous protègera de toute apostasie consciente ou inconsciente.

Je serai avec vous et pour toujours jusqu’à la fin du monde. Je vous bénis, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Qu’il en soit ainsi.

Votre divin Maître et tendre Ami

Source : SoeurBeghe.blog – Messages de Notre Seigneur Jésus-Christ pour le monde du XXIe siècle (srbeghe.blog)

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :