L’image que Dieu a de moi (Jour 3), de Mark Mallett – 16/05/2023

Quelle voix écoutez-vous ?

Jour 3

16 mai 2023

Commençons au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, amen.

Viens, Esprit Saint, viens comme Lumière pour éclairer mon esprit afin que je puisse voir, connaître et comprendre ce qui est vérité et ce qui ne l’est pas. Viens, Esprit Saint, viens comme Feu pour purifier mon cœur afin que je puisse m’aimer comme Dieu m’aime.

Viens, Esprit Saint, viens comme une brise pour sécher mes larmes et transformer mes chagrins en joie.

Viens, Esprit Saint, viens comme une douce pluie pour laver les résidus de mes blessures et de ma peur.

Viens, Esprit Saint, viens en tant que Maître pour accroître la connaissance et la compréhension afin que je puisse marcher sur les chemins de la liberté, tous les jours de ma vie. Amen.

16 mai 2023

Il y a des années, dans une période de ma vie où je ne ressentais rien d’autre que ma rupture, je me suis assis et j’ai écrit cette chanson. Aujourd’hui, faisons de cela une partie de notre prière d’ouverture :

Délivre-moi de moi, de cette tente terrestre affaissée et qui fuit
Délivre-moi de moi, de ce vase de terre, fissuré et sec
Délivre-moi de moi, de cette chair si faible et usée
Seigneur, délivre-moi,
de moi
Dans ta miséricorde (répétez)

Dans ta miséricorde Dans ta miséricorde
Seigneur, délivre-moi de moi…

Délivre-moi de moi, de cette chair si faible et usée
Seigneur, délivre-moi, de moi dans ta miséricorde Dans ta miséricorde Dans ta miséricorde

Dans ta miséricorde
Seigneur,
délivre-moi de moi

Dans ta miséricorde Dans ta miséricorde Dans ta miséricorde Seigneur, délivre-moi de moi
Dans ta miséricorde Dans ta miséricorde Dans tamiséricorde
Dans ta miséricorde


Mark Mallett dans Deliver Me from Me, 1999©

Une partie de notre lassitude vient de la faiblesse, d’une nature humaine déchue qui semble presque trahir notre désir de suivre le Christ. « Ceux qui veulent sont prêts à portée de main », a dit saint Paul, « mais faire le bien ne l’est pas. »[1]

Je prends plaisir à la loi de Dieu, à mon moi intérieur, mais je vois dans mes membres un autre principe en guerre avec la loi de mon esprit, me prenant captif de la loi du péché qui habite dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera de ce corps mortel ? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur. (Rm 7, 22-25)

Paul s’est tourné de plus en plus vers Jésus dans sa confiance, mais beaucoup d’entre nous ne le font pas. Nous nous tournons vers la haine de soi, le fait de nous battre et un sentiment de désespoir que nous ne changerons jamais, que nous ne serons jamais libres. Nous permettons aux mensonges, aux opinions des autres ou aux blessures du passé de nous façonner et de nous façonner plutôt que la vérité de Dieu. Au cours des deux décennies qui se sont écoulées depuis que j’ai écrit cette chanson, je peux honnêtement dire que me réprimander n’a jamais fait une once de bien. En fait, cela a fait beaucoup de mal.

Comment Dieu me voit

Alors hier, vous êtes parti avec une question pour demander à Jésus comment Il vous voit. Certains d’entre vous m’ont écrit le lendemain, partageant leurs réponses et ce que Jésus a dit. D’autres ont dit qu’ils ne l’avaient pas entendu dire du tout et se demandaient s’il y avait peut-être quelque chose qui n’allait pas, ou qu’ils allaient être laissés pour compte dans cette retraite. Non, vous ne serez pas laissé pour compte, mais vous serez étiré et mis au défi dans les jours à venir de découvrir de nouvelles choses, à la fois sur vous-même et sur Dieu.

Il pourrait y avoir un certain nombre de raisons pour lesquelles certains d’entre vous n’ont rien entendu. Pour certains, c’est que nous n’avons pas appris à entendre cette petite voix immobile, ou à lui faire confiance. D’autres peuvent simplement douter que Jésus leur parlerait et ne prennent même pas la peine d’essayer d’écouter. Rappelez-vous encore qu’il…

… se manifeste à ceux qui ne le croient pas. (Sagesse 1, 2)

Une autre raison peut être que Jésus vous a déjà parlé, et veut que vous entendiez à nouveau cette parole dans Sa Parole…

Ouvrez votre Bible et tournez-vous vers son premier livre, la Genèse. Lisez le chapitre 1, 26 jusqu’à la fin du chapitre 2. Maintenant, prenez votre journal et relisez ce passage et écrivez comment Dieu voit l’homme et la femme qu’Il a créés. Que nous disent ces chapitres sur nous-mêmes ? Lorsque vous avez terminé, comparez ce que vous avez écrit à la liste ci-dessous…

Comment Dieu vous voit

• Dieu nous a donné le don de co-créer à travers notre fertilité.
• Dieu nous confie une vie
nouvelle• Nous sommes faits à Son image (quelque chose qui n’est pas dit à propos des autres créatures)
• Dieu nous donne la domination sur Sa création
• Il a confiance que nous prendrons soin du travail de Ses mains
• Il nous nourrit avec de bons aliments et des fruits
• Dieu nous voit comme fondamentalement « bons»
• Dieu veut se reposer avec nous
• Il est notre souffle de vie.[2] Son souffle est notre souffle
• Dieu a créé toute la création, en particulier l’Eden, pour que l’homme puisse s’en réjouir• Dieu voulait que nous voyions Sa bonté dans la création• Dieu fournit à l’homme tout ce dont il a besoin
• Dieu nous donne le libre arbitre et la
liberté de l’aimer
et de Lui
répondre• Dieu ne veut pas que nous soyons seuls; Il nous donne toutes sortes de créatures pour nous entourer• Dieu nous donne le privilège de nommer la création
• Il se donne l’homme et la femme l’un à l’autre pour parfaire leur bonheur
• Il nous
donne une sexualité complémentaire et puissante
• Notre sexualité est un beau cadeau et il n’y a pas de quoi avoir honte…

Cette liste n’est en aucun cas exhaustive. Mais il nous en dit long sur la façon dont le Père nous voit, se réjouit de nous, nous fait confiance, nous donne du pouvoir et prend soin de nous. Mais que dit Satan, ce serpent ? C’est un accusateur. Il vous dit que Dieu vous a abandonné ; que vous êtes pathétique; que vous êtes sans espoir; que vous êtes laid; que vous êtes sale; que vous êtes une honte; que vous êtes stupide; que vous êtes un idiot; que vous êtes inutile; que vous êtes dégoûtant; que vous êtes une erreur; que vous n’êtes pas aimé; que vous n’êtes pas désiré; que vous n’êtes pas aimable; que vous êtes abandonné; que vous êtes perdu; que vous êtes damné…

Alors, quelle voix avez-vous écoutée? Dans quelle liste vous voyez-vous le plus? Écoutez-vous le Père qui vous a créé, ou le « père du mensonge » ? Ah, mais vous dites : « Je suis un pécheur. » Et pourtant,

Mais Dieu prouve son amour pour nous en ce que, alors que nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous… par l’intermédiaire de qui nous avons maintenant obtenu la réconciliation. (Romains 5, 8-11)

En fait, Paul nous dit qu’essentiellement, même notre péché ne peut pas nous séparer de l’amour de Dieu. Oui, il est vrai que le péché mortel non repenti peut nous séparer de la vie éternelle, mais pas de l’amour de Dieu.

Que dirons-nous donc de cela? Si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ? Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi tout le reste avec lui ? … Car je suis convaincu que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les principautés, ni les choses présentes, ni les choses futures, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourront nous séparer de l’amour de Dieu dans le Christ Jésus notre Seigneur. (cf. Rm 8, 31-39)

À la servante de Dieu Luisa Piccarreta, dont les écrits ont l’approbation ecclésiastique,[3] Jésus a dit :

… le Créateur Suprême… aime tout le monde et fait du bien à tous. Du haut de Sa Majesté, Il descend en bas, profondément dans les cœurs, même dans l’enfer, mais Il le fait tranquillement sans clameur, là où Il est. (29 juin 1926, vol. 19)

Bien sûr, ceux qui sont en enfer ont rejeté Dieu, et quel enfer c’est. Et quel enfer cela devient pour vous et moi qui sommes encore sur terre quand nous refusons de croire en l’amour et la miséricorde de Dieu. Comme Jésus criait à sainte Faustine :

Les flammes de la miséricorde Me brûlent – réclamant d’être épuisées ; Je veux continuer à les déverser sur les âmes ; les âmes ne veulent tout simplement pas croire en Ma bonté. —Jésus à sainte Faustine, Miséricorde divine dans mon âme, Journal, n. 177

Si vous voulez commencer la guérison, comme je l’ai dit dans Préparations à la guérisonil est nécessaire que vous ayez du courage – le courage de croire que Dieu vous aime vraiment. C’est ce que dit Sa Parole. C’est ce que Sa vie a dit sur la Croix. C’est ce qu’Il vous dit maintenant. Il est temps pour nous d’arrêter de nous accuser de tous les mensonges de Satan, d’arrêter de nous réprimander (ce qui est souvent une fausse humilité) et d’accepter humblement ce grand don de l’amour de Dieu. C’est ce qu’on appelle la foi – la foi qu’il pourrait aimer quelqu’un comme moi.

Priez avec la chanson ci-dessous, puis prenez votre journal et demandez à nouveau à Jésus : « Comment me vois-tu ? » Peut-être que ce n’est qu’un mot ou deux. Ou une image. Ou peut-être voudra-t-Il que vous relisiez simplement les vérités ci-dessus. Quoi qu’Il dise, sachez à partir de cette heure, que vous êtes aimé, et que rien ne peut vous séparer de cet amour. Jamais.

Quelqu’un comme moi

Je ne suis rien, Tu es tout
Et pourtant tu m’appelles enfant, et laisse-moi t’appeler Abba Je suis petit, et Tu es Dieu Et pourtant tu m’appelles enfant, et laisse-moi t’appeler Abba

Alors je me prosterne et je T’adore
Je tombe à genoux devant le Dieu
qui aime quelqu’un comme moi

Je suis pécheur, Tu es si pur
Et pourtant tu m’appelles enfant, et laisse-moi t’appeler Abba

Alors je me prosterne et je T’adore Je tombe à genoux devant le Dieu
qui aime quelqu’un comme moi

Je me prosterne et je T’adore

Je tombe à genoux devant le Dieu
qui aime quelqu’un comme moi… quelqu’un comme moi Oh je me prosterne et je T’adore Je tombe à genoux devant le Dieu qui aime quelqu’un comme moi Et je tombe à genoux devant le Dieu

qui aime quelqu’un comme moi, qui aime quelqu’un comme moi,
comme moi



—Mark Mallett, extrait de Divine Mercy Chapellet, 2007©

Traduction automatique

Source : Jour 3 : L’image que Dieu a de moi – La Parole Maintenant (markmallett.com)

Notes

↑1La possession est différente et nécessite une attention particulière de la part de ceux qui exercent un ministère d’exorcisme; L’oppression démoniaque se présente sous la forme d’attaques qui peuvent affecter nos humeurs, notre santé, nos perceptions, nos relations, etc.
↑2Apocalypse 12:10

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :